1876 Little Big Horn

1876 Bataille de Little Big Horn

La bataille de Little Big Horn, surnommée aux États-Unis Custer's Last Stand (« l'ultime résistance de Custer »), et en sioux la bataille de la GreasyGrass,est une bataille qui opposa les 647 hommes du 7e régiment de cavalerie de l'armée américaine du lieutenant-colonel George A.Custer à une coalition de Cheyennes et de Sioux rassemblés sous l'influence de Sitting Bull.

Sittingbull
Général George A. Custer Sitting Bull thathanka lyothanka ou Tatanka Yotanka
(bison mâle qui se roule dans la pourssière)
(bison assis)



Elle s'est déroulée les 25 et 26 juin 1876, à proximité de la rivière Little Big horn (« petit mouflon », un affluent du Bighorn), dans l'est du Territoire du Montana, près de ce qui est aujourd'hui Crow Agency dans l'état du Montana.

Le site de la bataille.
Il est préservé comme monument national.


C'est l'action la plus célèbre de la guerre des Black Hills (aussi connue sous le nom de grande guerre sioux de 1876) et résulta par une victoire écrasante des Indiens menés par Crazy Horse, le chef sioux Gall et le chef cheyenne Lame White Man (en). Custer et 267 de ses hommes périrent dans cette bataille. C'est l'une des batailles les plus célèbres de l'histoire des États-Unis, étudiée de façon approfondie par les historiens et faisant toujours l'objet d'une littérature abondante.

Crazyhorse photo Chef gall sioux hunkpapa Chef cheyenne lame white man
Crazy Horse Tasúnke Witkó (son cheval est fou) ou Cha-o-Ha Chef Gall ou Bear Shedding his hair
en Lakota Pizi
chef Lame White Man Vé'ho'énôhnéhe

 

En 1874, George Armstrong Custer conduit une expédition d'exploration dans les terres sacrées des Black Hills (Montana/Dakota), dans la réserve des Sioux Lakotas et y découvre des gisements aurifères. Les autorités tentent d'abord d'endiguer la vague des chercheurs d'or, avant de chercher à acheter les Black Hills aux Sioux.En septembre 1875, les négociations avec les Sioux échouent. En novembre,le général Terry lance un ultimatum au 31 décembre pour les chasser de leur territoire, par la force si nécessaire. Au printemps 1876, trois colonnes convergent vers les Amérindiens.

La bataille
 
Sans connaissance de l'échec du général Crook à la bataille de la Rosebud le 17 juin, le lieutenant-colonel George Armstrong Custer (général à titre provisoire en 1865 - brevet general) conduit l'attaque d'un camp d'Amérindiens sioux et cheyennes d'environ 6 000-7 000 personnes (dont 1 500-2 000guerriers).Les tribus amérindiennes sont menées par les chefs Sitting Bull et Crazy Horse.


En prévision du combat,Custer divise ses forces en plusieurs groupes: le commandant Major Marcus Reno avec les170 hommes des 3 compagnie A, G et M,le capitaine Frederick Benteen avec125 autres des trois compagnies D,HetK,Custer avec l'effectif de 216 hommes des cinq compagnies E, F, C, I et L. À l'arrière le train avec les munitions, le capitaine McDougall dispose des 101 hommes de la compagnie B.Son plan (d'après le clairon Martini) : prendre le camp indien en tenaille en l'attaquant de plusieurs côtés. Le train de munitions devant progresser indépendamment.

Alfred howe terry George crook 1
Général Alfred Howe Terry Général Crook Major Marcus Reno le clairon Martini


15 h 25 Le premier groupe à attaquer fut celui du Major Reno (compagniesA, G, M), après avoir reçu les ordres de Custer (ses éclaireurs indiens avaient affirmé que des Sioux avaient repéré les soldats et alertaient le village). Les ordres, donnés sans connaissance de la taille du village et de sa localisation exacte étaient d'attaquer les Amérindiens et de les forcer à se battre. Custer lui promit aussi le soutien de tout le régiment.

Les forces de Reno traversent la Little Bighorn vers 15 h. Pendant ce temps, Custer longe les collines pour prendre le village sur son flanc. Les deux forces n'ont alors plus aucun contact visuel. Reno réalise immédiatement que les Sioux et les Cheyennes du Nord sont présents en force et ne s'enfuient pas.

Il ordonne à ses troupes de mettre pied à terre et de prendre une formation en ligne dite de skirmish line (ligne d'escarmouche). Ses hommes commencent à tirer sur le village (selon certains récits, ils ont tué plusieurs femmes et enfants du chef Gall). Les Amérindiens se portent à la rencontre des soldats et concentrent leurs attaques sur l'aile gauche exposée de Reno. Les échanges de tirs à longue distance se poursuivent pendant 20 minutes. N'ayant reçu aucun soutien de Custer et les Amérindiens menaçant de plus en plus de déborder son aile gauche, Reno ordonne à ses cavaliers de se remettre en selle et de se retirer dans un sous-bois

Les Sioux et les Cheyennes dirigent un feu nourri sur les nouvelles positions des soldats et tentent de mettre le feu aux buissons pour les déloger. Ajoutant à la confusion qui s'installe chez les soldats, Reno ordonne à ses hommes de monter à cheval, de mettre pied à terre puis de remonter. Il donne ensuite l'ordre de la retraite en se dirigeant vers le haut d'une colline (aujourd'hui appelée « Reno Hill »). Ses hommes tentent de le suivre mais Reno n'a laissé aucune force de couverture afin de couvrir sa retraite. Ceci provoque une déroute et plus de 30 soldats sont tués par les Amérindiens, menés par les chefs Two Moon, Crow King et Crazy Horse.
La retraite précipitée de Reno pourrait avoir été provoquée par la mort de l'éclaireur amérindien Bloody Knife, tué d'une balle dans la tête alors qu'il se tenait près de Reno (et dont le sang avait éclaboussé le visage de l'officier américain).

Alors que les survivants du bataillon de Reno atteignent une colline et commencenta creuser des trous de protection, un groupe d'Amérindiens parmi lesquels Crazy Horse, Red Feather et Kicking Bear aperçoivent les troupes de Custer depuis la crête d'une colline. Ils rassemblent leurs blessés et retraversent la rivière pour protéger le village. 

 

Chef des cheyennes du nord two moon Crow king Red feather caption 300pix Kicking bear 2
Chef Cheyenne Two Moon
Éše'he Ôhnéšesêstse
Chef Crow King Peinture de Red Feather Chef Kicking Bear
Mato Wanartaka
Bloody Knife éclaireur amérindien 

 

16 h 10  Custer atteint une butte près du village. Il a besoin de reconnaître le terrain et trouver un gué. Il envoie un messager ordonnant à Benteen de le rejoindre rapidement et d'apporter avec lui les munitions. ll est vraisemblable qu'à ce moment, Custer a conscience de l'étendue du village et du nombre considérable d'Amérindiens qu'il aura à affronter.

Les détails du combat entre les Amérindiens et le bataillon de Custer sont largement conjecturels car aucun de ses hommes n'a survécu à la bataille. Le déroulement supposé est basé sur les témoignages (parfois contradictoires) des Amérindiens, les fouilles archéologiques (notamment la localisation des douilles, des balles, et des pointes de flèches) et les positions des troupes américaines au moment de leur anéantissement. Ces indices sont interprétés diversement et toujours discutés par les historiens.