PEUPLES AMERINDIENS indiens des Amérique

passez par la page d'accueil pour voir les nouveautés

 

Calchaquís (les)


Groupes amérindiens de l'ethnie diaguita ou pazioca qui habitaient le nord-ouest de l'Argentine avant l'arrivée des conquistadors Espagnols. Le nom de Calchaquís leur a été attribué seulement au XVIIe siècle étant éponyme de l'un de leurs principaux chefs. Les européens appelèrent dès lors Calchaquís (Calchaquíes en espagnol) tout un groupe de tribus diaguitas, comme les yocavils, les quilmes, les tafís, les chicoanas, les tilcaras et les purmamarcas entre autres. Il est estimé qu'à cette époque , sa population était 415000 à 455000 personnes, ayant résister à un siècle de colonisation Espagnols . Au milieu du XVIIe siècle, à la fin des conflits, il restait à peine 20 000 calchaquies dans tout le nord-ouest argentin . 


  


La dénomination "calchaquí" comme signalé plus haut dérive du nom d'un des principaux chefs paziocas ou diaguitas qui s'opposèrent aux espagnols : Kalchakí appelé par les espagnols Juan Calchaquí, un cacique indien Omaguaca qui dominait la valléede Yocavil, et avait complètement détruit les villes espagnoles de Cañete et de Londres (près de Santiago del Estero) vers 1560, lors d'un soulèvement suscité par l'hostilité du gouverneur Castañeda vis-à-vis des indiens. Pendant toute la période de la conquête, les Espagnols n'avaient pas pu pénétrer dans les Vallées Calchaquí , où la culture Diaguita s'était réfugiée , une confédération avancée de seigneuries agro-potières indépendantes appartenant à la Culture Santa María , unies par une langue commune, le Kakan et une partie tour du grand groupe de la civilisation andine . Les Espagnols se sont référés à ses membres, à tort, comme calchaquíes, un nom correspondant à l'un des manoirs de Pazioca. Ces seigneuries étaient regroupées en trois grandes nations: Pulares au nord, Diaguitas à l'ouest et Calchaquíes à l'est. Les plus petits groupes étaient les ocloyas formé par 2.000 personnes et les calchaquíes , environ 12.500 personnes (2.500 Indiens tributaires), selon Sotelo Narváez ( 1583 ).  Une vieille tradition d'indépendance vis-à-vis des Paziocas et du faible nombre d'Espagnols à Tucumán a permis une série d'actes de défense de leur territoire par la confédération Diaguita. Ces luttes ont été historiquement connues comme les guerres de Calchaquí qui ont duré plus d'un siècle.

 

  • La première guerre de Calchaquí a éclaté en 1560 et le chef Juan Calchaquí et les curacas Quipildor et Viltipoco ont été dirigés . La confédération a réussi à garder les Européens hors de leur territoire, rasant les trois nouvelles villes fondées par les Espagnols: Cañete , Córdoba de Calchaquí et Londres . L'historiographie hispano-américaine considère cette guerre comme «l' une des plus grandes tragédies de notre histoire» . Cette guerre a provoqué la décision du roi d'Espagne en 1563 de séparer Tucumán du Chili pour créer un gouvernement dépendant  du vice-roi du Pérou .
  •   Juan Calchaqui
  • La rébellion de Viltipoco . Plus tard, en 1594, Viltipoco, le chef des omaguacas , a commencé un nouveau soulèvement, rassemblant une armée de 10000 lances des tribus Diaguita, cependant, 25 Espagnols sous le commandement du capitaine Francisco de Argañaraz y Murguía ont infiltré la Quebrada de Humahuaca où il a attaqué par surprise. le camp ennemi, tuant les caciques et capturant Viltipoco, qui fut emmené à San Salvador de Jujuy où il mourut en prison quelques années plus tard.
  •  Viltipoco   Francisco de Argañaraz y Murguia
  • La seconde guerre de Calchaquí a duré 7 ans ( 1630 - 1637 ) et a été dirigée par la curaca Chalamín . Les Diaguitas ont à nouveau détruit les villes installées par les Espagnols, Londres II et Notre-Dame de Guadalupe . En 1637, l'armée espagnole a capturé et exécuté la curaca Chalamín. Les habitants du Señorío Diaguita, qui a mené la guerre, ont été déportés et réduits en esclavage par les Espagnols.
  • La troisième guerre de Calchaquí a duré huit ans ( 1658 - 1667 ). Cette guerre avait la particularité qu'à ses débuts, un aventurier andalou , Pedro Bohórquez , qui prétendait être inca, Inca Hualpa , a été accepté comme chef militaire par les Paziocas. Bohorquez manœuvra habilement, gagna même le soutien des jésuites et organisa une solide armée indigène de     6 000 guerriers avec laquelle il garda le contrôle de la région pendant plusieurs années. Cependant, en 1659, il se livra aux Espagnols avec l'intention d'être pardonné, qui l'envoya à Lima et finalement ils l'ont exécuté. La confédération a poursuivi la guerre menée par José Henríquez . Lorsque la seigneurie des quilmes a été défaite en 1665 , ce qui a conduit à la troisième guerre, les Espagnols ont ordonné leur déracinement complet et leur expulsion vers la plaine de la juridiction de San Miguel de Tucumán, une cinquantaine d'Indiens, considérés comme les plus belliqueux, ont été envoyés avec leurs familles , qui totalisait environ 300 personnes. Un groupe important de dénaturés de Quilmes, ont été transférés aux environs de la ville de San Miguel de Tucumán, et en 1709 ca. par certificat royal, 94 000 hectares leur sont accordés. en Amaicha del Valle, un titre qui, jusqu'à aujourd'hui, est détenu par la communauté Amaicha (ses descendants). Les ruines des Quilmes, une histoire d'héroïsme et d'exil. À cet endroit aujourd'hui, la ville de Quilmes se lève . La guerre prend fin le 2 janvier 1667 lorsque le dernier des manoirs de Pazioca, les Acalianes ou Calianos, est défait.  Les Espagnols ont pris la décision de diviser, d'expulser et de réduire les peuples Diaguitas en esclavage .


