PEUPLES AMERINDIENS indiens des Amérique

les Lilliniwek ou confédération de l'Illinois

 

 

 

 

Confédération de l'Illinois
ou Lilliniwek ou Lillini

 

 

 

 

 

La Confédération de l'Illinois , également appelée Illiniwek ou Illini , était composée de 12 à 13 tribus qui vivaient dans la vallée du Mississippi. Finalement, les tribus membres ont occupé une zone allant du lac Michicigao (Michigan) à l'Iowa, l'Illinois, le Missouri et l'Arkansas. Les cinq tribus principales étaient les Cahokia , les Kaskaskia , les Michigamea , les Peoria et les Tamaroa (voir les articles à la suite de celui-ci). Le nom de la confédération a été dérivé de la translittération par les explorateurs français de "iliniwe" en Illinois , plus en accord avec les sons de leur propre langue. On estime que les tribus comptaient des dizaines de milliers de membres, avant l'avancée des contacts européens au 17ème siècle qui ont inhibé leur croissance et entraîné un déclin marqué de la population.

Les Illinois, comme de nombreux groupes amérindiens, vivaient de l'agriculture, de la chasse et de la pêche.  Groupe partiellement nomade, les Illinois vivaient souvent dans des maisons longues et des wigwams , selon la saison et les ressources dont ils disposaient dans les terres environnantes. Alors que les hommes chassaient ou participaient généralement à la guerre, les femmes cultivaient et transformaient leurs récoltes, créaient des outils et des vêtements à partir de gibier et préservaient les aliments de diverses manières pour le stockage et le voyage.  Pas officiellement une Confédération, les villages étaient dirigés par un Grand Chef. Les villages avaient plusieurs chefs qui dirigeaient chaque clan individuel. Le peuple de l'Illinois a finalement décliné en raison des pertes dues aux maladies infectieuses et à la guerre, principalement dues à l'arrivée de colons français. 

Finalement, ils se sont réorganisés sous le nom de Peoria confédérée . Ils sont maintenant connus sous le nom de "tribu d'Indiens Peoria" reconnue par le gouvernement fédéral et résident dans l'actuel Oklahoma 

Nom 
Les missionnaires français qui ont documenté leurs interactions avec les tribus notent que les gens s'appelaient eux-mêmes les " Inoka ". La signification de ce mot est inconnue. Mais, le père Jacques Marquette , un missionnaire jésuite français, a affirmé que le terme « Illinois » était dérivé de « Illini » dans leur langue algonquienne , signifiant « les hommes ». Le père Louis Hennepin a affirmé que les « hommes » auxquels il est fait référence ici étaient un symbole de maturité et de force, et représentatifs de l'âge d'un homme.

  
à gauche Jacques Marquette à droite Louis Hennepin

Au 21ème siècle, cependant, la recherche linguistique démontre qu'ilinois dérive indirectement du terme « irenweena », signifiant « il parle de la manière ordinaire ». Alors que les Ojibwa , qui occupaient les régions voisines autour des Grands Lacs orientaux, la prononciation de ce concept ressemblait aux Français à « ilinwe ». [1] Ilinwe est la forme singulière d'ilinwek. Les explorateurs français qui l'ont entendu pour la première fois, l'ont enregistré sous diverses formes translittérées, telles que "liniouek", "Aliniouek" et "Iliniouek". [4] Tandis que, le singulier a évolué dans le « Illinois » communément connu.

Histoire 
Formation 
La Confédération de l'Illinois comprenait 12 tribus distinctes qui partageaient une langue et une culture communes. Ces tribus sont les Kaskaskia, Cahokia, Peoria, Tamaroa, Moingwena, Michigamea, Chepoussa, Chinkoa, Coiracoentanon, Espeminkia, Maroa, Tapouara. De ces 12, il ne reste que les Cahokia, Kaskaskia, Michigamea, Peoria et Tamaora ; d'autres ont été perdus en tant que tribus distinctes à cause de la maladie et de la guerre. Quand l'Illinois a été documenté pour la première fois par les Européens au 17ème siècle, on a dit qu'ils étaient une population d'environ 10 000 personnes. Bien que le nombre ait considérablement diminué, beaucoup de leurs descendants font aujourd'hui partie de la tribu Peoria de Miami, Oklahoma , dans le cadre de la tribu Peoria confédérée fusionnée. 

Interactions avec les Européens 
On pense que lorsque les Français ont rencontré pour la première fois les tribus Illiniwek, il y avait jusqu'à 10 000 membres vivant dans une vaste zone s'étendant du lac Michigan au cœur de l'Iowa et aussi loin au sud que l'Arkansas. Dans les années 1670, les Français ont trouvé un village de Kaskaskia dans la vallée de la rivière Illinois (le site ultérieur de l'actuelle Utica), un village de Peoria dans l'Iowa actuel (près du site ultérieur de Keokuk), et un village des Michigamea dans le nord-est de l'Arkansas.

Le village de Kaskaskia, également connu sous le nom de Grand Village de l'Illinois , était le village le plus grand et le plus connu des tribus de l'Illinois. En 1675, les Français ont établi une mission catholique, appelée Mission de l'Immaculée Conception de la Sainte Vierge, et un poste de traite des fourrures près du village. La population est passée à environ 6 000 personnes dans environ 460 maisons.  Avant longtemps, cependant, les maladies infectieuses eurasiennes et les guerres de castors en cours ont entraîné une mortalité élevée dans l'Illiniwek, provoquant la chute de leur population au cours des décennies à venir.

Les Français nommèrent la région Pays de l'Illinois, ou « pays des Illinois », qui devint un nom commun en référence à la patrie des Illinois. Les premiers explorateurs français, dont Louis Jolliet , Jacques Marquette et René-Robert Cavelier, sieur de La Salle , ont produit des récits qui ont documenté la première découverte de l'Illinois.  En raison de ces développements, les tribus de l'Illinois sont devenues bien connues des explorateurs européens. La colonisation européenne, les valeurs et la religion ont commencé à affecter les tribus.

    
de g. à dr. Louis Jolliet, Jacques Marquette et René-Robert Cavelier sieur de la Salle

À la fin du XVIIe siècle, les Iroquois, pour étendre leur région et contrôler le commerce des fourrures, ont forcé les Kaskaskia et d'autres Illinois à quitter leurs villages. Ils ont déménagé vers le sud.  Bien que les Illinois se soient battus contre leur principal ennemi à l'époque, les guerres se sont dispersées et ont tué beaucoup de leurs membres. Finalement, ils ont récupéré certaines de leurs terres. 

