LA CÔTE NORD-OUEST

 

 

La côte nord-ouest

La culture de la côte Pacifique se rapproche des particularités trouvées par les Européens à la fin du XIXe siècle. Elle est stabilisée depuis entre 500 et 800. En allant du sud au nord, la société hiérarchisée héréditaire devient plus forte, et la hiérarchie plus rigoureuse. Une couche de familles dirigeantes contrôle le commerce, l'accès aux ressources et la puissance politique et spirituelle. Les simples membres des tribus ne doivent en rien représenter la masse des individus, pas plus que les esclaves, pour la plupart des prisonniers de guerre.

découverte du fleur Mckenzie
Ag10 passage n o map  Fleuve mackenzie5 


En plusieurs endroits, il est très probable que les fouilles locales peuvent être rappores à des tribus de la même région, comme les Tsimshians,qui ont occupé au plus tard en 2000 av.J.C. le site actuel de Prince Rupert. Les différenciations gionales se situent par exemple pour les groupes du détroit de orgie et de la vallée du Fraser :

on y distingue le complexe de Locarno-Beach ou le complexe de Marpole, qui se basent sur la pêche du saumon (voir les Salish de la côte) des Yuquot, qui montrent une culture basée sur la pêche en haute mer, en particulier à la baleine. Au nord, les sites de fouilles représentatifs sont Namu, Prince Rupert et Haida Gwaii, et quelques sites sur le fleuve Fraser, encore plus orientés vers la che au saumon. C'est là que surgissent pour la première fois des tumulus funéraires. Et ce n'est qu'en 400 ap.J.C. qu'apparaît l'arc dans la région.

 

symbole récurant des Tsimshians
Index 9
 
7jc1did8
 

 

Ici aussi, les villages semblent plus nombreux et apparemment plus grands, sauf sur le détroit de Géorgie. Les Salish de la côte actuels se rattachent à la culture de Marpole, et sans doute bien plus haut. Cette culture est déjà caractérisée par la même différenciation sociale, par les maisons en bois abritant plusieurs familles, par la pêche et la conservation du saumon, par des riches sculptures de dimensions parfois monumentales, par des cérémonies complexes, et bien sûr aussi par les potlatchs. Sur la rivière Hoko,dans le Washington, on trouve les formes d'approvisionnement pour l'hiver décrites plus tard par les Européens.

 

village Salish de la Côte / partie de pêche / totem des Salish de la Côte

 Maison des salish

Wad01 gr 
Totem salish

 

À Namu, on trouve déjà en 7000av. J.C. un ensemble d'éléments culturels des Salish de la côte, et de leurs voisins du nord, comme les Nuu-chah-nulth. On constate que les différences culturelles entre groupes relativement rapprochés dans l'espace, comme la rivière Hoko et le nord-est Musqueam, résident surtout dans les arts éphémères comme le tressage des paniers, plutôt que dans celui des techniques bien plus anciennes comme celles des armes de pierre, qui réagissent tendanciellement uniforment et lentement aux besoins toujours pareils, et qui forment d'ailleurs la masse principale des résultats de fouilles.

 

maison longue des Nuu-chah-nulth / tribal / portrait de Nuu-chah-nulth

Nuu chah nulth 


 Tribal council nuu chah nult
036 nuu chah nulth portraits m hut

 

Entre 500 et 1000 après.J.C. les mœurs des funérailles changent à nouveau. Les défunts reçoivent alors toujours plus souvent leur sépulture dans des arbres, sur des poteaux,dans des mausolées ou des grottes. Vers 500 à 700, de plus en plus de villages sont fortifiésen particulier dans le sud – avec des foss creus et inondés, plus au nord avec des palissades. La phase guerrière s'étend jusqu'à l'époque des premiers contacts avec les Euroens qui n'ont fait que l'exacerber.

 

 

 

 cliquez ici (page)pour allez où vous voulez sur le site
Main 2

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 31/12/2014