INFLUENCE EUROPEENNE (XVIe AU XIXe SIECLE)

 

 

 

Influence européenne (XVIe au XIXe siècle)

La période coloniale commence à la fin du XVe siècle sur la côte ouest avec un commerce qui augmente, et qui s'envenime vite en conflits violents, surtout quand les colons revendiquent des terres, ou quand les conflits entre tribus sur ces revendications s'étendent à des conflits entre États européens. Les suites en sont de véritables guerres de coalitions, reflétant souvent des guerres européennes. Là-dessus, les indigènes tentent de monopoliser les contacts commerciaux, en formant autour des forts de nouvelles tribus, dont beaucoup portent encore le nom du fort. Pendant toute cette période surgissent toujours de nouvelles épidémies (variole, rougeole, grippe, tuberculose, etc.), contre lesquelles les indigènes n'ont pratiquement aucune défense immunitaire. Dès que les Indiens deviennent dépendants, les conquérants essaient de les refouler vers des territoires impropres aux colons, ou – comme surtout au Canada – de les regrouper dans des réserves et de les adapter à un mode de vie convenable selon leurs propres conceptions.

Principalement, il y a eu sept puissances européennes qui sont intervenues de cette manière :
 l'Espagne (de 1789 à 1810, sur la côte ouest), la France (environ de 1604 à 1763),
le Royaume-Uni (de 1607 à 1867/1931), et   la Russie (de 1741 à 1867, essentiellement en Alaska), et accessoirement les Pays-Bas (1624-1664 à New York, ex Nieuw Amsterdam), la Suède (1638-55 sur le Delaware) et le Danemark (Groenland, depuis 1721). Finalement, le conflit entre Français et Britanniques se résout à la fin de la Guerre de 7 ans, tandis que les conflits possibles sur la côte ouest sont aplanis par la vente de Fort Ross en 1841 et l'achat de l'Alaska en 1867, comme pour la crise de la Baie Nootka entre le Royaume-Uni et l'Espagne (1789-1794).

 




France
Angleterre Résultat de recherche d'images pour "drapeau suède"               Suède

Résultat de recherche d'images pour "drapeau pays-bas"

Russie
Résultat de recherche d'images pour "drapeau pays-bas"                   Pays-Bas Résultat de recherche d'images pour "drapeau espagne"               Espagne

Résultat de recherche d'images pour "drapeau Danemark"

Danemark

   

 

 

Les États-Unis jouent un rôle spécial, en achetant en 1803 la Louisiane et
en se livrant de 1812 à 1814 à une guerre contre les Britanniques et les Français
ainsi que leurs alliés indiens au Canada (guerre anglo-américaine de 1812).
C'est alors que s'établissent les premières délimitations frontalières, qui, au-delà des Grands Lacs, coupent le continent  au niveau du 49e degré de latitude (traité de l'Oregon). Les États-Unis avaient déjà joué un rôle dans le conflit anglo-espagnol le long de la côte Pacifique.

Au nord, l'achat de l'Alaska russe par les États-Unis en 1867 a séparé des zones avec des politiques indiennes bien différentes.Alors que la politique coloniale française est dominée par les intérêts commerciaux, et que la colonisation sert plutôt à établir des plaques tournantes commerciales, pour les Britanniques, elle est caractérisée depuis le début par l'intérêt de la colonisation proprement dite, et les rivalités entre groupes de pression protestants.

compagnie de la baie d'Hudson
 Fort william 9  4 3 eastmain watercolour 1806
 Index 10  

 

Au contraire des États-Unis, l'occupation des sols par les colons joue un rôle minime au Canada, à l'exception des quelques espaces d'agglomérations. Ainsi, la Couronne prend le contrôle administratif des peuples indigènes via le monopole de la Compagnie de la Baie d'Hudson,


trapeurs venant vendre leur balots de peaux à la compagnie de la Baie d'Hudson

dont les intérêts commerciaux se rapprochent plus d'un accord pacifique avec et entre les tribus indiennes. Ce n'est que l’afflux de nombreux chercheurs d'or (avant tout des États-Unis) qui incite le Royaume-Uni à favoriser sa propre émigration, pour garder l'équilibre. Les mariages au sein des communautés indigènes créent alors chez les tribus matrilocales, c'est-à-dire celles où le couple vit dans le village de la femme, de nouvelles couches dirigeantes, qui ont un meilleur accès au monde des « blancs ».

 



échanges commerciaux entre colons et Amérindiens

 

 

Vers 1000 ap.J.C., il y a une colonisation de Terre-Neuve par des colons islandais du Groenland, mais elle est de courte durée. Plus loin au nord, sur l'île de Baffin, il y avait déjà eu apparemment plusieurs siècles auparavant des contacts qui n'étaient pas uniquement commerciaux. Des objets d'usage quotidien indiquent des séjours assez longs.
Les islandais nommaient les habitants Skraelinger, mais il n'est pas clair de savoir s'il s'agit de Béothuks ou d'Inuits de la culture de Dorset. Dans les sources, les territoires découverts s'appellent
Helluland, Markland et Vinland,

 Morte di thorvald  Vikingler
Skraelings

 


qui pourraient être des territoires le long de rivière Clyde, au Labrador sud et sur Terre-Neuve. Apparemment, les vikings et les groupes régionaux échangent déjà à cette époque des fourrures contre des objets métalliques et des étoffes

 

Contacts sans colonisation à l'est (1497–1604)

Les Micmacs et les Béothuks sont probablement les premiers à entrer en contact avec les Européens, la seconde tribu étant considérée comme éteinte depuis 1829.

les Béothuk
 Beothuck main 500 Camp du major hohn cartwright et les beothuk 
Wigwam beothuk  Beothuks 

 

les Micmacs

Cartier rencontre les micmacs 

cartier rencontre les Micmacs


 Index 11

 Micmacs

Images 9 
campement Micmacs

 

 

 Selon toute probabilité, les pêcheurs du Pays basque et d'Angleterre parcourent les fonds de pêche autour de Terre-Neuve depuis le XVe siècle, et les Basques découpent encore des baleines à Red Bay en Terre-Neuve-et-Labrador, sur la côte du Labrador entre 1530 et 1600.

 

Red Bay en Terre Neuve / découpe des baleines
View from tracey hill 28  Globicephala 02  Life 1937 01 

 

Le premier Européen dont l'atterrissage en Amérique du Nord est noté dans les sources est Giovanni Caboto (Jean Cabot). Il accoste en 1497 à un endroit pas parfaitement défini sur la côte est et emporte trois Micmacs avec lui vers l'Angleterre. Au plus tard en 1501, quand le Portugais Gaspar Corte-Real fait prisonniers 59 Béothuks, qui se noient au naufrage de son bateau.

 

Giovanni Caboto dit Jean Cabot
Index 12
 

Images 10 

Cabot 

 

 

 

Gaspar Corte-Real
Corte real
 

Bateau de corte real 

Index 

 

Les Béothuks et les Micmacs ont de nombreux contacts avec les pêcheurs espagnols, français, britanniques et irlandais, qui rendent visite à la côte chaque été. En 1578, on compte chaque été presque 400 bateaux de pêche sur la côte est canadienne. À partir de 1519, la traite des fourrures commence : les tribus côtières échangent des fourrures contre des produits européens, avant tout des objets métalliques comme des couteaux, des haches, des marmites.

 

traite des fourrures

 V co exp m993 154 31313


Img traite fourures 


La traite des fourrures 1662008 l 

 

Le rapport de Jacques Cartier est caractéristique de cet intérêt pour le troc : il jette l'ancre en 1541 dans la Baie des Chaleurs. Son bateau est entouré d'un grand nombre de canoës de Micmacs, dont les équipages lui font signe avec des fourrures de castor. Cette tribu est contaminée en 1564, 1570 et 1586 par des maladies que ses membres ne connaissent pas. Les tribus de la côte est commencent à changer : pour garder des contacts commerciaux, ils doivent se faire la guerre.

 

Jacques Cartier  /  débarquement dans la Baie des Chaleurs  /  Cartier remont le St. Laurent

 Jacques cartier



2 jacques cartier dresse une croix gaspe 



Cartierremonte le st laurent 

 

Cartier a aussi échangé des fourrures dans le Saint-Laurent supérieur avec des Iroquois (1534/35) et le commerce reste florissant longtemps, malgré le manque d'infrastructures comme des comptoirs. Le réseau des rivières et des chemins sur lesquels les Indiens font leur commerce existe depuis déjà longtemps. Il négocient le cuivre, l'ivoire de morse, diverses sortes de pierre pour les outils, les armes et les bijoux, avec la graisse des poissons-chandelles, les couvertures en poil de chien, etc.

 

Cuivre / Ivoire de morse / couverture en poil de chien
Index 13
 


Images 11

 


Couverture en poil de chie

 

 

 

 

 

 cliquez ici (page)pour allez où vous voulez sur le site
Main 2
 

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 31/12/2014