les Chibchas

aux confins de l'Amrique centrale et du Sud

Les Chibchas

Les Chibchas occupaient un territoire s'étendant de l'actuel Guatemala à l'actuelle Colombie. (en mauve sur la carte) C'est du peuple chibcha qu'est né le mythe de l'Eldorado. Celui-ci avait un art très élaboré de fabrication de bijouterie en or, en fournissait notamment aux Incas, et avait pour coutume de recouvrir de poussière d'or certains de ses morts et de les jeter au fond des lacs.

L
es Chibchas ou Tchibtchas étaient une communauté précolombienne de l'actuelle Colombie, vivant autour de l'actuelle Bogota, conquise en 1536 par le conquistador Gonzalo Jiménez de Quesada, à la recherche de l'Eldorado.

L
a langue chibcha, plus souvent appelée muisca, fait partie de la famille chibchane s'étendant d'Amérique centrale (Costa Rica) au cap Guayaquil (à la frontière entre l'Équateur et le Pérou actuel).

Les Chibchas n'avaient pas une structure sociale aussi complexe que celle des Aztèques ou des Incas.

Ils
vivaient du maïs et de la pomme de terre,fabriquaient des tissus de coton, de la céramique et surtout de remarquables objets en or utilisés comme offrandes aux divinités.
La pièce ci-dessus est un ornement nasal porté par les mamos (shamans) , elle est constituée d'or et de cuivre.

Ils
exploitaient aussi des mines de sel et d'émeraudes, qu'ils utilisaient comme monnaie d'échange.
Bochica - Luis Alberto Acuña
 
 

Le
s Chibchas adorent Bochica, un dieu de la mythologie chibcha, père de la civilisationet descendant du soleil. Leur religion est assez semblable à celle des autres peuples pcolombiens et les sacrifices humains étaient courants. Ils offraient des émeraudes à leurs dieux.
 
 
 
 

Les Chibchas sont organisés en confédération de peuples, parmi lesquelles on trouve :
  • les Muiscas,
  • les Tayronas ,
  • les Guanes,
  • les Laches,
  • les Pijaos

 


Les Muiscas sont une population autochtone de la cordillère orientale des Andes se trouvant en Colombie qui, au moment de la conquête espagnole avaient occupé les hautes vallées environnantes qui sont maintenant Bogota et Tunja en Colombie. Ils donnèrent leur nom à une civilisation qui s'est développée entre 1000 et 1550. Ils avaient une population de plus de 500 000 habitants et étaient plus centralisés politiquement que tout autre peuple d'Amérique du Sud en dehors de l'Empire Inca.

L
eur économie reposait sur l'agriculture intensive, une var de l'artisanat,et d'importants échanges. Ils étaient surtout trèsveloppé dans leur pratique de l'agriculture, de la fusion et de la coulée d'or, mais aussi dans les ornements de cuivre,dans les mines d'émeraude, le tissage des textiles et la poterie. Les marchés hebdomadaires dans les grands villages facilitèrent lchange des produits agricoles, de la poterie, et le tissu fait à partir de coton. Le commerce avec les peuples voisins se faisait avec de l'or qui fut largement utilisé pour les ornements et les offrandes. Bien que le commerce avec les tribus voisines était commun, la culture Muisca semble avoir évolué dans un isolement relatif.
Indiens Muysca Parés De Bijoux Anciens
La société était très hiérarchie. Ils évoluèrent dans une société stratifiée de suzerains et de vassaux, dont la succession était matriliaire (transmission du lignage par la mère) et l'ritage des biens personnels était patriliaire. (transmission des biens par la père) Parmi les roturiers, ou les agriculteurs, l'organisation était patriliaire. L'utilisation de l'or était une prérogative de la classe supérieure, qui état également amenés dans les litières et à qui on montrait une grande déférence. Les héritiers de fonctions  importantes subissaient de longues périodes (de 6 à 12 ans) de jeûne et d'isolement en vue de leurs futures fonctions.

Le sacerdoce constituait en une classe noble héréditaire. Il organisait des cérémonies publiques élaborées mais peu fréquentes. Il offrait, en particulier de l'or et du tissu, qui étaient une partie importante de toutes les observances religieuses.Les cérémonies religieuses incluaient les sacrifices humains en l'honneur du Soleil lors d'occasions spéciales. Adorateurs du Soleil et de la Lune, ils leurs consacrèrent des temples. La source de la légendede l'El Dorado leur est attribuée, probablement à cause d'une cérémonie Muisca, en partie légendaire,le nouveau roi était couvert de poussre d'or chaque année, puis lavé dans un lac sacré
La structure politique des Muiscas fut écrasé par les envahisseurs espagnols auXVIe scle mes par le conquistador espagnol Gonzalo Jinez de Quesada entre 1536 et 1541, et au XVIIIe siècle, ils furent assimilés au reste de la population. Les tribus survivantes des Muiscas, tels que les Cuna et les Lenca d'Amérique centrale, connurent un changement culturel significatif depuis la conquête espagnole.


 

Les Tayronas étaient un important groupe amérindien précolombien qui occupait le territoire de l'actuel département de Magdalena en Colombie, dans la Región Caribe. Les Tayronas vivaient sur la face nord de la Sierra Nevada de Santa Marta ainsi que dans la plaine côtière, notamment le long des fleuves Guachaca, Don Diego et Buritaca, et sur l'actuel Parc national naturel de Tayrona. Le nom de ce peuple est en relation avec les mots teyuna, teiruna ou tairuna, qui se retrouvent dans les langues des peuples indigènes vivant aujourd'hui dans cette région, et qui descendent des Tayronas survivants de la colonisation espagnole au XVIe siècle.
Rodrigo de Bastidas
Leu
r langue appartient à la filiation des langues chibchanes. Les Tayronas furent découverts par les Espagnols peu après que le conquistador Rodrigo Galván de las Bastidas eut débarqué sur cette partie dela côte carbeet fondé lacité de Santa Marta le29 juillet 1525.

À
la suite de nombreux affrontements et massacres, les Tayronas furent cis. En 1550, 80% de leur population avait sans doute disparu. Les survivants furent ingrés par métissage ou bien se dispersèrent et se retirèrent sur les hauteurs de la Sierra Nevada de Santa Marta, où leurs descendants directs vivent encore dans les tribus des Koguis (ou Kogis), Ikas, Sankás, Kankuamos, Aruacos, Wiwas, etc. (voir les Taironas sur le wiki espagnol).
                                                                                                indien Kogis

Les Guanes sont un ancien peuple amérindien d'Amérique du Sud ayant vécu dans l'actuel territoire du département Colombien de Santander. Ils ont disparu après l'arrivée des Espagnols au XVIe siècle.La Cordillère Orientale à Pumamarca
Au nord du haut-plateau cundiboyacense, actuel département de Santander, sur la cordillère, cordillère Orientale la topographie change, en donnant un paysage de profonds canyons où s'est établie cette culture. Sa production fut avant tout communautaire, tout le monde travaillaient sans chercher l'enrichissement personnel. Son activité principale fut
Le tissage... (JPG)
l'
agriculture mais elle développa d'autres activités comme le tissage de «mantas» en coton et l'utilisation des outils en argile. Les Guanes reconnaissaient les caciques Guaneté (village de la région) comme le chef suprême dont dépendaient les caciques locaux qui bénéficiaient d'une semi-autonomie. Les caciques ou Guabxique (neveu), étaient choisis entre les fils des soeurs du cacique décédé pour le remplacer, en recherchanti une personne reconnue pour sa valeur, ses vertus et sa maîtrise des ses passions. Ils suivaient à la loi de l'exogamie selon laquelle l'homme cherchait son épouse dehors de la tribu pour éviter les mariage entre parents proches.

