Bill Reid

 

Raven and the First Men (Bill Reid)

Raven an the First Men
(Bill Reid, 1980, Photographie: Michel Teiten, Domaine public)

Bill Reid (1920-1998)

Acteur important du renouveau de l’art autochtone en Colombie-Britannique, le sculpteur William Ronald Reid, né d’un père américain et d’une mère haïda à Victoria, ignore pratiquement tout de ses origines haïdas jusqu’à l’adolescence.

Annonceur à la Société Radio-Canada, il suit des cours en orfèvrerie et étudie les arts traditionnels autochtones vers la fin de la vingtaine. Il imite ainsi son grand-père Charles Gladstone, graveur et sculpteur, mais aussi son arrière-grand-oncle Charles Edenshaw, célèbre artiste haïda du XIXe siècle.

Reid quitte le monde de la radiodiffusion en 1958 pour se consacrer uniquement à son art. Sculpteur de talent, il travaille des matières variées comme le bois, l’argent, le bronze et l’argilite. Son œuvre la plus monumentale est L’esprit de Haïda Gwaii, un bronze pesant près de 5000 kilogrammes, achevé en 1991 et trônant aujourd’hui à l’ambassade du Canada à Washington.

AUTRES SOURCES

Photo: Bill Reid sculptant le mât de Skidegate, 1976

Bill Reid est habituellement considéré comme un artiste autochtone canadien et, plus spécifiquement, un artiste haïda. Qu’est-ce que cela signifie vraiment? Comment pouvons-nous définir un artiste haïda? Est-ce un artiste qui est d’origine ancestrale haïda, ou un artiste qui crée des œuvres d’art dans le style haïda? Bill Reid était en fait ces deux types d’artiste.

 

William Ronald (Bill) Reid naquit en 1920 à Victoria, C.-B., d’une mère haïda, Sophie Gladstone Reid. Son père, William Ronald Reid, était natif du Michigan (États-Unis) de parents allemand et écossais et avait immigré sur la côte.

Bien que Reid se souvenait des visites de membres de la famille de sa mère pendant son enfance, il ne les Photo: Bracelet en or repoussé et gravé, motif de Loup et de Corbeau haïdasavait jamais considérés, pas plus que lui-même, comme étant autochtones. Il se rappelait, toutefois, que ses tantes portaient des bracelets en or et en argent gravés dans le style traditionnel (haïda). Curieux au sujet du côté maternel de sa famille et de son patrimoine autochtone, étant donné que son père était rarement présent pour parler du sien, il entreprit son propre voyage de découverte, à Haida Gwaii. Cette recherche commença lorsqu’il avait 23 ans et ne prit fin que lorsque ses cendres furent éparpillées et enterrées, en 1998, dans le village de Tanu d’où sa grand-mère était originaire.

Toute la famille de Bill Reid du côté de sa mère était haïda. Sa mère, Sophie Gladstone, était née à Skidegate, à Haida Gwaii. La mère de celle-ci, (la grand-mère de Bill), Josephine, était née à Tanu, un petit village haïda dans le sud de Haida Gwaii. Son grand-père était Charles Gladstone (1878-1954) de Skidegate.

Les Haïdas traditionnels croient que leurs premiers ancêtres étaient des personnages légendaires, des animaux ou des êtres surnaturels. La société traditionnelle haïda était organisée en fonction de deux groupes principaux (ou moitiés) : les Corbeaux (Crow) et les Aigles (Eagle). Les gens étaient soit Corbeaux, soit Aigles de naissance. Les Corbeaux devaient épouser des Aigles et vice versa.

La mère de Bill était Corbeau. Dans la société haïda, tous ses enfants étaient donc aussi Corbeaux. Ainsi, en parlant de l’identité (collective) de Bill Reid parmi les Haïdas, il était Corbeau. Le fait d’être Corbeau lui conférait le droit de porter certains emblèmes et noms qui lui sont associés, ceux-ci étant hérités de la lignée maternelle. Un des emblèmes de la famille de la mère de Bill Reid était le Loup. Il en résulte que parmi les Haïdas, Bill Reid était Loup de la moitié Corbeau.

 

 

 cliquez ici (page)pour allez où vous voulez sur le site
Main 2

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 07/11/2014