Au début des années 1700, les Illinois sont devenus impliqués dans le conflit entre les Meskwaki , également connus sous le nom de "Fox", et les Français, connus sous le nom de Fox Wars . En 1722, les Meskwaki ont attaqué les Peoria pour avoir tué le neveu d'un de leurs chefs, et les ont forcés sur Starved Rock . Les Peoria ont envoyé des messagers demandant de l'aide aux Français, mais au moment où ils ont atteint le site, beaucoup de guerriers de Peoria avaient été tués.  Les Français et leurs alliés Illini, Miami, Potawatomi et Sac ont continué à combattre les Meskwaki, mais sans succès jusqu'en 1730. Cette année-là, ils ont assiégé un village de Fox sur la rivière Sangamon et a mené une attaque brutale. 

  
de g. à dr Starved Rock et Sangamon river

Au milieu des années 1700, les 12 ou 13 tribus de la Confédération étaient réduites à cinq : les Cahokia, les Kaskaskia, les Michigamea, les Peoria et les Tamaroa.  Les maladies européennes ont considérablement réduit le nombre des Illinois. Les guerres étaient dues aux conflits entre les tribus pour les ressources et les biens commerciaux, ou avaient été initiées par des explorateurs européens cherchant à étendre leurs terres. Les descendants restants de la Confédération d'Illinois ont fusionné avec Peoria et sont connus comme la Tribu Peoria d'Indiens et résident dans le comté d'Ottawa, Oklahoma.

Dissolution 
Certains des principaux ennemis des Illinois étaient les Lakota (Sioux), les Osage , les Pawnee et les Arikara à l'ouest et les Quapaw , les Shawnee et les Chickasaw au sud. Bien que ces tribus constituaient des menaces constantes, les Iroquois sont devenus l'ennemi le plus pressant des Illinois à partir de la fin des années 1600.  Les Iroquois, à la recherche de nouveaux terrains de chasse après avoir épuisé leurs propres ressources, ont tué ou capturé de nombreux Illinois par le biais de leurs partis de guerre. Cette capture de terre et de personnes a finalement poussé l'Illinois hors de la région des Grands Lacs et dans le Kansas actuel. [dix]Outre le conflit interne entre les tribus elles-mêmes, les Illinois ont également fait face à la menace des forces européennes qui ont déclenché des conflits avec eux et déclenché des guerres, dont certaines ont été recrutées comme alliés. 

De plus, avec l'expansion des contacts européens et iroquois, les Illinois ont été exposés à une variété de nouvelles maladies qui ont causé une mortalité élevée parmi eux. Par la guerre et la maladie étrangère, la population de l' Illinois drastiquement diminué à un village d'environ 300 personnes par 1778. Poussé par les Iroquois et Shawnee et face plus nombreux colons européens, l'Illinois a accepté une réserve 1832 à la rivière Big Muddy au sud de Kaskaskia. Mais en quelques mois, ils cèdent le reste de leur territoire et migrent pour s'installer dans une réserve à l'Est du Kansas. 


Big Muddy river

En 1854, les Illinois fusionnent avec les nations Wea et Piankashaw , se rebaptisant Tribu Peoria confédérée. En 1867, ils se sont réinstallés dans une nouvelle réserve dans le nord-est de l'Oklahoma et ont finalement été rejoints par des membres de la tribu de Miami, qui sont devenus une partie officielle de leur nouvelle confédération en 1873. Pendant environ 50 ans, la United Peoria et la tribu de Miami se sont dissoutes. dans les années 1920.Les membres restants de la Confédération Peoria se sont réorganisés, cherchant la reconnaissance fédérale par le gouvernement américain, et ont été officiellement reconnus en 1978.  Les descendants restants de la Confédération de l'Illinois se trouvent aujourd'hui au sein de la Peoria dans le comté d'Ottawa, Oklahoma . 

Culture 
Langue 
Miami et l'Illinois sont des dialectes de la même langue algonquienne , parlés en Indiana et plus tard en Oklahoma. Bien qu'il ne reste aucun locuteur natif de la langue, les efforts de relance de la langue sont en cours et les enfants des nations de Miami et de Peoria réapprennent à parler leur langue ancestrale.  Miami-Illinois est une langue polysynthétique avec une morphologie verbale complexe et un ordre des mots assez libre. 

La langue algonquienne est une famille de langues indiennes d'Amérique du Nord qui était parlée au Canada, en Nouvelle-Angleterre, dans la région côtière de l'Atlantique et dans la région des Grands Lacs, se déplaçant vers les montagnes Rocheuses. Bien qu'il existe de nombreuses langues algonquiennes, telles que le cri, l'ojibwa, le pied - noir et le cheyenne, le terme « algonquin » est utilisé pour désigner le dialecte de l'ojibwa, qui est utilisé par les Illinois.  Aujourd'hui, il n'y a pas de locuteurs natifs de la langue, bien que les mouvements de renouveau fassent des efforts pour maintenir la langue vivante. 

Sexe 
Comme la plupart des tribus amérindiennes, les hommes de l'Illinois étaient principalement des chasseurs et des guerriers tandis que les femmes avaient des rôles domestiques et agricoles. Cependant, les archives montrent que certaines femmes occupaient également des postes de direction, y compris à des fins rituelles. Au milieu d'une société polygame , les premières épouses ont tenu la supériorité dans leurs familles et ont tenu des rôles de leadership dans le ménage. De plus, certaines femmes étaient chamanes et prêtres, détenant ainsi un grand pouvoir dans la communauté. Ils édictaient des pouvoirs qui pouvaient conduire à la mort, et étaient donc à la fois vénérés et craints par les hommes et les femmes. Les femmes se voyaient parfois confier des tâches de chasse lors de chasses collectives, mais se voyaient refuser l'utilisation d'armes, ce qui rendait difficile la participation à cette activité. En dehors de la religion, les femmes pouvaient obtenir un statut dans le village grâce aux activités domestiques et à la récolte.  Cultiver des produits abondants, élever de nombreux enfants et être une épouse fidèle étaient des signes qui ont conduit à un statut élevé ainsi qu'au respect parmi les indigènes.  Les hommes, en revanche, pouvaient recevoir un statut grâce à leurs réalisations au combat et à leur courage et à leur bravoure.  La capacité de leurs compétences de chasse a conduit à un plus grand nombre d'épouses, ce qui a également promis le respect dans les villages. Au sein de ces mariages polygames, les épouses infidèles étaient sévèrement punies, parfois en se faisant couper des parties du visage. 