L
e coton était l'une de leurs principales cultures et servait à la fabricationde mantas avec lesquels les habitants s'habillaient. Les chefs et leurs femmes les agraffaient avec une épingle en or. Le manta ne servait pas seulement à s'habiller mais signalait également l'âge et le statut social de celui ou celle qui le portait. Il servait aussi de tribut aux caciques ou comme élément de troc. La production agricole avait atteint, semble-t-il, un grand développement ce qui a permis l'existence d'artisans spécialisés comme les potiers, les tailleurs, les tisseurs et les orfèvres. Ils travaillaient aussi l'agave et la fibre de Ceiba (un arbre).



 


Les Lachès
ét
aient des agriculteurs autochtones selon les chroniqueurs espagnols ils habitaient les hautes terres des départements Colombiens de Boyacá , au nord-ouest du Casanare et Santander , à l'est de la rivière Chicamocha . Formabab faisait partie de la Confédération de Cocuy, probablement avec le u'wa parlant une langue chibcha, principalement le commerce chibcha avec d'autres tribus comme les Muisca , Guanes et chitareros. Ils cultivaient le maïs , la pomme deterre,lequinoaetlecoton,entre autres.
Dans le dix-septième siècle,Lucas Fernandez Piedrahitaa écrit dansles coutumes le manque de diligence dans l'éducation des jeunes enfants de sexe masculin et féminin.
Lachès Le nom est conservé dans un quartier de Bogota connu sous le nom Les Lachés .


Les Pijaos, également appelé Coyaima Natagaima est un peuple amérindien de Colombie. Pijaos
Tri
bu indienne guerrière qui occupait les Andes centrales entre le Huila neigeux, Quindio et Tolima, Magdalena supérieure et la vallée du Cauca est en présente Colombie.

Le Natagaimas Coyaimas  faisaient partie d'une société tribale, qu'ils ont appelé Pijao. Ce groupe était composé d'un certain nombre de tribus qui partagent des caractéristiques culturelles et linguistiques semblables. Son territoire s'étendait de l'actuelle ville de Ibague sud, creux naturel Vallée de la Magdalena et beaucoup de la Cordillère orientale (surtout dans sa partie sud-ouest) et les deux versants de la  Cordillère centrale. (Triana, 1990, 21).

Cet environnement
géographique, baigné de rivières comme Magdalena et Saldaña, avec une grande variété de zones climatiques, l'habitat de la faune était où Pijao est débal. La distribution de logements espacée permis une gestion stratégique des terres. Rotation des terres agricoles a offert la possibilité de développer le travail complet agricole productif, la faune, la diversité de la forêt sans que cela signifiait la charge de son environnement, qui présente des caractéristiques similaires pour les écosystèmes forestiers, ou les sols vulnérables à faible acidité organique et haute qui nécessitent du couvert forestier pour conserver son équilibre.

Se
lon lesétudes archéologiques et historiques toponímicos renddeux dans la région, Pijao appartiennent à une branche linguistique,la Karib. Chroniqueurs références sur l'exercice de pratiques rituelles telles que le cannibalisme et la déformation du crâne, le type de colonisation dispere, les systèmes de rotation de la terre ont été mis en évidence par le peu de travaux archéologiques développés, aussi la thèsea été fon sur une éventuelle migrationgroupes Karib de jungle et littoral à Magdalena (Lathrap, 1970). Recherche toponymique en déduire la présence de mots quechua, à la suite de contacts établis avec des groupes deValle del Cauca.

Hypothèses précédentes sur la migration de forêts Magdalena Pijao pas expliqué comment certains groupes, culturellement semblables à la vallée, ont ussi à s'adapter à Cordillerano environnement géographique. (Triana, 1992, 37).

Actuellement, il n'
y a pas de vestiges de la langue ancestrale, en raison de facteurs d'acculturation et de la domination au cours de la conquête et de la colonisation. Toutefois, le crédit de l'espagnol n'est pas complète et fait partie d'un processus actif où les structures de la pensée indigène s'appliquent à la syntaxe et la sémantique de l'espagnol, créant des mots avec des significations multiples et une façon particulière de parler.

JE CHERCHE UNE MEILLEURE TRADUCTION MERCI

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 06/07/2014