Pedro Bohorquez dit le champion des menteurs

Les Calchaquís étaient agriculteurs, pasteurs et excellents potiers. Ils adoraient des divinités de la nature (le Soleil, la Lune, le Tonnerre et la Terre) et, comme les autres Diaguitas, parlaient une langue particulière appelée kakan (ou kakán). En 1480  ils durent se soumettre à la domination de l'empire inca (Tawantinsuyu), dont ils acquirent une forte influence culturelle.

 

Ils ont fait leurs maisons en pierre , disposées dans un cairn , et ne pas utiliser tout type de ciment , technique commune des peuples des Andes .

Ils vivaient dans des maisons carrées en pierre et au toit de chaume. Les maisons n'avaient pas de fenêtres et le toit était fait de boue ou de paille. Ses constructions étaient monumentales, preuve en sont des villes comme La Paya , Quilmes et Tolombón .

  
vestiges des cités de Quilmes et Tolombón

Ils étaient de braves guerriers et affrontaient à la fois la conquête des Incas et celle des Espagnols. Leurs armes typiques étaient l' arc et la flèche et ils combattaient à pied. Leurs villes étaient défendues par des pucarás , qui étaient situés dans des endroits presque inaccessibles.


Pucara de Tilcara

Ils cultivaient le maïs , avec le système de terrasse . Ils ont obtenu de la laine et de la viande du lama , du guanaco , de la vigogne et de la taruca . Fabriqués pots , cruches et des plats de céramique . Ils ont travaillé l' or , l' argent et le cuivre . Bien que le maïs soit la base de leur alimentation, les haricots et les courges faisaient également partie de leur alimentation.


pièce de poterie de la vallées Cachaqui au musée de la Plata

Organisation sociale, famille, droit 

Ils n'avaient pas un seul gouvernement permanent. Leurs caciques sont arrivés au pouvoir par succession; "Les enfants succèdent aux parents et aux frères et sœurs s'ils n'ont pas d'enfants", ce qui impliquerait l'existence d'une véritable caste dirigeante. Il y avait un grand nombre de caciques dont Juan Calchaquí était le principal, venant invoquer toutes les partialités de sa nation. L'autorité du chef était absolue. Ils préféraient la mort à la perte de leur pleine autorité. Avant l'invasion espagnole, ils ont formé de très nombreuses coalitions.

La polygamie semble avoir été une règle générale. Par exemple: à la mort du mari, le frère a hérité de ses femmes. Il est possible d'observer les traces des cérémonies d'initiation des hommes, auxquelles les jeunes ont été soumis lorsqu'ils ont atteint la période de puberté. La famille Diaguita était petite, car elle était composée de quatre ou cinq personnes.

Religion 

Les Calchaquies adorait le dieu soleil. Ils avaient des prêtres spéciaux, des «magiciens», des «sorciers», des «dieux». Ils croyaient à l'immortalité de l'âme même s'ils dédaignaient l'antiquité et la profondeur de ces mêmes croyances.

Les prêtres étaient également médecins. Lorsqu'un calchaqui était malade et sur le point de mourir, ses proches veillaient sur lui au milieu de libations abondantes. Ils comprenaient cela comme une défense contre les forces du mal qui le menaçaient. Les cérémonies funéraires ont duré huit jours, puis la maison a été incendiée pour empêcher son retour. Comme il n'y avait pour eux que des morts violentes, chaque mort devait être causée.

La croyance en l'au-delà se reflétait dans tout un cycle de cérémonies liées à la mort, de l'enterrement en "position rituelle" à l'élaboration de tombes en forme de pyramide accompagnant le défunt avec son trousseau funéraire. Les adultes ont été enterrés dans des chambres dénoyautées ou directement dans le sol, sauf dans certains cas ils ont été enterrés dans des urnes, à la manière des enfants.

Art

Les pictogrammes sont très nombreux dans la région. Généralement, ce sont des reproductions de figures isolées, bien que la faiblesse de la paroi lithique qui les contient leur donne un aspect trompeur de composition. Certains semblent avoir été mis en scène. Les animaux sont également représentés.


pictogrammes

La musique avait une certaine teinte militaire. Ils ont joué aux pingollos et aux clairons . Ils ont également utilisé la flûte de pan , la flûte analogique en bois, les flûtes simples, les sifflets , l' ocarina

Actuellement en Argentine on donne le nom de Vallées Calchaquies à la série de vallées longitudinales situées entre le secteur nord des Sierras Pampéennes connues comme étant la Sierra de lAconquija à l'est, et les premiers plissements de la Cordillère des Andes à l'ouest.  Ainsi ces vallées s'étendent sur les provinces de Salta, Tucumán et Catamarca. Elles sont réputées pour leurs superbes paysages ainsi que par d'excellentes productions vitivinicoles, par exemple à Cafayate.

   

 

Date de dernière mise à jour : 28/04/2020

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !