HISTOIRE DE LA RECHERCHE

 

 

Histoire de la recherche

Peter jones 49077170

 
Peter Jones (1802-56), un méthodiste, et du côté de sa mère appartenant aux Mississaugas, appelé aussi Plumes sacrées, a écrit dès le début du XIXème siècle un travail de vue générale sur les Ojibwés (History of the Ojebway Indians, 1861). D'autres laïcs, comme l'anglican Edward Francis Wilson (1844-1915) à Sault-Sainte-Marie et Charles M. Tate, en Colombie Britannique, ont rassemblé de nombreuses observations ethnologiques, ainsi que de nombreux missionnaires, comme l'oblat (laïc qui se consacre à un monastère)Adrien-Gabriel Morice, qui ont publié d'importants ouvrages sur les langues. Un intérêt plus grand a été soulevé par ces ouvrages hors du Canada qu'à l'intérieur du pays. À part l'ethnologue de Toronto Daniel Wilson (1816–1892), ils venaient tous d'Europe. Par contre l'histoire des Indigènes est restée dans un état pitoyable comme le montrent les Chronicles of Canada, The Dawn Of Canadian History, A Chronicle of Aboriginal Canada parues en 1915.

Charles m tate Edward francis wilson 220px adrien gabriel morice Sir daniel wilson photo
Charles M. Tate Edward-Francis Wilson Adrien-Gabriel Morice Sir Daniel Wilson
51g2digv0ml aa278 pikin4 bottomright 45 22 aa300 sh20 ou15 Telechargement 3 9781776529094 225x225 75 Telechargement 1 1
Charles M. Tate Edward-Francis Wilson Adrien-Gabriel Morice Sir Daniel Wilson


Franz Boas et son école ont aidé à percer la recherche ethnologique, qui est rattachée en Amérique à l'anthropologie. Le Néo-Zélandais Diamond Jenness s'est occupé pendant la première Guerre mondiale des groupes des Ojibwés et des Dakelh. Le Français Marcel Giraud s'est occupé de façon exhaustive des Métis. À ces travaux fondamentaux, il faut ajouter ceux de Marius Barbessu de l'Université Laval.

Franz boas Diamond jenness 0803221258 large Indien dakelh
Freanz Boas Diamond Jenness Marcel Giraud Amérindien Dakelh


Alfred Goldsworthy Bailey du Nouveau-Brunswick peut être considéré comme le premier ethnohistorien, qui a interprété les sources historiques du point de vue de l'ethnologue. Une autre source de l'histoire des Premières Nations est l'histoire militaire, comme George Stanley sur la rébellion du Nord-Ouest des Métis l'a faite, où en passant, il étudie les influences des Métis sur la société de la frontière, et de là sur le développement de l’ensemble de la société. Sauf pour His Majesty's Indian Allies de Robert Allens, cette branche n'a été cependant qu'à peine effleurée, contrairement aux États-Unis. 

Alfred goldsworthy bailey 150px rallen 220px ruth and george stanley
alfred goldsworthy bailey Robert S. Allens George Stanley
Telechargement 4 Mil1627  

 

 Ce n'est qu'avec la forte croissance de la taille et du rôle des universités canadiennes dans les années 1960 que l'on en arriva à de plus nombreux projets de recherche, et avant tout dans le domaine de l'archéologie, comme par Bruce Graham Trigger. Ce n'est qu'à ce moment que les Indiens ne sont plus considérés comme une « race en extinction », et les aspects classificatoires ne sont plus mis au premier rang.

Bruce grahame trigger Couv defaut grande
Bruce Graham Trigger
ouvrage


Les premières critiques contre la politique gouvernementale se font entendre.  Cornelius Jaenen (Friend and Foe, Nouvelle-France), et Robin Fisher (Contact and conflict, Colombie Britannique jusqu'en 1890) s'occupent de la question des contacts culturels, Daniel Francis et Toby Morantz (sur la traite des fourrures), Jennifer S. H. Brown(Strangers in Blood, les femmes dans la traite des fourrures) ou Sylvia Van Kirk (Many Tender Ties) se sont occupés de la traite des fourrures, comme A. J. Ray (Indians in the Fur Trade), qui pour la première fois met les Indiens au centre.

Cornelius jaenen 21efa4i09il aa160
Cornelius Jaenen
Friend and Foe

 

Daniel francis Images 16
Daniel Francis
la traite des fourrures

 

Brown4 Stranger in blood
Jennifer S. H. Brown Stranger in blood


Dans les années 1980, on en arriva à insister sur le rôle des Indiens et des femmes dans le commerce et la mission, à des recherches sur la politique indienne et sur la réaction des Indiens concernés (Gerald Friesen: A Narrow Vision Sur le rôle des bureaucrates : D. C. Scott). De même, Sarah Carter a écrit sur l'échec de la politique agraire au Canada ouest (Lost Harvests) et Katherine Pettipas (Severing the Ties that Bind), sur les essais gouvernementaux de contrôler les rencontres annuelles des Indiens de la Prairie. Là-dessus sont venues des études sur la répression du potlatch, comme celle de Douglas Cole und Ira Chaikin (An Iron Hand upon the People), et sur l'histoire du droit.  Dans les années 1990 les premières vues générales voient le jour, comme celle de J. R. Miller (Skyscrapers Hide the Heavens) et de Dickason 1992. Les histoires générales du Canada ne commencent plus avec les soi-disant « Vikings » de l’an 1000, mais avec les premières occupations perceptibles du pays. Là, l'archéologie prend une grande importance, mais la linguistique et la génétique jouent aussi un grand rôle.

Sarah carter Lost harvests Peettipas katherine Severing the ties that bind
Sarah Carter
Lost Harvests
Katherine Pettipas Severing the Ties that Bind


La lutte pour les droits politiques et les querelles constitutionnelles, que les groupes indiens faisaient apparaître en tant que prises de parti politiques et de lobbyistes, ont conduit cependant à ce que les historiens soient déplacés dans le sentiment du public par les juristes et les politologues. En outre, les groupes indigènes exigent leur prise en compte et leur collaboration avec les projets historiques, avant tout par leur propre vision de l'histoire et leurs propres formes de tradition, et de leur savoir. La préoccupation de la forme d'histoire que représente la tradition orale rencontre cette forme de développement.

Musee canadien de la civilisation
Musée Canandien de la Civilisation

 Le Musée canadien des civilisations a édité l'ouvrage archéologique standard de James Wright (A History of the Native People of Canada. Archaeological Survey of Canada) en 1995. En 2003 a suivi Larry J. Zimmerman avec American Indians: The First Nations: Native North American Life, Myth and Art, qui essaie de relier plus fortement entre eux les aspects ethnologiques, historiques et religieux. Le sujet commence à réagir plus fort sur la recherche. Mais ce n'est qu'en 1999 qur paraît une encyclopédie des peuples canadiens (Encyclopedia of Canada's Peoples) due à la Multicultural History Society of Ontario fondée en 1976. 

James wright History Zimmerman American indians the first nations 9781904292746
James Wright
A History of the Native People of Canada
Larry J. Zimmerman
American Indians


Entre temps, l'internet permet non seulement à de nombreuses Premières Nations de publier leur propre vision
de l'histoire (v. Listes des Premières Nations du Canada),
mais aussi leurs propres collections de documents sources comme le :
First Nations Digital Document Source,
dont le but premier est néanmoins le soutien dans la question des revendications territoriales.
  

 cliquez ici (page)pour allez où vous voulez sur le site
Main 2

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 30/12/2014