1890 massacre de Wounded Knee

 

 

1890 Wounded Knee
15 décembre: meutre de Sitting Bull à Standing Rock.
29 décembre: massacre de Wounded Knee


Le massacre de Wounded Knee est une opération militaire qui s'est déroulée aux États-Unis d'Arique, dans le Dakota du Sud, le 29 décembre 1890. Entre 300 et 350 Amérindiens de la tribu Lakota Miniconjou (dont plusieurs dizaines de femmes et des enfants) ont été tués par l'armée des États-Unis.

Cinq cents soldats du 7egiment de cavalerie des États-Unis, appuyés par quatre mitrailleuses Hotchkiss,
ont encerclé un campement d'Indiens Lakota avec l'ordre de les convoyer en train vers Omaha dans le Nebraska. Le commandant du 7e avait reçu l'ordre de procéder à un sarmement palable.

Il existe différentes versions du massacre mais les historiens s'accordent sur lefait que les tirs ont
commenpendant le désarmement des Indiens. Un coup de fusil a retenti et les Indiens, sarmés et encerclés, ont été mitrails. Au total 26 soldats de la cavalerie ainsi que 153 Indiens Sioux ont été tués,
dont 62 femmes et enfants. Les cadavres indiens furent enterrés dans une fosse commune sur le lieu du massacre. D'autres Sioux sont morts de leurs blessures ultérieurement ainsi qu'un lieutenant de la cavalerie.

CETTE IMAGE ME RAPPELLE PERSONNELLEMENT D'AUTRES IMAGES DE LA DERNIERE GUERRE ET DES CAMPS DE CONCENTRATION NAZIS
QUELLHONTE!!!

 

 

En février 1890, le gouvernement des États-Unis rompt un traité passé avec les Lakota en divisant la Grande réserve indienne Sioux de ltat du Dakota du Sud (qui englobait la plus grande partie de l'État) en cinq réserves dont la totali est plus petite. Cela estalisé pour satisfaire les intérêts des propriétaires de l'Est, conformément à la politique clairement affichée du gouvernement « de rompre les relations tribales » et d'obliger...« les Indiens à se conformer au mode de vie de l'homme blanc, pacifiquement si possible
ou sinon par la force».


Une fois les serves « ajustées »,les tribus sont parées en unis familiales sur des parcelles
de terrain de 320 acres, soit 130 hectares.
En raison de la cheresse, les récoltes de 1890 sont insuffisantes pour assurer l'alimentation des Sioux. Malheureusement pour les Indiens, le gouvernement a aussi duit les rations de moitié,
les
Indiens étant jugés « paresseux ».
Comme le bison a, de plus, été pratiquement exterminé de la plaine quelques années plus tôt, les Sioux se retrouvent en situation de famine.
 
SACHEZ QU'ACTUELLEMENT LES DAKOTAS DU SUD ET DU NORD COMPTENT ENCORE DES
"RESERVES" SIOUX
LA PLUPART DE CES PAUVRES AMERINDIENS SONT DANS LA MISERE LA PLUS TOTALE
ET BEAUCOUP SONT DEVENU ALCOOLIQUES

En 1890, Jack Wilson, un chef religieux amérindien connu sous le nom de Wovoka, déclare que, pendant
l'écl
ipse totale de soleil du 1er janvier 1889, il a reçu la révélation qu'il est le Messie de son peuple.
Le mouvement spirituel qu'il crée devient connu sous le nom de « Danse des esprits » (Ghost Dance),
m
élange syncrétique de spiritualisme paiute et de christianisme shaker.
Bien q
ue Wilson ait prédit la disparition des hommes blancs, il enseigne également que, jusqu'au jour du Jugement dernier, les Amérindiens doivent vivre en paix et ne pas refuser de travailler pour les Blancs.

Chez les Sioux, les deux premiers convertis à cette nouvelle religion sont Kicking Bear et Short Bull, de la réserve de Pine Ridge. Tous deux assurent que Wilson s'est mis en lévitation devant eux, mais ils interprètent différemment ses paroles. Ils rejettent la prétention de Wilson à être le Messie et croient que le Messie n'arrivera pas avant 1891. Ils refusent aussi le pacifisme de Wilson et estiment que des vêtements
s
péciaux, les «chemises des esprits » (ghost shirts), les protégeront des balles.

 
 

 

 Wovoka wilson 1

Short bull 

 

 

Kicking bear dakota 

Wowoka Jack Wilson

Short Bull

Kicking Bear

 
 
 
 

 


Paiute Ghost Dance
Ghost dance ou Danse des Esprits
 
 
La Danse des esprits se propage rapidement chez les Sioux, démoralisés et affamés. Effrayés, les agents indiens demandent l'aide de l'armée. Bien qu'il semble qu'une majorité des Indiens de la réserve de Pine Ridge ait été convertie, le chef Sitting Bull n'en fait pas partie. Cependant, il garantit la liberté religieuse ; mais les fonctionnaires fédéraux interprètent cette tolérance comme un appui total, et le général Nelson Miles ordonne son arrestation. Quarante-trois policiers indiens essayent de l'arrêter le 15 décembre 1890 à l'agence de Standing Rock. Pour des raisons peu claires, une fusillade se déclenche et Sitting Bull est parmi les douze tués.
 
 
réserve de Pine Ridge
 
Quatre cents Hunkpapa Lakota fuient à la réserve indienne de Cheyenne River des Lakota Miniconjou.
38 Hunkpapa Lakota du village de Sitting Bull trouvent refuge dans le campement des Miniconjou de Big Foot dans la réserve de Cheyenne River. Miles ordonne aussitôt l'arrestation de Big Foot mais l'armée temporise, espérant que la réputation de pacifiste de ce dernier préviendra les hostilités. Quand les Hunkpapa arrivent, apeurés par la venue de nombreux soldats dans la réserve, les 300 Miniconjou décident d'abandonner leur village et de rejoindre le chef Red Cloud(qui ne fait pas partie du mouvement de la Danse des esprits)
à l'agence (réserve) de Pine Ridge.

Ignorant les intentions des Indiens, et craignant que la destination de Big Foot ne soit le bastion des adeptes de la Danse des esprits dans les Bad Lands, le général Miles déploie les 6e et 9e régiments de cavalerie pour bloquer les Minniconjou.
 

 
Big foot


 Nsn redcloud

 

Sitting bull 1 

 

Big Foot peinture

Red Cloud

Sitting Bull

 
Le clan de Big Foot est intercepté par le major Samuel Whitside et environ 200 hommes du 7e de cavalerie (décimé à Little Big Horn par les Sioux 14 ans auparavant). Whitside transfère Big Foot qui souffre d'une sévère pneumonie vers une ambulance de campagne et escorte les Lakota à leur camp pour la nuit à Wounded Knee Creek. L'armée fournit aux Lakota des tentes et des rations. Les Indiens sont comptés : il y a dans le village 120 hommes et 230 femmes et enfants.
Le matin suivant, les Lakota trouvent face à eux le reste du régiment, avec son commandant, le colonel James W. Forsyth, arrivé pendant la nuit, ainsi qu'une batterie de canons Hotchkiss du 1er régiment d'artillerie. Les armes sont disposées sur une petite colline surplombant le campement. Forsyth informe Whitside que les Lakota doivent être transférés dans un camp militaire à Omaha dans le Nebraska.
La 7e de cavalerie a reçu l'ordre du commandant du département de la Platte, le néral John Brooke, de désarmer le clan de Big Foot avant le transfert vers le Nebraska. La veille au soir, après avoir été escortés au camp et avoir été encerclés de toute part, les Lakota sont considérés comme des prisonniers virtuels. Forsyth choisit de ne pas essayer de les désarmer dans la soie.

Au matin, les hommes Lakota sont rassemblés et informés qu'ils doivent remettre toutes leurs armes à feu.
Les soldats, craignant que des armes restent cachées, commencent à fouiller les tentes, provoquant la colère des Lakota qui, selon l'armée, sont sous l'influence d'un chaman Miniconjou, Yellow Bird.

Lorsque les soldats tentent de désarmer un Lakota nommé Black Coyote, un coup de feu part. Une fusillade générale s'ensuit. La plupart des hommes Lakota,encerclés par les soldats, sont abattus.Les survivants segagent. C'est alors que les canons bombardent le village des femmes et des enfants.
On a longtemps prétendu que 146 Lakota avaient été tués ainsi que 25soldats de la cavalerie des États-Unis qui comptait également 35 blessés, Big Foot figurant parmi les morts.
 
 
200px smwhitside 1876   General forsyth  John brooke Black coyotte 
Major Samuel Whiteside Général James W. Forsyte Général John Brooke Black Coyote

En fait, l'armée américaine reconnaît aujourd'hui que c'est 300 à 350 Amérindiens qui périrent lors de
ce « massacre » de tous les côtés, on pense que certains d'entre eux ont été tués par leur propre régiment
mais aucune enquête n'a permis de connaître la vérité.
Le lieutenant James D. Mann, un des principaux responsables du tir, meurt de ses blessures dix-sept jours
plus
tard, le 15 janvier 1891, à Fort Riley dans le Kansas.
 
Mort de big foot
Chief Big Foot agonisant dans la neige
 

Conséquences

Lorsque la tempête de neige qui s'est abattue entre temps se calme, les militaires embauchent des civils
pour enterrer dans une fosse commune les victimes Lakota : officiellement, 84 hommes et garçons,
44 femmes et 18 enfants. De plus, 7 Lakota meurent à l'hôpital de Pine Ridge des suites de leurs blessures.

L
e colonel Forsyth, désavoué par le général Nelson Miles, est immédiatement relevé de son commandement.
Une enquête militaire approfondie menée par Miles critique les dispositions tactiques prises par Forsyth
to
ut en l'exonérant de sa responsabilité. Le secrétaire à la guerre rétablit alors Forsyth dans son commandement du 7e gimentde cavalerie. La cour juge que, pour la plupart, les soldats de la cavalerie ont essayé d'éviter les atteintes aux non-combattants.
Néanmoins Miles continue à critiquer Forsyth qui, selon lui, a délirément désobéi aux ordres. C'est du
général Miles que vient l'opinion selon laquelle Wounded Knee est un massacre délibéré plutôt qu'un drame provoqué par des décisions malheureuses (l'opinion publique aricaine étant alors généralement favorable à Forsyth).
Vingt « médailles d'honneur» sont attribuées à des soldats du 7e de cavalerie pour leur conduite durant le massacre. Aujourd'hui encore, les Amérindiens réclament instamment qu'elles soient requalifes en
« médailles du déshonneur ».

B
eaucoup de non-Lakota vivant ps des réserves interprètent la bataille comme la défaite d'un culte meurtrier, la Danse des Esprits, faisant l'amalgame entre les adeptes de ce culte et
les Amérindiens en général.
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Ils ont reçu une médaille d'honneur pour ça ...

Wounded knee Woundedkneescenedeadandhorses
Wounded knee dec 28 1890 image large 3612808 orig
10031423 med man close Images 20
Fosse commune Mort de big foot 1
Avant le massacre  
Images 2 jpg Avant le massacre
Images 21 Indiensbigfoot
Armée avant et après le massacre  
Armee en marche Images 22
Return of casey s scouts from the fight at wounded knee 1890 91 soldiers on horseback plod through the snow nara 531103

retour de la cavalerie dans la tempête

de neige

et dire qu'ils sont fiers et vont être médaillés

en Europe on nous bat les oreilles avec la Shoha

et aux Etats-Unis ?

C'EST UN SCANDALE UNE HORREUR SANS NOM

 

4 votes. Moyenne 4.75 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 08/11/2015