Zapotèques


Zapotèques

La
civilisation zapoque était une civilisation arindienne pcolombienne qui s'est épanouie dans la vallée de Oaxaca au sud de la Mésoamérique et qui a développé une socié de structure matriarcale. Des preuves archéologiques montrent que cette culture remonte au moins à 2500 ans. Elle a laissé des vestiges archéologiques dans la ville antique de Monte Aln sous forme de timents,de jeux de balle, de tombeaux magnifiques et d'œuvres d'art,notamment des bijoux en or finement travails. Monte Aln a é l'une des premières grandes villes d'Amérique centrale et le centre d'un État zapoque qui a dominé une grande partie de ce qui est devenu l'état actuel de Oaxaca.

          

 


L'État de Oaxaca est un des États du Mexique. Situé au sud du pays, plus précisément au sud-ouest de l'isthme de Tehuantepec, dans les montagnes et vallées de la Sierra Madre del Sur et Sierra Madre Oriental, il tire son nom de sa capitale et ville principale, Oaxaca de Juárez. Il est entouré par l'État de Guerrero à l'ouest, par l'État de Puebla au nord-ouest, l'État de Veracruz au nord et le Chiapas à l'est. Sa frontière sud donne sur l'Océan Pacifique. L'État de Oaxaca occupe une superficie de 95 364 km² (soit trois fois la Belgique) et constitue le cinquième plus grand État du pays.

Capitale des Zapotèque


 

Les connaissances concernant les origines du peuple zapotèque sont vagues. Jusqu'à l'invasion espagnole, auXVIe siècle ils constitrent le groupe le plus important de la vallée d' Oaxaca. (Àl'époque de la conquête espagnole, la population des Zapotèques aurait éde trois cent mille à un million d'habitants). On estime qu'ils fondèrent de nombreux aspects de la culture méso-aricaine en inventant la cité-État, le calcul en base 20, les rébus et un système de calendrier, toutes innovations qui furenparfois attribs aux Olques.

 


La Mésoamérique (également couramment orthographiée Méso-Amérique et plus rarement remplacée par l'expression Amérique moyenne) est une super-aire culturelle de l'Amérique précolombienne, c'est-à-dire un ensemble de zones géographiques occupées par des ethnies qui partageaient de nombreux traits culturels communs avant la colonisation espagnole des Amériques. Cela correspond au territoire où vivaient en particulier, à l'arrivée des Espagnols au XVIe siècle, les Aztèques, les Tarasques et les Mayas, ainsi que les autres peuples indigènes en contact avec eux.

D'un point de vue géographique, la Mésoamérique s'étend du nord du Mexique au Costa Rica, en incluant le Belize, le Guatemala, l'ouest du Honduras, le Salvador et le versant pacifique du Nicaragua. La Mésoamérique est à différencier de l'Amérique centrale qui, dans son acception géographique, va de l'isthme de Tehuantepec, au sud du Mexique, jusqu'à l'isthme de Panama.

Le terme Mésoamérique a été défini par l'anthropologue allemand Paul Kirchhoff en 1943, sur la base d’une liste de traits culturels communs aux civilisations de cette zone géographique.

Cette aire se caractérise par une uniformité exclusivement culturelle qui se manifeste sur plusieurs plans. La frontière nord de la Mésoamérique sépare les sociétés de chasseurs-cueilleurs (au nord) des sociétés agricoles (au sud) ; elle s'est déplacée au cours du temps. Au sud, la frontière est culturelle et linguistique.



cliquez sur l'image pour l'agrandir


Les archéologues distinguent plusieurs phases dans la civilisation zapotèque à partir de l'occupation de leur centre historique de Monte Albán.

 

  • riode I : de 500 av. J.-C. à 200 av. J.-C. La population de Monte Albán atteint environ dix mille habitants avec des travaux de terrassement significatifs. L'accroissement serait consécutif à la domination des villages de la vallée de Oaxaca.

  • Période II : de 200 av. J.-C. à 250 ap. J.-C. Les travaux de terrassements s'intensifient ce qui indiquerait des ressources plus importantes. C'est à cette période que les céramiques caractéristiques de cette culture apparaissent, avec une influence des Mayas. Le culte des morts se développe avec des sépultures complexes.

  • Période III : de 250 ap. J.-C. à 700 ap. J.-C. L'âge d'or de la civilisation zapotèque donne lieu à la construction des monuments encore présents sur le site actuel. La dynastie des Zaachila établit pourtant sa capitale à Téozpotlan alors que la société devient théocratique. Le dieu de la pluie, Pitao, est révéré sous quatre formes différentes. La cité de Mitla est fondée pendant cette période.

                                                                                 

  • Période IV : de 700 ap. J.-C. à 1000 ap. J.-C. Le site de Monte Albán semble être progressivement abandonné en raison, (c'est une hypothèse), de la rareté du bois et de l'épuisement des terres.

  • Période V : de 1000 ap. J.-C. à 1500 ap. J.-C. Les tombes du site serviront de cimetière aux Mixtèques de haut rang quand ils s'installeront dans la vallée. En effet, poussés vers le sud par les Toltèques et les Chichimèques, ils entrent en conflit avec les Zapotèques. Ils conquirent également Mitla. En 1280, un mariage royal entre les deux peuples aux cultures proches scella une alliance contre les Aztèques. Leur descendant, Cocijo-Pij, mourut en 1563. Dernier roi zapotèque, il fut témoin de la conquête espagnole.

                                                           

La civilisation zapotèque trouve ses origines dans la vallée de Oaxaca à une date estimée de manière très imprécise, vers 1500 av. J.-C. Les trois ramifications de la vallée étaient partagées entre trois groupes de population de tailles différentes, séparés par les 80 km2 de "no-man's land" de la vallée centrale. Les traces archéologiques de l'époque, telles que des temples incendiés et des captifs sacrifiés, suggèrent que les trois groupes sociaux étaient en quelque sorte en concurrence. À la fin de la phase de Rosario (700 - 500 avant JC), quelque chose s'est passé, la colonie la plus importante de la vallée de San José Mogote, et d'autres habitats proches d'un bras de la vallée d'Etla, ont perdu la plus grande partie de leur population.



Durant
la même période une nouvelle grande colonie émergé dans le "no-man's land" de la vallée centrale de Oaxaca, dont le site, construit au sommet d'une montagne qui domine les trois bras de la vallée était celui de Monte Albán. Les similitudes entre la poterie de San José Mogote et celle des débuts de Monte Albán indiquent que les populations qui ont peuplé Monte Albán étaient celles qui avaient quitté San José Mogote.



Le
s archéologues Joyce Marcus et Kent V. Flannery affirment que ce processus est similaire au processus du synœcisme de la Grèce Antique, qui correspond au regroupement dans une ville centrale de petites populations dispersées dans une région, souvent pour répondre à une menace extérieure. Même s'il n'existe aucune preuve directe d'une telle menace extérieure dans les premières phases de l'histoire de Monte Alban, les murs et les fortifications construites autour du site pendant la période archéologique de Monte Alban II (200 av. J.-C.- 250 apr. J.-C.), suggèrent que la construction de la ville pourrait avoir été une réponse à une menace militaire.

Urne funéraire en forme de "dieu chauve-souris"ou de jaguar, provenant de Oaxaca et datée de 300 à 650 de notre ère. Taille: 23 cm.
cliquez sur l'image pour l'agrandir

L'état zapotèque formé à Monte Albán a commencé son expansion à la fin de la première période de Monte Alban (500 - 200 avant JC) et au cours de la deuxième période de Monte Alban (200 avant JC – 250 apr. J.-C.). Les rois zapotèques ont commencé à prendre le contrôle des provinces situées en dehors de la vallée de Oaxaca. Ils auraient pu y parvenir au cours de la première période de Monte Alban I (aux environs de 200 avant JC) et de la deuxième période de Monte Alban (200 avant JC – 250 apr. J.-C.), car aucune des provinces avoisinantes, n'aurait pu rivaliser avec la vallée de Oaxaca à la fois politiquement et militairement4. En 200 de notre ère les Zapotèques ont élargi leur influence à toute la région s'étendant de Quiotepec au nord, à Ocelotepec et Chiltepec au sud. Monte Albán était devenue la plus grande ville des hautes terres du sud du Mexique et le resta jusqu'aux environs de 700 apr. J.-C.

 

 

L'expansion de l'empire zapotèque a atteint son apogée pendant la deuxme période de Monte Alban. Les Zapotèques ont conquis des territoires ou installé des colonies au-delà de la vallée de Oaxaca. Cette expansion s'est traduite de plusieurs manières, la plus importante est le brusque changement des céramiques découvertes dans les régions situées en dehors de la vallée. Ces régions avaient déjà leur propre style qui a ésoudainement remplacé par des poteries de style zapotèque, indiquant qu'ils faisaient alors partie de l'empire zapotèque.


Jaguar assis, culture zapotèque, American Museum of Natural History (New York)

L'archéologue Alfonso Caso, qui fut l'un des premiers à faire des fouilles à Monte Albán, a fait valoir qu'un bâtiment de la place principale de Monte Albán était une preuve supplémentaire de l'expansion spectaculaire de l'état zapotèque. Le bâtiment, qui est aujourd'hui dénommé bâtiment J, a la forme d'une pointe de flèche et présente plus de 40 pierres sculptées porteuses d'une écriture hiéroglyphique. Les inscriptions des pierres ont été interprétées par les archéologues comme correspondant à des noms de lieux de provinces qui ont été revendiquées par les Zapotèques de Monte Alban. En plus des noms de lieu, chaque groupe de glyphes représente également une tête avec une coiffure élaborée gravée sur les dalles. Cette figure est supposée représenter les gouverneurs des provinces qui sont passées sous la domination des zapotèques. Les pierres qui montrent une tête renversée sont censées représenter des territoires pris par la force et celles où les têtes ne figurent pas à l'envers correspondent à des provinces qui n'auraient pas résisté à la colonisation et dont le gouverneur aurait eu la vie sauve. Pour cette raison, le bâtiment J est aussi appelé "La dalle de la conquête"


vase Zapotèque musée Madrid

À propos de la spectaculaire expansion ultérieure de l'état de Monte Albán à l'extérieur de Oaxaca, Marcus et Flannery écrivent: " une grande disparité dans les populations entre le noyau d'un État et sa périphérie, ne conduit pas nécessairement le premier à coloniser le second. De petites entités politiques, voyant que toute résistance serait vaine, peuvent accepter de se soumettre si on leur offre une occasion de sauver la face. Des entités politiques plus grandes qui ne veulent pas perdre leur autonomie doivent être vaincues militairement. Au cours de l'expansion de la deuxième période de Monte Alban, nous pensons que l'acquisition de nouveaux territoires s'est réalisée à la fois par la colonisation et par la conquête

 

Étymo
logie
Le nom zapotèque, qui leur aurait été donné par les Aztèques, est un exonyme provenant de tzapotēcah en langue nahuatl (singulier tzapotēcatl), qui signifie "habitants de la place de la sapote". (Les Zapotèques pensaient que leurs ancêtres étaient issus d'un arbre appelé zapote). Les Zapotèques se signent eux-mêmes par une variante du terme "Be'ena'a", Ben-Zoa ou Vinizza, qui signifie peuple des nuages. La référence au nuage les rapproche des Mixtèques (Mixtecatl peut se traduire par homme-nuage).

Langue
Les Zapotèques parlaient neuf langues différentes. Les langues zapotèques appartiennent à la famille linguistiques des langues oto-mangues, une ancienne famille de langues méso-américaines. Vers1500 avant JC les langues oto-mangues ont commencé à évoluer. Les langues Mangues se sont probablement séparées d'abord, puis les langues oto-pames et la divergence des langues mixtèques et des langues zapotèques est survenue plus tard. Le groupe zapotèque comprend les langues Zapotèques et les langues étroitement liées, les langues chatinos. Les langues zapotèques sont parlées dans la partie sud-ouest de l'État de Oaxaca.

L
e zapotèque est une langue à tons, ce qui signifie que le sens d'un mot est souvent déterminé par la hauteur de la voix. Ces tonalités sont essentielles pour comprendre le sens de mots différents. Le terme technique est tonèmes. La langue zapotèque possède plusieurs tonèmes, dans certains d'entre eux il existe 4 tons; haut, bas, montant et descendant, et dans d'a