En dehors des rôles sociaux stéréotypés, certains hommes de l'Illinois jouaient le rôle de femmes, assimilant leur apparence à celles-ci. Ces personnes s'appelaient les Ikoneta, et les Français les appelaient berdache. Les ethnographes actuels considèrent que l'Ikoneta était bisexuel. Alors que ces rôles étaient plus délibérés, les jeunes garçons qui manifestaient des tendances féminines étaient élevés en tant que filles dans des rôles de vêtements d'extérieur et domestiques. Selon la culture, ils se faisaient tatouer et apprenaient les schémas linguistiques propres aux femmes. 

Religion 
Les gens de tous les rôles sociaux et positions étaient très religieux, s'appuyant sur des conseils spirituels pour dicter chaque aspect de leur vie. Les chasseurs dépendaient des esprits pour attraper des animaux sauvages, les guerriers demandaient aux esprits des conseils avant la guerre et les chamanes étaient régulièrement employés pour absoudre les questions concernant la santé physique et mentale.  Cependant, avec l'arrivée des missionnaires européens à la fin des années 1600, les missions jésuites ont été établies comme un moyen de convertir les Illinois au christianisme. Alors qu'une grande partie des tribus se sont finalement converties, certains anciens tribaux ont rejeté les religions et ont travaillé pour conserver leurs croyances dans le monde des esprits.

Traditions 
Les hommes et les femmes de l'Illinois pratiquaient la recherche de rêves, un rituel dans lequel les jeunes garçons et filles d'environ quinze ans se maquilleraient le visage et s'isolaient pour jeûner et prier afin de leur révéler un esprit gardien spécifique dont ils dépendraient. pour les guider pour le reste de leur vie. Appelée manitou , cette quête de vision était une partie importante du devenir adulte dans la vie des Illinois. 

L'Illinois avait deux procédures d'enterrement. L'un est l'inhumation des corps intacts et l'autre l'inhumation des squelettes placés sur des échafaudages avant la cérémonie. Seules les personnes du même sexe et du même âge que la personne décédée pouvaient faire partie de leur équipe d'inhumation.  Pour les corps qui étaient intacts, les cadavres étaient habillés cérémonieusement et placés dans leur tombe avec des objets funéraires qui les accompagneraient dans l'au-delà. Une couverture en bois est placée sur leurs tombes afin d'empêcher les animaux et les facteurs environnementaux de perturber la tombe.

Économie 
L'économie des Illinois était basée sur l'agriculture, la chasse et la pêche. Ils dépendaient fortement de l'agriculture et avaient généralement des villages situés près des rivières où le sol était le plus fertile.  Le maïs était la culture principale, mais l'Illinois a également planté des haricots, des courges, des citrouilles et des pastèques et a récolté des aliments sauvages dans les forêts. Le maïs a été semé à la fin du printemps et récolté prématurément en juillet, moment auquel la majeure partie a été conservée afin de préparer l'hiver à venir.  La deuxième récolte a collecté du maïs mûr, qui a été consommé pendant les mois les plus chauds.  Le poisson était abondant dans la rivière Illinois, mais l'Illinois ne comptait généralement pas sur la pêche pour se nourrir. Les chasseurs recherchaient principalement les bisons, qui étaient également nombreux dans les prairies du nord de l'Illinois.  Les expéditions de chasse se sont déroulées en tant qu'individus ou groupes, bien que parfois en groupes communaux auxquels même les femmes pouvaient participer. Les chasses annuelles au bison nécessitaient souvent des groupes allant jusqu'à 300 personnes. Dans les chasses au bison, les groupes se divisaient en plusieurs groupes et entouraient le bison à pied. Lorsqu'ils étaient à proximité, les chasseurs tiraient leurs flèches et leurs lances et forçaient l'animal dans la direction opposée, vers le reste du groupe de chasse. Les femmes avaient pour tâche de découper le bison et préservaient la viande en la séchant et en la chauffant afin de se préparer à l'hiver, lorsque la chasse n'était pas possible. 

Au moment du contact européen, l'économie de l'Illinois était largement autosuffisante. Au cours de leurs activités annuelles, les habitants de l'Illinois produisaient pratiquement toutes les denrées alimentaires et autres produits matériels dont ils avaient besoin pour maintenir leur mode de vie.  Cependant, l'Illinois a également participé à un vaste réseau commercial. En échange de peaux, de fourrures et d'esclaves humains obtenus auprès de tribus vivant dans le sud et l'ouest, les Illinois échangeaient avec les tribus des Grands Lacs et les commerçants français des armes et d'autres produits européens.Au fil du temps, les commerçants et les missionnaires ont commencé à s'installer parmi les Illinois et leur économie autrefois autosuffisante est devenue de plus en plus dépendante de leurs alliés français. 

Les Illinois vivaient de façon saisonnière dans des wigwams et des maisons longues, en fonction de la météo et des ressources dont ils disposaient. Comme la plupart des autres tribus, ils vivaient dans des villages avec des habitations occupées par un certain nombre de familles différentes.

Guerre 
Début février, les chefs de guerre de chaque tribu organisèrent des raids contre les ennemis, dont les Pawnee et les Quapaw, et plus tard, les cinq tribus de la Confédération iroquoise .  Avant chaque bataille, 20 guerriers étaient invités par le chef de guerre à un festin, au cours duquel les hommes priaient leur manitou pour des forces telles que la vitesse et l'endurance au combat. Pour les campagnes impliquant un plus grand nombre d'ennemis, des parties de guerre impliquant à la fois des hommes et des femmes ont été organisées dans les villages. Pour les Illinois, la capture des prisonniers était préférée à la mort, bien que certains prisonniers aient finalement été tués ou réduits en esclavage. Les Illinois préféraient les flèches et les lances aux fusils, les trouvant plus lents que l'utilisation de leurs propres armes. Le bruit des armes à feu était parfois utilisé contre d'autres nations tribales qui n'avaient jamais vu ou entendu une telle arme pour les effrayer avant la bataille. 

Gouvernement 
Bien que les dates précises soient inconnues, la Confédération de l'Illinois était à un moment donné une grande nation sans aucune division de tribus plus petites. Ils ont été divisés en groupes plus petits et leur population s'est avérée trop importante pour répondre aux besoins de chasse et d'agriculture. Mais même après la scission, toutes les tribus ont maintenu un fort sentiment d'unification en tant que nation des Illini. Les structures d'autorité sont conçues pour avoir une autorité centrale, appelée le grand chef, et des chefs sous lui qui dirigent chaque tribu. Un tel Grand Chef qui est remarquable dans l'histoire européenne est Mamantouensa, qui a même voyagé en France.Le leadership politique direct était établi et maintenu par les chefs de la paix, qui étaient chargés d'organiser des expéditions de chasse communales et de communiquer avec les chefs d'autres tribus.  Bien que très respectés, les chefs de paix n'avaient pas l'autorité des chefs de village et prenaient des décisions qui étaient appliquées par la persuasion plutôt que par la force. Les chefs de guerre avaient le pouvoir de planifier et de diriger des raids contre d'autres tribus.  Ces rôles n'étaient pas hérités, mais pouvaient être atteints grâce à une démonstration de grandes compétences au combat, ainsi qu'en convainquant les autres guerriers que son manitou pouvait les guider dans un raid réussi. Pour ceux qui sont morts au combat, c'était le rôle du chef de guerre de dédommager les familles des défunts par des cadeaux et de mener un autre raid contre ceux qui ont tué le guerrier comme moyen de se venger.  Principalement, seuls les hommes étaient autorisés à être chefs, bien que les femmes aient parfois eu des rôles de leadership dans la communauté en tant que chefs de village.

Bien que les chefs détiennent l'autorité du pouvoir politique et soient largement respectés par la population, la société égalitaire des Ilinois présente un environnement plus démocratique dans lequel les décisions importantes qui affectent la communauté sont prises par consensus tribal. Ce n'est que par l'expansion des idéaux européens et le contact direct avec les fonctionnaires français qui ont incité les chefs à exercer un plus grand pouvoir sur leur peuple. Dans les années 1760, la montée en puissance d'un nouveau chef doit être approuvée par les autorités coloniales. 

Parce qu'une véritable confédération fait référence à différents groupes de personnes qui, bien que liés en une seule nation, sont culturellement distincts, les Illinois, dans la définition directe du mot, sont plus une tribu segmentée qu'une confédération. [6] [9] Ils partagent une langue commune et sont culturellement similaires à travers leurs tribus. Au lieu d'avoir plusieurs chefs de tribu individuels qui assument la pleine autorité, l'Illinois avait également un grand chef qui centralisait le pouvoir sur toutes les tribus. 

Règlements 
Il existe des rapports contradictoires quant au nombre de villages et de populations de l'Illinois, à la fois parmi les tribus et dans l'ensemble. [13] [30] Lorsque les Européens ont documenté la nation pour la première fois, l'Illinois avait des villages le long du Mississippi et de la rivière Illinois et une population d'environ huit ou neuf mille habitants. [13] [9] Cependant, un autre rapport ne compte que cinq villages et environ deux mille personnes. [10] Le premier est considéré comme une représentation plus précise et on dit que l'Illinois compte 10 500 personnes au moment du contact européen

 

 

 

Les Kaskaskias

Les Kaskaskias étaient l'un des peuples autochtones des forêts du nord-est . Ils faisaient partie d'une douzaine de tribus apparentées qui composaient la Confédération Illiniwek , également appelée la Confédération de l' Illinois . Leur patrie de longue date était dans la région des Grands Lacs . Leur premier contact avec les Européens aurait eu lieu près de l'actuelle Green Bay, Wisconsin , en 1667 dans une mission jésuite .


Green Bay

En 1673, le père jésuite Jacques Marquette et l' explorateur canadien- français Louis Jolliet sont devenus les premiers Européens connus à avoir descendu le Mississippi . L'enregistrement de leur voyage est le plus ancien et le meilleur enregistrement de contact entre les Européens et les Indiens de l'Illinois. Marquette et Jolliet, avec cinq autres hommes, ont quitté la mission de Saint-Ignace à Michillimakinac dans deux canots d'écorce le 17 mai. Pour atteindre le fleuve Mississippi, ils ont traversé le lac Michigan jusqu'à Green Bay, remontant la rivière Fox et descendant la rivière Wisconsin. . En descendant le Mississippi, en juin, ils rencontrèrent les Bandes de Peoria et Moingwena de l'Illinois sur le site Haas /Hagerman près de l'embouchure de la rivière Des Moines dans le comté de Clark , au nord - est du Missouri . Ils ont rencontré un autre groupe de l'Illinois, les Michigamea , lorsqu'ils ont atteint l' Arkansas actuel .

 
de g à dr la Fox river et la rivière des Moines

Ils ont commencé leur voyage de retour depuis le village de Michigamea vers le 17 juillet, en suivant la rivière Illinois vers l'est jusqu'au lac Michigan plutôt que de prendre la route plus au nord le long de la rivière Wisconsin . Près d'Utica moderne dans le comté de La Salle, en Illinois , en face de Starved Rock, ils ont rencontré les Kaskaskia au Grand Village de l'Illinois (maintenant un site historique d'État, également connu sous le nom de site Zimmerman). Les terres contrôlées par les groupes alliés de l'Illinois s'étendaient au nord de l'Arkansas moderne, à travers l'est du Missouri et la majeure partie de l'Illinois, et à l'ouest dans l' Iowa , où Des Moines a été nommé d'après le Moingwena. 


Grand-Village de l'Illinois

Missions de la Nouvelle-France 
En 1703, les Français ont établi une mission permanente, une colonie et un fort ( Site historique d'État du Fort Kaskaskia ) à Kaskaskia, en Illinois, dans le cadre de leur colonisation de la Nouvelle-France en Amérique du Nord. Les colons français se sont installés pour cultiver et exploiter les mines de plomb du côté Missouri de la rivière. Kaskaskia est devenue la capitale de la Haute-Louisiane, et un plus grand fort de Chartres a été construit en 1718, à proximité du nord près de Prairie du Rocher . La même année, les Français importent des esclaves africains de Saint-Domingue (Saint-Domingue) pour travailler dans les mines de plomb. Dès ses débuts, Kaskaskia était une colonie franco-amérindienne, composée de quelques Français et de nombreux Kaskaskia et autres Indiens de l'Illinois.

  
à gauche fort Kaskaskia site historique à droite fort de Chartres

En 1707, la population de la communauté était estimée à 2 200 habitants, dont la majorité étaient des Indiens de l'Illinois qui vivaient un peu à l'écart. Un visiteur, écrivant à Kaskaskia vers 1715, a dit que le village se composait de 400 hommes de l'Illinois, « de très bonnes personnes », deux missionnaires jésuites et « une vingtaine de voyageurs français qui s'y sont installés et ont épousé des femmes indiennes ».  Sur 21 enfants dont la naissance et le baptême ont été enregistrés en Kaskaskia avant 1714, 18 mères étaient indiennes et 20 pères français. Les descendants de ces mariages mixtes pouvaient devenir soit français, soit indiens. Parce que les communautés indiennes étaient plus grandes et plus complètes, elles avaient tendance à être élevées avec leurs mères, leur peuple et leur culture. Un fervent catholique romainune indienne de sang pur a renié son fils métis parce qu'il vivait « parmi les nations sauvages ». L'établissement de Kaskaskia comptait donc une importante population métisse , dont plusieurs travaillaient pour des compagnies de fourrures à St. Louis, Missouri .

Guerre française et indienne 

Les descendants masculins des Français, des Indiens et des métis de Kaskaskia devinrent les voyageurs et les coureurs des bois qui exploreraient et exploiteraient le pays de la rivière Missouri . Les Français voulaient commercer avec toutes les tribus des prairies, et au-delà avec la colonie espagnole du Nouveau-Mexique ; les Espagnols s'alarment de leur portée commerciale. Les objectifs français ont stimulé l'expédition de Claude Charles Du Tisne pour établir des relations commerciales avec les Indiens des Plainesen 1719. Le sort de la Kaskaskia et du reste de l'Illiniwek/Illinois était irrévocablement lié à celui de la France. Jusqu'à leur dissolution en France, les jésuites français construisirent des missions et desservèrent la Kaskaskia. En 1763 et à la fin de la guerre de Sept Ans en Amérique du Nord (appelée guerre des Français et des Indiens aux États-Unis), les Kaskaskia et les autres tribus de l'Illinois étaient en grand déclin. Les premiers explorateurs français avaient estimé leur population d'origine de 6 000 à plus de 20 000. À la fin de la guerre, leur nombre était une fraction de cela. Les historiens contemporains pensent que les plus grands décès au cours de cette période étaient dus à de nouvelles maladies infectieuses , contre lesquelles les Amérindiens n'avaient aucune immunité .

Refuser 
Les causes du déclin sont nombreuses et variées.Les Illinois firent la guerre à leurs alliés français contre les nations indigènes les plus redoutables : à l'est, les Iroquois ; au nord-ouest, les Sioux et les Fox ; au sud, les Chickasaw et Cherokee ; à l'ouest, la Nation Osage . Aux pertes de combat s'ajoutent les grandes pertes dues aux épidémies de maladies européennes. En 1769, un guerrier Peoria a tué Pontiac , ce qui a provoqué la colère des tribus des Grands Lacs contre les Kaskaskia et d'autres tribus des Illinois. (Certains historiens remettent en cause ces représailles légendaires ; voir l'article sur Pontiac.) Les Outaouais, les Sauk, les Fox, les Miami, les Kickapoo et les Potawatomi ont dévasté les Illiniwek et ont occupé leur ancienne aire de répartition tribale le long de la rivière Illinois.

En 1766, les Britanniques arrivent et établissent un petit détachement du fort de Chartres à Kaskaskia. De 1766 à 1772, ce détachement tournant comptait environ 25 hommes sous les ordres d'un officier subalterne, détaché du fort de Chartres. En mai 1772, lorsque les Britanniques abandonnèrent le fort de Chartres, le 18th (Royal Irish) Regiment of Foot , laissa un petit détachement de quatre officiers et 50 hommes à Kaskaskia dans le but de conserver le contrôle britannique sur le pays des Illinois. Le capitaine Hugh Lord, du 18th Foot, était le dernier commandant britannique en Illinois. Le détachement du 18th Foot reçut l'ordre de se rendre à Detroit en mai 1776 et ne revint jamais dans l'Illinois. Le détachement de Lord était en garnison dans l'ancien complexe jésuite de Kaskaskia. Le poste s'appelait Fort Gage seulement après l'abandon du fort de Chartres en 1772. 

Le 4 juillet 1778, pendant la guerre d'Indépendance américaine , George Rogers Clark s'empare de la ville et de Fort Gage.

Étymologie 
Le nom 'Kaskaskia' dérive de l'ancien mot de Miami-Illinois pour le katydid , phonétiquement kaaskaaskia . Ce nom est apparu plus tard dans les dialectes modernes de Peoria et de Miami sous le nom de kaahkaahkia .  Cela se voit déjà dans le dictionnaire de l'Illinois du début du XVIIIe siècle de Gravier, où pour le mot « caskaskia », il donne « cigale. item nation Ilinoise, les Kaskaskias ».

Aujourd'hui 
Les descendants des Kaskaskia, ainsi que les Wea et les Piankeshaw , sont inscrits dans la tribu Peoria des Indiens de l'Oklahoma , une tribu reconnue par le gouvernement fédéral dans l' Oklahoma . 

 

 

 

peuple Cahokia

Les Cahokia étaient une tribu amérindienne de langue algonquienne et membre de la Confédération des Illinois ; leur territoire était dans ce qui est maintenant le Midwest des États-Unis en Amérique du Nord . En tant que membre de la Confédération de l'Illinois, les Cahokia étaient probablement similaires aux autres groupes de l'Illinois en termes de culture, d'économie et de technologie. Au moment du contact européen avec les Illini, les peuples étaient situés dans ce qui serait plus tard organisé comme les États de l' Illinois , de l' Iowa , du Missouri et de l' Arkansas . Après être tombé sur un complexe de monticules de terrassement monumentauxdans le sud de l'Illinois, les Européens ont nommé le site d'après la tribu historique Cahokia, alors présente dans les environs. Mais les érudits ne croient pas que la tribu était liée aux constructeurs de Cahokia Mounds ; le site avait été abandonné par les Amérindiens pendant des siècles.

Les missionnaires français ont construit deux missions dans le cadre de leur prosélytisme du Cahokia : la mission Tamaroa/Cahokia en 1699 EC et la mission River L'Abbė en 1735 EC. Ces multiples missions impliquent que les Cahokia étaient une tribu suffisamment nombreuse pour que le Séminaire français des missions étrangères justifie leur construction et leur fonctionnement. Mais les Cahokia ont diminué en nombre au XVIIIe siècle, en raison probablement de la mortalité due à la guerre avec d'autres tribus, de nouvelles maladies infectieuses et de changements culturels, tels que la christianisation , qui ont encore plus perturbé leur société. 

Les restes de Cahokia, ainsi que les Michigamea , ont été absorbés par les Kaskaskia et enfin par les Peoria . Les Tamaroa étaient étroitement liés aux Cahokia. Après que le gouvernement américain ait mis en œuvre sa politique d' expulsion des Indiens au début du XIXe siècle, ils ont été déplacés de force vers le territoire du Kansas , et enfin vers le territoire indien (aujourd'hui l' Oklahoma ). Cinq chefs et chefs Cahokia ont rejoint ceux d'autres tribus de l'Illinois lors du traité d'Edwardsville (Illinois) en 1818 ; ils ont cédé aux États-Unis leur territoire qui équivalait à la moitié de l'état actuel de l'Illinois. 

Bien que la tribu Cahokia ne soit plus un régime distinct, ses traditions culturelles se perpétuent à travers la tribu Peoria des Indiens de l'Oklahoma, reconnue par le gouvernement fédéral . 

 

 

 

 

 

Les Michigamée

 

 

 

 

Mitchigamea ou Michigamea ou Michigamie étaient une tribu de la Confédération de l' Illinois . On ne sait pas grand-chose à leur sujet et leur origine est incertaine. À l'origine, on disait qu'ils provenaient du lac Michigan , peut-être de la région de Chicago . L'enceinte de Mitchie , dans le comté de Monroe dans le sud-ouest de l'Illinois, tire son nom de leur présence transitoire à proximité, au nord du fort français de Chartres dans le fond américain le long du Mississippi. [1] L'un de leurs villages dans le fond américain, habité de 1730 à 1752, est l'un des principaux sites archéologiques de la région; il est connu sous le nom de " Site de Kolmer ".


Site de Kolmer

Il est suggéré que les gens se sont ensuite déplacés vers l' Arkansas sous la pression des Iroquois . Leur chef le plus connu était Agapit Chicagou . Benjamin Drake, écrivant en 1848, rapporte que les Michigamie, ainsi que les autres bandes de la Confédération de l'Illinois, avaient été attaqués par une confédération générale des Sauk, Fox, Sioux, Chippewa, Ottawa et Potawatamies, avec les Cherokee et Choctawa du sud. La guerre a duré de nombreuses années jusqu'à ce que la Confédération de l'Illinois soit détruite. Drake rapporte qu'en 1826, il ne restait plus que 500 membres de la Confédération.

Drake implique que la guerre est survenue en raison de la cruauté des Illini envers leurs prisonniers, les brûlant fréquemment et se régalant même de leur chair lorsqu'ils sont tués. 

Les Relations Jésuites disent : « A 5 milles du village, j'ai trouvé les Tamaroa , qui ont pris leurs quartiers d'hiver dans une belle baie, où ils attendent les Mitchigamea, -- qui doivent faire plus de 60 lieues pour y hiverner, et de ne former qu'un seul village avec eux

 

 

 

 

les gens de Peoria

 

 

 

Les Peoria (ou Peouaroua) sont un peuple amérindien . Aujourd'hui, ils sont inscrits dans la tribu Peoria des Indiens de l'Oklahoma, reconnue par le gouvernement fédéral . Historiquement, ils faisaient partie de la Confédération de l' Illinois .

Langue et nom 
Traditionnellement, les Peoria parlaient un dialecte de la langue Miami-Illinois . Le nom "Peoria" dérive de leur autonyme ou nom d'eux-mêmes dans la langue de l'Illinois, peewaareewa (prononciation moderne peewaalia ). À l'origine, cela signifiait « Viens portant un sac sur le dos ». Aucun locuteur de la langue Peoria ne survit.  Avec la langue de Miami, un plus petit nombre de la tribu Peoria de l'Oklahoma parlait autrefois Cahokia, Moingwea et Tamaroa.

Gouvernement 
La tribu Peoria de l'Oklahoma a son siège à Miami, Oklahoma , et sa zone de juridiction tribale se trouve dans le comté d'Ottawa . Sur les 2 925 membres tribaux inscrits, seuls 777 vivent dans l'État de l'Oklahoma. Craig Harper est le chef élu de la tribu, actuellement en poste pour un mandat de quatre ans. 

Développement économique 
Les Peoria délivrent leurs propres étiquettes de véhicules tribaux et gèrent leur propre autorité du logement. La tribu possède un casino  et le terrain de golf Peoria Ridge. L'impact économique annuel estimé de la tribu est de 60 millions de dollars.  Les entreprises tribales, le Peoria Gaming Center, le Buffalo Run Casino and Hotel et Joe's Outback sont tous situés à Miami, Oklahoma.

  

 

Les Peoria sont des peuples de langue algonquienne , dont les ancêtres venaient de ce qui est aujourd'hui l' Illinois , le Michigan , le Missouri et l' Ohio . On pensait autrefois qu'ils étaient des descendants de la culture Cahokia Mississippian des Moundbuilders , on pense maintenant qu'ils sont liés aux peuples de langue algonquienne des Grands Lacs et de la côte est.  Les Peoria étaient l'une des nombreuses tribus de l' Illinois rencontrées par les explorateurs, le père Jacques Marquette et Louis Jolliet . missionnaires jésuites françaisconverti les membres de la tribu au catholicisme romain . [6] Le Père Jacques Gravier , supérieur de la mission de l'Illinois, a compilé le dictionnaire le plus complet de Kaskaskia Illinois -termes français, près de 600 pages et 20 000 entrées. 


mocassins Peoria

Les Peoria ont migré vers le sud-ouest dans le territoire du Missouri après 1763. En 1818, le traité d'Edwardsville a inclus la cession des terres de Peoria dans l'Illinois aux États-Unis. [8] Par le traité de Lewisville de 1832, ils ont cédé des terres du Missouri en échange de terres au Kansas , près de la rivière Osage .

Les maladies infectieuses introduites et les guerres intertribales ont considérablement réduit le nombre de la tribu. En 1849, les membres des tribus Kaskaskia , Peoria, Piankeshaw et Wea forment une confédération sous le nom de Peoria. La confédération comprenait également les derniers membres et descendants des tribus Cahokia , Moingwena , Michigamea et Tamaroa , qui étaient devenus une partie de la Peoria de nombreuses années auparavant, ainsi que les Pepikokia , qui avaient rejoint les Wea et Piankashaw dans la dernière partie de le XVIIIe siècle. En 1851, un agent des Indiens rapporta que les Peoria et les Kaskaskia, ainsi que leurs alliés, s'étaient mariés entre eux et parmi les Blancs à un point tel qu'ils avaient pratiquement perdu leur identité. Un traité de 1854 a reconnu cela comme une union de fait et a appelé ces groupes les Peoria confédérés . Le traité prévoyait également l'ouverture des réserves de Peoria-Kaskaskia et de Wea-Piankashaw à la colonisation par des non-Indiens. 

Après la guerre de Sécession , la majeure partie de la tribu confédérée a signé le traité Omnibus de 1867.  Par ce moyen, le gouvernement fédéral américain a acheté des terres à la tribu Quapaw et a relocalisé la majorité de la tribu Peoria sur une réserve de 72 000 acres (290 km 2 ) dans le territoire indien , qui fait partie de l'actuel comté d'Ottawa, Oklahoma . Le Congrès a promulgué une loi pour unir la tribu de Miami du Kansas avec la Peoria confédérée. Les terres de Peoria et de Miami ont été attribuées aux membres inscrits en 1893. En 1907, toute terre excédentaire a été cédée au comté d'Ottawa.

En vertu de la loi Dawes et de la loi Curtis de 1898 , le gouvernement américain a tenté d'attribuer des terres individuelles aux chefs de famille, de permettre la propriété et la culture séparées des terres et de diviser les propriétés foncières communes des tribus. Cela faisait partie d'un effort pour que les tribus s'assimilent aux manières européennes-américaines. Dans le même temps, ils ont forcé les gouvernements tribaux à se démanteler. En 1939, après l'adoption de l' Oklahoma Indian Welfare Act , la tribu s'est réorganisée et a rétabli sa forme historique de gouvernement de conseil. 


Oklahoma Indian Welfare Act

Au cours des années 1950, le gouvernement américain a poursuivi une politique de licenciement indien pour mettre fin à ses relations privilégiées avec les tribus. Il a dissous le gouvernement tribal de Peoria, qui a perdu la reconnaissance fédérale en 1959. Les membres de la tribu se sont opposés et ont commencé le processus pour regagner la reconnaissance fédérale, qu'ils ont obtenu en 1978. La tribu de Miami n'a jamais perdu sa reconnaissance fédérale. 

Les descendants des Piankeshaw , Kaskaskia et Wea , tous membres de la Confédération de l' Illinois , sont également inscrits dans la tribu des Indiens Peoria de l'Oklahoma. 

Homonymes 
La ville de Peoria, dans l'Illinois , et le comté de Peoria environnant portent le nom de la tribu qui vivait dans cette région.
La guerre de Peoria s'est déroulée dans cette région mais porte le nom de la ville, car la tribu était déjà partie pour le Missouri avant que ce conflit ne se produise.
Peoria, Oklahoma , et Paola, Kansas , sont nommés directement pour la tribu.
De nombreux autres endroits nommés Peoria et des navires de la marine américaine ont été nommés d'après la ville de l'Illinois.
Personnes notables de Peoria 
Ruthe Blalock Jones (née en 1939), artiste et éducatrice du Delaware-Shawnee-Peoria
Moscelyne Larkin (1925-2012), ballerine Peoria-Shawnee
Charles Edwin Dagenett (1873-1941), fondateur et dirigeant de la Society of American Indians

 

 

peuple Tamaroa

Les Tamaroa étaient un peuple amérindien de la vallée centrale du fleuve Mississippi en Amérique du Nord et membre de la Confédération Illiniwek ou Illinois de 12 ou 13 tribus. Le nom « Tamaroa » est un dérivé du mot tamarowa signifiant « queue coupée » en Illiniwek et se rapporte à un animal totémique comme l'ours ou le chat sauvage.  Un groupe de langue algonquienne , comme le reste de l'Illiniwek, ils vivaient des deux côtés du fleuve Mississippi dans la zone de confluence avec les fleuves Illinois et Missouri. La culture Tamaroan est présumée être similaire à celle des Kaskaskia, des Peoria et d'autres tribus de l'Illinois 

Histoire 
On estime que 3000 Tamaroa vivaient le long du fleuve Mississippi, près des confluents avec les rivières Missouri et Illinois, mais ont rapidement déménagé vers un site près de l'actuelle Cahokia, Illinois . En 1682, leur village, également appelé Tamaroa, comptait environ 600 lodges. Une mission catholique fut fondée près de Tamaroa en 1689, qui attira les Cahokia , autre tribu des Illinois, qui s'installèrent parmi les Tamaroa. Après leur fusion, les deux tribus n'avaient plus que 90 habitations, indiquant un déclin rapide des Tamaroas.

Les Tamaroas se sont unis à la tribu Kaskaskia en 1703 à l'embouchure de la rivière Kaskaskia , où les Français avaient déjà établi une communauté du même nom. La tribu a été encore réduite par son exposition aux "... maladies européennes et à l'alcool et par la guerre avec les Chickasaw et les Shawnee".  En 1803, le gouvernement américain a reconnu les Tamaroas survivants comme membres de la tribu Kaskaskia. 

Cinq dirigeants du Tamaroa étaient parmi ceux qui ont signé le traité d'Edwardsville (1818), par lequel les divers groupes de l'Illiniwek ont ​​cédé environ la moitié de l'État actuel de l' Illinois aux États-Unis. Les descendants des Tamaroa ont ensuite fusionné avec d'autres tribus plus grandes des Illiniwek, telles que les Peoria . À la suite du déplacement forcé des Indiens dans les années 1830, leurs descendants se trouvent principalement dans l' Oklahoma , en tant que tribu confédérée de Peoria .

Le groupe a ensuite rejoint la tribu Peoria et a déménagé dans ce qui allait devenir le territoire du Kansas . Les Peoria consolidés ont reçu des terres en territoire indien. Ainsi, un nombre inconnu de descendants de Tamaroa a été inclus dans les résidents de la réserve de Peoria à qui des terres ont été attribuées, à partir de 1889. La réserve se trouvait dans l'actuel comté d'Ottawa, en Oklahoma .

 

 

 

Les Moingona

Les Moingona ou Moingwena étaient une tribu historique de Miami-Illinois. Ils ont peut-être été de proches alliés ou peut-être une partie de la Peoria . Ils ont été assimilés par cette tribu et ont perdu leur identité distincte vers 1700. Aujourd'hui, leurs descendants sont inscrits dans la tribu Peoria des Indiens de l'Oklahoma , une tribu reconnue au niveau fédéral . 

Histoire

Jacques Marquette a documenté en 1672 que le Peolualen (le Peoria moderne ). et les Mengakonkia (Moingona) faisaient partie des tribus Ilinoue          ( Illinois ) qui «parlent toutes la même langue». En 1673, Marquette et Louis Jolliet quittèrent leurs canoës et suivirent un sentier battu, partant de la rivière pour se rendre dans la prairie jusqu'à trois villages de l'Illinois à environ un mille et demi l'un de l'autre. Marquette n'a identifié qu'un seul des villages à l'époque, la peouarea, mais une carte postérieure apparemment par lui en a identifié un autre comme étant le Moingwena. Il a dit à propos de la réunion de 1673 qu'il y avait «une certaine différence dans leur langue», mais que «nous nous comprenions facilement». Le Père Jacques Gravier rapporte avoir aidé les proches alliés "Peouaroua et Mouingoueña" à faire face à un adversaire commun en 1700. Pierre François Xavier de Charlevoix , un missionnaire qui a exploré la région en 1721, a noté que «le Moingona » était «une immense et magnifique prairie, toute couverte de bœuf et autres animaux à sabots». Il a mis le terme en italique pour indiquer qu'il s'agissait d'un terme géographique et a noté que «l'une des tribus porte ce nom». Charlevoix était professeur ou belles lettres et son orthographe est devenue une orthographe préférée dans les discussions générales et savantes.


Pierre François Xavier de Charlevoix 

Le nom Moingona était probablement la base du nom de la ville de Des Moines , la rivière Des Moines et Des Moines County, Iowa . D'autres noms pour eux mentionnés dans les documents 1672–73 étaient «Mengakoukia» et «Mangekekis». La signification de "Moingona" a été débattue; les historiens ont adopté des définitions contradictoires du terme, allant de «People by the Portage» à «Clan of the Loon» et, plus controversé, «Excrement-Faced».

Moingona comme "People by the Portage"

Californie. 1681 Carte de l' expédition de 1673 de Marquette et Jolliet montrant un village de Moingona le long de ce qui est maintenant la rivière Des Moines .

Les récits historiques suggèrent que Moingona était un terme faisant référence aux personnes qui vivaient ou étaient rencontrées près du portage autour des rapides des Moines . Le cartographe renommé Joseph Nicollet a appuyé cette interprétation, tout comme le linguiste algonquien Henry Schoolcraft . Le rapport de Schoolcraft et Nicollet dit que

"Moingona" est une corruption du mot algonkin Mikonang , signifiant sur la route; … Faisant allusion, en l'occurrence, à la route bien connue de cette partie du pays, qu'ils avaient l'habitude de suivre pour communiquer entre la tête des rapides inférieurs et leur établissement sur la rivière qui se jette dans le Mississippi, de manière à éviter les rapides; et c'est encore la pratique des habitants actuels du pays."

  
de g. à dr. Joseph Nicollet et Henry Rowe Schoolcraft

Moingona comme "Loon Clan"

Une autre interprétation est que Moingona est dérivé du nom de clan algonquien «Loon»; le terme indien de Miami pour le huard est maankwa , et de nombreux villages algonquiens tirent leur nom de clans tribaux.

Moingona comme «face aux excréments»

Une théorie controversée est que la racine de l'expression signifie «saleté» ou «excréments», et l'expression signifie «visage d'excréments». Dans cette théorie, le nom "Moingona", ou, en particulier dans son orthographe française plus ancienne, "Moinguena", vient de l'Illinois mooyiinkweena "celui qui a de la merde sur son visage". Cette étymologie est soutenue par le mot de Gravier "m8ing8eta", qu'il traduit par "visage plein d'ordure, vente de métaphore, vilain. Blesser". Ce verbe, phonétiquement mooyiinkweeta , se compose morphologiquement de mooy - "merde", - iinkwee - "visage", et de la troisième personne singulier du suffixe intransitif - ta , pour un sens "celui qui a de la merde sur son visage". La forme "Moinguena", phonétiquement mooyiinkweena , est le même verbe mais avec la terminaison du sujet indéfini indépendant - na , pour une signification plus précise "celui qui a de la merde sur le visage". L'orthographe "Moinguena" est exactement la façon dont l'orthographe française de l'époque rendrait le verbe de l'Illinois mooyiinkweena . Peut-être que ce nom est apparu comme une insulte donnée aux Moinguena par une tribu voisine, car on ne sait donc pas comment les Moinguena se sont appelés. Ce scénario est rejeté par l'historien Jim Fay:

"Il n'y a aucune trace historique que" la merde "ait jamais été exprimée ou impliquée dans l'usage vernaculaire du terme. Il existe des preuves très substantielles du contraire par les linguistes algonquiens les plus avertis. Les missionnaires qui comprenaient la langue ont utilisé à plusieurs reprises le terme, non pas comme une métaphore sale ou une insulte laide, mais comme un nom très respectueux utilisé dans des interactions très cordiales avec les personnes auxquelles il se référait."

Date de dernière mise à jour : 17/07/2021

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !