PEUPLES AMERINDIENS indiens des Amérique

les Osages

 

 

 

 

 

 

Nation Osage

 

 

 

 

 

 

La nation Osage Les gens du Moyen - Eaux") est un Midwestern amérindien tribu des Grandes Plaines . La tribu s'est développée dans les vallées fluviales de l' Ohio et du Mississippi vers 700 avant JC avec d'autres groupes de sa famille linguistique. Ils ont migré vers l'ouest après le 17ème siècle, s'installant près de la confluence des rivières Missouri et Mississippi, à la suite de l' Iroquois envahir la vallée de l'Ohio à la recherche de nouveaux terrains de chasse.


Confluence du Mississippi et du Missouri

Le terme «Osage» est une version française du nom de la tribu, qui peut être grossièrement traduit par «eau calme». Le peuple Osage se réfère à lui-même dans sa langue indigène Dhegihan Siouan comme ( Wazhazhe ), ou "Mid-waters".

Au début du XIXe siècle, les Osages étaient devenus la puissance dominante de la région, redoutée par les tribus voisines. La tribu contrôlait la région entre les rivières Missouri et Rouge , les Ozarks à l'est et les contreforts des montagnes Wichita au sud. Ils dépendaient de la chasse au bison nomade et de l'agriculture.

   
à gauche la Red river au centre  les Ozarks et à droite les montagnes Wichita

Le peintre du XIXe siècle George Catlin a décrit les Osage comme « la plus grande race d'hommes en Amérique du Nord, à peau rouge ou blanche ; il y en a... beaucoup d'entre eux six pieds et demi et d'autres sept pieds » Le missionnaire Isaac McCoy a décrit l'Osage comme une "nation exceptionnellement féroce, courageuse et guerrière" et a déclaré qu'ils étaient les "Indiens les plus beaux que j'aie jamais vus en Occident".

   
à gauche le peintre G. Catlin et à droite le missionnaire Isaac McCoy

Dans la vallée de l'Ohio, les Osage vivaient à l'origine parmi des locuteurs du même stock linguistique Dhegihan, tels que le Kansa , le Ponca , l' Omaha et le Quapaw . Les chercheurs pensent que les tribus se sont probablement différenciées dans les langues et les cultures après avoir quitté le pays du bas Ohio. Les Omaha et Ponca se sont installés dans ce qui est maintenant le Nebraska ; le Kansa au Kansas ; et les Quapaw en Arkansas.

   
de g à dr. Trois chefs Kansa éminents : Al-le-ga-wa-ho, / Kah-he-ga-wa-ti-an-gah / et Wah-ti-an-gah
Thomas Cry (Moni Chaki chef Ponca
Little Snake, interprète d'Omaha.
Tall chief allias Louis Angel dernier chef Quapaw

Au XIXe siècle, les Osage ont été contraints par les États-Unis de quitter le Kansas pour se rendre sur le territoire indien (aujourd'hui l'Oklahoma), et la majorité de leurs descendants vivent en Oklahoma. Au début du 20e siècle, du pétrole a été découvert sur leurs terres. Ils avaient conservé les droits miniers communaux pendant le processus d'attribution, et de nombreux Osages sont devenus riches grâce aux revenus des frais de location générés par leurs droits . Cependant, au cours des années 1920 et de ce que l'on appelait le règne de la terreur, ils ont subi des manipulations, des fraudes et de nombreux meurtres par des Blancs désireux de s'emparer de leur richesse. En 2011, la nation a obtenu un règlement du gouvernement fédéral après une lutte juridique de 11 ans sur une longue mauvaise gestion de ses fonds pétroliers. Au 21e siècle, la nation Osage reconnue au niveau fédéral compte environ 20 000 membres inscrits, dont 6 780 résident dans la zone de compétence de la tribu. Les membres vivent également en dehors des terres tribales de la nation en Oklahoma et dans d'autres États du pays. La tribu est bordée par la nation Cherokee à l'est, la nation Muscogee et la nation Pawnee au sud, et la nation Kaw et l'Oklahoma à l'ouest.

  
de g à dr Actuel chef de la nation Cherokee Chuck Hoskin
Chef Muscogee (Creek)
Full-Blood et son fils (Pawnee

Spiritualité traditionnelle

Les gens d'Osage se considéraient comme une seule composante d'un univers plus large. Par conséquent, la cérémonie et l'organisation sociale ont cherché à représenter ce qui a été observé autour d'eux qui a été créé par Wakonda . Tout ce qui est créé a l'esprit de Wakonda en lui, des arbres, des plantes, du ciel aux animaux et aux êtres humains. Sur la base des observances des chefs spirituels d'Osage, il a été déterminé qu'il y avait deux divisions principales dans la vie, consistant en le ciel et la terre lorsque la vie est créée dans le ciel, puis descend sur la terre sous forme matérielle. Le ciel était considéré comme masculin par nature et la terre comme féminine.

Wakonda ou Grand Esprit c'est le concept d'une force vitale, un être suprême, un Dieu.
Wakan Tanka chez les Sioux Lakota
Gitche Manitou pour les peuples Algonquiens

 

Les actions et les comportements des animaux tels que les faucons, les cerfs et les ours étaient vénérés car ils étaient très courageux. D'autres vivaient longtemps, comme les pélicans. Les humains manquaient de nombreuses caractéristiques naturellement présentes dans d'autres formes de vie qui les entouraient, ils ont donc appris d'eux et ont cherché à les imiter car ces caractéristiques étaient souhaitables pour la survie. La survie n'était pas une compétition entre humains et non-humains, mais plutôt une lutte entre communautés humaines. Les efforts pour survivre étaient la responsabilité du peuple lui-même et non celle de Wakonda, bien qu'ils puissent demander de l'aide à Wakonda. Considérant que la vie peut être une lutte entre deux groupes humains opposés, la guerre était considérée comme une mesure nécessaire à l'auto-préservation et la survie dépendait de la capacité du peuple à se défendre. Pour obtenir un tel soutien de Wakonda, les Osage se sont organisés en systèmes de clan et de parenté qui reflétaient le cosmos. Les osages appartenaient à certains clans nommés d'après des animaux, des plantes et des phénomènes météorologiques tels que les tempêtes.

C'était une représentation symbolique. Chaque clan avait ses propres responsabilités et noms. Par exemple, certains clans ont été nommés Red Cedar (Hon-tse-shu-tsy), Travelers in the Mist (Moh-sho-tsa-moie), Deer Lungs (Tah-lah-he) et Elk (O-pon). Les enfants nés d'un certain clan devaient avoir un nom cérémoniel afin de les présenter à la communauté. Sans un nom de cérémonie, un enfant Osage ne pouvait pas participer aux cérémonies, donc nommer était une partie importante de l'identité Osage. L'appartenance à un clan a également empêché l'inceste en réglementant le mariage, car les membres du clan devaient épouser des personnes d'autres clans ou divisions opposés. La représentation du clan était également représentée par l'arrangement des villages Osages où les peuples du ciel vivaient de l'autre côté des peuples de la terre et les loges des chefs spirituels des Osages étaient situées entre les deux côtés.

La vie d'Osage était hautement ritualisée, où certaines cérémonies étaient effectuées en utilisant des paquets, des pipes de cérémonie qui utilisaient du tabac comme offrande pour demander l'aide de Wakonda. Ces cérémonies étaient présidées par des médecins Osage et des chefs spirituels. Bien qu'une partie de la littérature cite ces individus comme des « prêtres », ce terme est trompeur et de nature plus eurocentrique. Les cérémonies, bien que très élaborées, remplissaient des fonctions de base telles que demander l'aide de Wakonda pour la poursuite de l'existence tribale et la bénédiction d'une longue vie à travers les enfants.

Les chants de cérémonie étaient également un moyen de documenter les connaissances acquises par les chefs spirituels, étant donné qu'il n'y avait pas de langue écrite. Des chants de cette nature n'étaient enseignés et partagés qu'entre d'autres Osages sincères et ayant fait leurs preuves. De nombreuses chansons et cérémonies ont été créées pour toutes les facettes de la vie telles que l'adoption, le mariage, la guerre, l'agriculture et pour honorer le lever du soleil le matin. 

Pré-colonisation 

Les Osage sont les descendants des cultures des peuples autochtones qui étaient en Amérique du Nord depuis des milliers d'années. Des études sur leurs traditions et leur langue montrent qu'ils faisaient partie d'un groupe de personnes parlant le dhegian-siouan qui vivaient dans la région de la vallée de la rivière Ohio, s'étendant jusqu'au Kentucky actuel . Selon leurs propres histoires (communes à d'autres tribus Dhegian-Siouan, telles que les Ponca, Omaha, Kaw et Quapaw), ils ont migré vers l'ouest à la suite de la guerre avec les Iroquois et/ou pour atteindre plus de gibier.


en violet la réserve actuelle des Osages en orange la limite de leur territoire ancestraux

Les chercheurs sont divisés quant à savoir s'ils pensent que les Osages et d'autres groupes sont partis avant les guerres des castors contre les Iroquois.  Certains croient que les Osages ont commencé à migrer vers l'ouest dès 1200 CE et sont des descendants de la culture du Mississippi dans les vallées de l'Ohio et du Mississippi. Ils attribuent leur style de gouvernement aux effets des longues années de guerre avec les envahisseurs iroquois. Après s'être réinstallés à l'ouest du fleuve Mississippi, les Osage étaient parfois alliés aux Illiniwek et parfois en concurrence avec eux, car cette tribu était également chassée à l'ouest de l'Illinois par la guerre avec les puissants Iroquois.

Finalement, les Osages et d'autres peuples Dhegian-Siouan ont atteint leurs terres historiques, se développant et se séparant probablement en tribus ci-dessus au cours de la migration vers les Grandes Plaines. Au 17ème siècle, de nombreux Osage s'étaient installés près de la rivière Osage dans la partie ouest de l'actuel Missouri . Ils ont été enregistrés en 1690 comme ayant adopté le cheval (une ressource précieuse souvent acquise lors de raids sur d'autres tribus.) Le désir d'acquérir plus de chevaux a contribué à leur commerce avec les Français. Ils ont attaqué et vaincu les tribus indigènes Caddo pour établir leur domination dans la région des Plaines en 1750, avec le contrôle « d'au moins la moitié du Missouri, de l'Arkansas, de l'Oklahoma et du Kansas », qu'ils ont maintenu pendant près de 150 ans. Avec les Kiowa , les Comanches et les Apaches , ils dominaient l'ouest de l' Oklahoma .

Les Osages occupaient un rang élevé parmi les anciennes tribus de chasseurs des Grandes Plaines. De leurs maisons traditionnelles dans les forêts du Missouri et de l'Arkansas actuels, les Osage faisaient des incursions semi-annuelles de chasse au bison dans les grandes plaines à l'ouest. Ils chassaient également le cerf, le lapin et d'autres gibiers sauvages dans les parties centrale et orientale de leur domaine. Les femmes cultivaient des variétés de maïs , de courges et d'autres légumes près de leurs villages, qu'elles transformaient pour la nourriture. Ils ont également récolté et transformé des noix et des baies sauvages. Au cours de leurs années de transition, les Osages avaient des pratiques culturelles qui comportaient des éléments des cultures des Amérindiens des bois et des peuples des Grandes Plaines . Les villages de l'Osage étaient des plaques tournantes importantes dans laRéseau commercial des Grandes Plaines desservi par les Kaw en tant qu'intermédiaires. 

Première colonisation française

En 1673, les colonisateurs français Jacques Marquette et Louis Jolliet furent parmi les premiers Européens que les Osage découvrirent lors de leur  intrusion sur leur territoire après avoir voyagé vers le sud depuis le Canada actuel au cours de leur voyage le long du fleuve Mississippi. Malgré le fait que de nombreuses communautés autochtones prospéraient déjà dans la vallée du Mississippi en tant qu'intendants de la terre, chassant, jardinant et élevant des familles au sein de réseaux sociaux complexes de clans et de parenté ; Marquette et Jolliet ont ignoré ce fait et ont bizarrement revendiqué la propriété de toute la vallée du Mississippi au nom de la France. La carte de 1673 de Marquette notait que les tribus Kanza, Osage et Pawnee prospéraient dans une grande partie du Kansas moderne.

   
Marquette et Jolliet premiers colonisateurs des Osages

Les Osage appelaient les Européens I'n-Shta-Heh (sourcils épais ) à cause de leur pilosité faciale.  En tant que guerriers expérimentés, les Osages se sont alliés aux Français, avec qui ils ont fait du commerce, contre les Illiniwek au début du XVIIIe siècle. La première moitié des années 1720 fut une période de plus d'interaction entre les colonisateurs Osage et français. Étienne de Veniard, sieur de Bourgmont fonda le fort d'Orléans sur leur territoire ; c'était le premier fort colonial européen sur le fleuve Missouri. jésuitedes missionnaires ont été affectés aux forts français et ont établi des missions dans le but de convertir les Osages, en apprenant leur langue pour se faire plaisir. En 1724, les Osage se sont alliés aux Français plutôt qu'aux Espagnols dans leur lutte pour le contrôle de la région du Mississippi. En 1725, Bourgmont conduisit une délégation d'Osage et d'autres chefs de tribu à Paris . Ils ont été montrés dans toute la France, y compris une visite à Versailles , au château de Marly et à Fontainebleau . Ils chassèrent avec Louis XV dans la forêt royale et virent un opéra.

Pendant la guerre française et indienne (le front nord-américain de la guerre de Sept Ans ), la France a été vaincue par la Grande-Bretagne et, en 1763, a cédé le contrôle de leurs terres à l'est du fleuve Mississippi à la Couronne britannique . La Couronne française a conclu un accord séparé avec l'Espagne, qui a pris le contrôle nominal d'une grande partie du pays de l' Illinois à l' ouest du grand fleuve. À la fin du XVIIIe siècle, les Osage faisaient des affaires importantes avec le marchand de fourrures créole français René Auguste Chouteau , basé à Saint-Louis.; la ville faisait partie d'un territoire sous contrôle espagnol nominal après la guerre de Sept Ans, mais était dominée par les colons français. Ils étaient la puissance européenne de facto à Saint-Louis et dans d'autres établissements le long du Mississippi, bâtissant leur richesse sur le commerce des fourrures. En échange de la construction par les frères Chouteau d'un fort dans le village du Grand Osage à 350 miles (560 km) au sud-ouest de Saint-Louis, le gouvernement régional espagnol a accordé aux Chouteau un monopole de commerce de six ans (1794-1802). Les Chouteau donnèrent au poste Fort Carondelet le nom du gouverneur espagnol. Les Osages étaient heureux d'avoir un poste de traite des fourrures à proximité, car cela leur donnait accès à des produits manufacturés et augmentait leur prestige parmi les tribus.  Lewis et Clarkrapporta en 1804 que les peuples étaient le Great Osage sur la rivière Osage, le Little Osage en amont et la bande de l'Arkansas sur la rivière Verdigris , un affluent de la rivière Arkansas .  L'Osage comptait alors quelque 5 500. L'Osage et le Quapaw ont subi des pertes importantes dues à la variole en 1801-1802. Les historiens estiment que jusqu'à 2 000 Osage sont morts dans l'épidémie.  
René Auguste Chouteau

En 1804, après l' achat de la Louisiane par les États-Unis , le gouvernement américain nomma le riche commerçant de fourrures français Jean-Pierre Chouteau , demi-frère de René Auguste Chouteau, comme agent des Indiens affecté à l'Osage. En 1809, il fonda la Saint Louis Missouri Fur Company avec son fils Auguste Pierre Chouteau et d'autres hommes éminents de Saint-Louis, dont la plupart étaient d'origine créole-française, nés en Amérique du Nord. Ayant vécu avec les Osage pendant de nombreuses années et appris leur langue, Jean-Pierre Chouteau a fait du commerce avec eux et a élu domicile à l'actuelle Salina, Oklahoma , dans la partie ouest de leur territoire.

Guerres avec d'autres tribus 

Le chef Choctaw Pushmataha , basé dans le Mississippi, s'est très tôt fait une réputation dans les batailles contre la tribu Osage dans la région du sud de l'Arkansas et de ses régions frontalières.  Au début du XIXe siècle, certains Cherokee, comme Sequoyah, volontairement déplacé du sud-est vers la vallée de la rivière Arkansas sous la pression de la colonisation européenne-américaine sur leur territoire traditionnel. Ils y ont affronté les Osage, qui contrôlaient cette zone. Les Osages considéraient les Cherokee comme des envahisseurs. Ils ont commencé à attaquer les villes Cherokee, à voler des chevaux, à emporter des captifs (généralement des femmes et des enfants) et à en tuer d'autres, essayant de chasser les Cherokee avec une campagne de violence et de peur. Les Cherokee n'ont pas réussi à arrêter les raids des Osages et ont travaillé pour obtenir le soutien des tribus apparentées ainsi que des Blancs. Les peuples se sont affrontés dans la « bataille de Claremore Mound », au cours de laquelle 38 guerriers Osages ont été tués et 104 ont été faits prisonniers par les Cherokee et leurs alliés. À la suite de la bataille, les États-Unis ont construit Fort Smith dans l'Arkansas actuel. Il visait à empêcher les affrontements armés entre les Osages et d'autres tribus. Les États-Unis ont contraint les Osage à céder des terres supplémentaires au gouvernement fédéral dans le traité appelé Lovely's Purchase. 

  
à gauche chef Choctaw Pushmataha à droite chef Cherokee Sequoyah (inventeur de l'alpahabet Cherokee

En 1833, les Osage se sont affrontés avec les Kiowa près des montagnes Wichita dans l'actuel centre-sud de l'Oklahoma, lors d'un incident connu sous le nom de massacre de Cutthroat Gap . L'Osage a coupé les têtes de leurs victimes et les a disposées en rangées de seaux de cuisson en laiton. Aucun Osage n'est mort dans cette attaque. Plus tard, les guerriers Kiowa, alliés aux Comanches , ont attaqué les Osage et d'autres. En 1836, l'Osage interdit aux Kickapoo d'entrer dans leur réserve du Missouri, les repoussant vers des terres cédées dans l'Illinois.

Interaction avec les États-Unis 

Après la fin de l'expédition Lewis et Clark en 1806, Jefferson nomma Meriwether Lewis comme agent des Indiens pour le territoire du Missouri et de la région. Il y avait des affrontements continus entre les Osages et d'autres tribus dans cette région. Lewis prévoyait que les États-Unis devraient entrer en guerre contre les Osage, à cause de leurs raids contre les autochtones de l'Est et les colonies euro-américaines. Cependant, les États-Unis manquaient de force militaire suffisante pour contraindre les bandes Osages à cesser leurs raids. Il a décidé de fournir aux autres tribus des armes et des munitions, à condition qu'elles attaquent les Osages au point de « les couper complètement ou de les chasser de leur pays ».


Lewis et Clark

Par exemple, en septembre 1807, Lewis persuada les Potawatomie , Sac et Fox d'attaquer un village Osage ; trois guerriers Osage ont été tués. L'Osage a blâmé les Américains pour l'attaque. L'un des commerçants de Chouteau est intervenu et a persuadé les Osage de mener une chasse au bison plutôt que de chercher des représailles en attaquant les Américains. 

Lewis a essayé de contrôler l'Osage également en séparant les membres amis des hostiles. Dans une lettre datée du 21 août 1808, que le président Jefferson a envoyée à Lewis, il dit qu'il approuve les mesures que Lewis a prises pour se faire des alliés de l'ami Osage de ceux jugés hostiles. Jefferson écrit, "nous pouvons aller plus loin, et comme le principal obstacle aux Indiens agissant en grands corps est le manque de provisions, nous pourrions fournir ce besoin, et des munitions aussi s'ils en ont besoin." Mais le principal objectif poursuivi par les États-Unis était de repousser les Osages hors des zones colonisées par les Américains d'origine européenne, qui ont commencé à entrer dans le territoire de la Louisiane après l'acquisition des États-Unis. Le commerce lucratif des fourrures a stimulé la croissance de Saint-Louis et y a attiré des colons. Les États-Unis et Osage ont signé leur premier traité le 10 novembre 1808, par lequel l'Osage a fait une importante cession de terres dans le Missouri actuel. En vertu du traité Osage , ils ont cédé 52 480 000 acres (212 400 km 2 ) au gouvernement fédéral.  Ce traité a créé une ligne tampon entre les Osage et les nouveaux colons européens-américains dans le territoire du Missouri. Il a également établi l'exigence que le président américain devait approuver toutes les futures ventes et cessions de terres par l'Osage. Le traité de Fort. Osage déclare que les États-Unis "protégeraient" la tribu Osage "des insultes et des blessures d'autres tribus d'Indiens, situées près des colonies de Blancs...". Comme il était courant dans les relations amérindiennes avec le gouvernement fédéral, l'Osage a constaté que les États-Unis n'avaient pas tenu cet engagement.

Entre le premier traité avec les États-Unis et 1825, les Osage ont cédé leurs terres traditionnelles à travers le Missouri, l'Arkansas et l'Oklahoma dans les traités de 1818 et 1825. En échange, ils devaient recevoir des terres de réserve et des fournitures pour les aider à s'adapter à l'agriculture et un culture plus sédentaire.  Ils ont été d'abord déplacés dans une réserve du sud-est du Kansas appelée la réserve diminuée d'Osage. La ville de l' Indépendance s'y développe plus tard. La première réservation Osage était une bande de 50 par 150 miles (240 km). La United Foreign Missionary Society leur a envoyé des membres du clergé, soutenus par les presbytériens , les réformés néerlandais et les réformés associés.des églises. Ils ont établi les missions Union, Harmony et Hopefield. [29] Les différences culturelles ont souvent conduit à des conflits, car les protestants ont essayé d'imposer leur culture. [30] L'Église catholique a également envoyé des missionnaires. Les Osage étaient attirés par leur sens du mystère et du rituel, mais avaient le sentiment que les catholiques n'embrassaient pas pleinement le sens Osage de la nature spirituelle incarnée.

Au cours de cette période au Kansas, la tribu a souffert de la pandémie de variole généralisée de 1837-1838, qui a causé des pertes dévastatrices chez les Amérindiens du Canada au Nouveau-Mexique. Tout le clergé sauf les catholiques a abandonné l'Osage pendant la crise. La plupart des survivants de l'épidémie avaient reçu des vaccins contre la maladie. Les Osages croyaient que la loyauté des prêtres catholiques, qui restèrent avec eux et moururent également dans l'épidémie, créait une alliance spéciale entre la tribu et l'Église catholique, mais ils ne se convertirent pas en grand nombre. En l'honneur de cette relation spéciale, ainsi que des sœurs catholiques qui ont enseigné à leurs enfants dans les réserves, en 2014, de nombreux anciens d'Osage se sont rendus à Saint-Louis pour célébrer le 250e anniversaire de la fondation européenne de la ville. Ils ont participé à une messe partiellement célébrée à Osage à l'église catholique St. Francis Xavier (College) de l' Université St. Louis le 2 avril 2014, dans le cadre des activités prévues. L'un des concélébrants était Todd Nance, le premier Osage ordonné prêtre catholique. 

 
à gauche logo de l'Université de St.-Louis à droite Todd Nance 1er Osage ordonné prêtre

En 1843, l'Osage demanda au gouvernement fédéral d'envoyer des «robes noires», missionnaires jésuites pour éduquer leurs enfants; les Osages considéraient les jésuites mieux à même de travailler avec leur culture que les missionnaires protestants. Les jésuites ont également créé une école pour filles gérée par les sœurs de Lorette du Kentucky.  Pendant une période de 35 ans, la plupart des missionnaires étaient de nouvelles recrues d'Irlande, d'Italie, des Pays-Bas et de Belgique. Ils ont enseigné, établi plus de 100 stations de mission, construit des églises et créé le système scolaire le plus ancien du Kansas.

Guerre civile et guerres indiennes 

Les squatters blancs ont continué à être un problème fréquent pour les Osage, mais ils se sont remis des pertes de population, regagnant un total de 5 000 membres en 1850.  La loi Kansas-Nebraska a entraîné l'arrivée de nombreux colons au Kansas; les abolitionnistes et les groupes pro-esclavagistes étaient représentés parmi ceux qui tentaient d'établir une résidence afin de voter pour savoir si le territoire serait soumis à l' esclavage . Les terres d'Osage ont été envahies par les colons européens-américains. En 1855, les Osage subissent une autre épidémie de variole, car une génération a grandi sans se faire vacciner.

Les traités et les lois américaines ultérieures dans les années 1860 ont encore réduit les terres des Osage au Kansas. Pendant les années de la guerre civile, ils ont été secoués par les deux côtés, car ils étaient situés entre les forts de l'Union au nord et les forces et alliés confédérés au sud. Alors que les Osage tentaient de rester neutres, les deux camps attaquaient leur territoire, emportant des chevaux et des magasins d'alimentation. Ils ont lutté simplement pour survivre à la famine et à la guerre. Pendant la guerre, de nombreux réfugiés Caddoan et Creek du territoire indien sont venus dans le pays d'Osage au Kansas, ce qui a encore mis à rude épreuve leurs ressources. Bien que l'Osage ait favorisé l'Union par un rapport de cinq à un, ils ont conclu un traité avec la Confédération pour essayer d'acheter un peu de paix. Après la guerre de Sécession et la victoire de l'Union, le traité de Drum Creek a été adopté par le Congrès le 15 juillet 1870 et ratifié par les Osage lors d'une réunion dans le comté de Montgomery , Kansas, le 10 septembre 1870. Il prévoyait que le reste des terres d'Osage au Kansas soient vendues et le produit utilisé pour déplacer la tribu vers le territoire indien dans le Cherokee Outlet . En retardant l'accord avec la suppression, l'Osage a bénéficié d'un changement d'administration. Ils ont vendu leurs terres à l'administration "paix" du président Ulysses S. Grant, pour lesquels ils ont reçu plus d'argent: 1,25 dollar l'acre au lieu des 19 cents qui leur étaient auparavant offerts par les États-Unis 

En 1867, le lieutenant-colonel George Armstrong Custer choisit des éclaireurs Osages dans sa campagne contre le chef Black Kettle et sa bande d' Indiens Cheyenne et Arapaho dans l'ouest de l'Oklahoma. Il connaissait les Osage pour leur expertise en reconnaissance, leur excellente connaissance du terrain et leurs prouesses militaires. Custer et ses soldats ont pris le chef Black Kettle et sa bande pacifique par surprise tôt le matin près de la rivière Washita le 27 novembre 1868. Ils ont tué le chef Black Kettle et l'embuscade a fait des morts supplémentaires des deux côtés. Cet incident est devenu connu sous le nom de bataille de la rivière Washita , ou massacre de Washita, une partie ignominieuse des guerres indiennes des États-Unis .

  
à gauche G. Amstrong Custer à droite Blake Kettle
dessous la bataille de la  rivière Washita

Déplacement vers un territoire autochtone

Les Osage étaient l'une des rares nations amérindiennes à acheter leur propre réserve. En conséquence, ils ont conservé plus de droits sur la terre et la souveraineté.  La réserve, de 1 470 000 acres (5 900 km 2 ), coïncide avec l'actuel comté d'Osage, Oklahoma , dans la partie centre-nord de l'État entre Tulsa et Ponca City . L'Osage a établi trois villes : Pawhuska , Hominy et Fairfax. Chacun était dominé par l'un des principaux groupes au moment du retrait. Les Osage ont poursuivi leurs relations avec l'Église catholique, qui a établi des écoles gérées par deux ordres de religieuses, ainsi que des églises de mission.

   
de g. à dr. réserve Osage comté d'Osage villes de Pawhuska, Hominy et Fairfax

Il a fallu de nombreuses années avant que les Osage se remettent des épreuves subies au cours de leurs dernières années au Kansas et de leurs premières années dans la réserve du territoire indien. Pendant près de cinq ans durant la dépression des années 1870, les Osage n'ont pas reçu la totalité de leur rente en espèces. Comme d'autres Amérindiens, ils ont souffert de l'incapacité du gouvernement à fournir des rations et des biens complets ou satisfaisants dans le cadre de leurs annuités au cours de cette période. Les intermédiaires ont fait des profits en réduisant l'approvisionnement des Indiens ou en leur donnant de la nourriture de mauvaise qualité. Certaines personnes sont mortes de faim. De nombreux ajustements ont dû être apportés à leur nouveau mode de vie.

Pendant ce temps, les rapports du bureau indien ont montré une baisse de près de 50 pour cent de la population Osage.  Cela résultait de l'échec du gouvernement américain à fournir des fournitures médicales, de la nourriture et des vêtements adéquats. Les gens ont beaucoup souffert pendant les hivers. Bien que le gouvernement ne les fournisse pas, les hors-la-loi ont souvent fait passer du whisky en contrebande à l'Osage et au Pawnee.

En 1879, une délégation Osage se rendit à Washington, DC, et obtint l'accord pour que toutes leurs rentes soient payées en espèces ; ils espéraient éviter d'être continuellement à court de fournitures ou de recevoir des fournitures de qualité inférieure - nourriture avariée et produits inappropriés. Ils ont été la première nation amérindienne à obtenir le paiement intégral des rentes en espèces. Ils ont progressivement recommencé à reconstruire leur tribu, mais ont subi l'empiétement des hors-la-loi blancs, des vagabonds et des voleurs.

L'Osage a rédigé une constitution en 1881, en s'inspirant de certaines parties de la Constitution des États-Unis.  Au début du 20ème siècle, le gouvernement fédéral et les progressistes continuaient à faire pression pour l' assimilation des Amérindiens , croyant que c'était la meilleure politique pour eux. Le Congrès a adopté le Curtis Act et le Dawes Act , des lois exigeant le démantèlement des autres réserves. Ils ont attribué des terres communales en portions de 160 acres à des ménages individuels, déclarant le reste comme « excédentaire » et le vendant à des non-autochtones.

Du 20e siècle à nos jours

Découverte de pétrole

En 1894, de grandes quantités de pétrole ont été découvertes sous la vaste prairie appartenant à la tribu, des terres qui n'étaient pas adaptées à l'agriculture de subsistance préconisée par le gouvernement fédéral. En raison de son récent travail dans le développement de la production pétrolière au Kansas, Henry Foster a approché le Bureau des affaires indiennes (BIA) pour demander des privilèges exclusifs pour explorer la réserve d'Osage dans l'Oklahoma pour le pétrole et le gaz naturel. Foster est décédé peu de temps après et son frère, Edwin B. Foster, a assumé ses intérêts. Le BIA a accordé la demande le 16 mars 1896, avec la stipulation que Foster devait payer à la tribu Osage une redevance de 10 % sur toutes les ventes de pétrole produit sur la réserve. Foster a trouvé de grandes quantités d'huile, et l'Osage en a grandement profité financièrement. Mais cette découverte de "l'or noir" a finalement conduit à plus de difficultés pour les membres de la tribu.

L'Osage avait appris à négocier avec le gouvernement américain. Grâce aux efforts du chef principal James Bigheart , en 1907, ils ont conclu un accord qui leur a permis de conserver les droits miniers communaux sur les terres de la réserve. On a découvert plus tard que ceux-ci contenaient de grandes quantités de pétrole brut , et les membres des tribus ont bénéficié de revenus de redevances provenant de l'exploitation et de la production pétrolières. Le gouvernement a loué des terres en leur nom pour l'exploitation pétrolière; les entreprises/le gouvernement ont envoyé aux membres d'Osage des redevances qui, dans les années 1920, avaient considérablement augmenté leur richesse. En 1923 seulement, les Osage ont gagné 30 millions de dollars en redevances. Ils sont la seule tribu depuis le début du 20e siècle dans l'État de l'Oklahoma à conserver une réserve reconnue par le gouvernement fédéral. 

 
Chef James Bigheart

En 2000, l'Osage a poursuivi le gouvernement fédéral pour sa gestion des actifs de la fiducie, alléguant qu'il n'avait pas payé aux membres tribaux des redevances appropriées et n'avait pas historiquement protégé les actifs fonciers et l'appréciation. La poursuite a été réglée en 2011 pour 380 millions de dollars et un engagement à apporter de nombreux changements pour améliorer le programme. En 2016, la nation Osage a acheté le ranch Bluestem de 43 000 acres (17 000 ha) de Ted Turner . 


Ted Turner

Loi sur l'attribution des osages

En 1889, le gouvernement fédéral américain a prétendu ne plus reconnaître la légitimité d'un Conseil national Osage au pouvoir, que le peuple avait créé en 1881, avec une constitution qui adoptait certains aspects de celle des États-Unis. En 1906, dans le cadre de l'Osage Allotment Act, le Congrès américain a créé le Osage Tribal Council pour gérer les affaires de la tribu. Il a éteint le pouvoir des gouvernements tribaux afin de permettre l'admission du territoire indien en tant que partie de l'état de l'Oklahoma. Comme les Osages possédaient leurs terres, ils étaient dans une position plus forte que les autres tribus. Les Osage ont refusé de céder leurs terres et ont suspendu l'État de l'Oklahoma avant de signer un acte d'attribution. Ils ont été forcés d'accepter l'attribution, mais ont conservé leurs terres «excédentaires» après l'attribution aux ménages et les ont attribuées à des membres individuels. Chacun des 2228 membres enregistrés d'Osage en 1906 (et un non-Osage) a reçu 657 acres, soit près de quatre fois la superficie de terre (généralement 160 acres) que la plupart des ménages amérindiens se voyaient attribuer ailleurs lorsque les terres communales étaient distribuées.  De plus, la tribu a conservé les droits miniers communaux à ce qui était sous la surface. Au fur et à mesure du développement des ressources, les membres de la tribu recevaient des redevances en fonction de leurs droits de propriété, payées en fonction de la quantité de terre qu'ils possédaient.

Bien que les Osages aient été encouragés à devenir des agriculteurs sédentaires, leurs terres étaient les plus pauvres du territoire indien à des fins agricoles. Ils ont survécu grâce à une agriculture de subsistance, renforcée plus tard par l'élevage. Ils louaient des terres aux éleveurs pour le pâturage et gagnaient des revenus grâce aux frais qui en résultaient. En plus de diviser les terres communales, la loi a remplacé le gouvernement tribal par le Conseil national d'Osage, dont les membres devaient être élus pour diriger les affaires politiques, commerciales et sociales de la tribu. En vertu de la loi, au départ, chaque homme Osage avait le même droit de vote pour élire les membres du conseil, ainsi que les chefs principaux et adjoints. Les droits sur ces terres dans les générations futures étaient répartis entre les héritiers légaux, de même que les droits miniers sur les redevances des baux miniers. En vertu de la loi sur les attributions, seuls les titulaires et leurs descendants titulaires d'un droit de vote pouvaient voter aux élections ou se présenter aux élections (initialement réservées aux hommes). Les membres ont voté par leurs têtes, ce qui a généré des inégalités parmi les électeurs.

Une décision du tribunal de district américain de 1992 a statué que les Osage pouvaient voter dans le cadre d'un processus visant à rétablir le Conseil national des Osage en tant que membres de la ville de la nation Osage, plutôt que d'être obligés de voter par tête. Cette décision a été annulée en 1997 avec la décision de la Cour d'appel des États-Unis qui a mis fin à la restauration du gouvernement. En 2004, le Congrès a adopté une loi pour restaurer la souveraineté de la Nation Osage et leur permettre de prendre leurs propres décisions concernant le gouvernement et les qualifications d'adhésion pour leur peuple. 

En mars 2010, la Cour d'appel des États-Unis pour le dixième circuit a jugé que la loi de 1906 sur les allocations avait supprimé la réserve Osage établie en 1872. Cette décision affectait potentiellement le statut juridique de trois des sept casinos Osage, dont le plus grand un à Tulsa, car cela signifiait que le casino n'était pas sur un terrain de fiducie fédérale. La loi fédérale indienne sur les jeux permet aux tribus d'exploiter des casinos uniquement sur des terres en fiducie. La plus grande entreprise économique de la nation Osage, les casinos Osage , a officiellement ouvert des casinos, des hôtels et des dépanneurs nouvellement construits à Skiatook et Ponca City en décembre 2013. 


Osage casino de Ponca city
   

de g. à dr. Casino Osage à Hominy à Pawhuska à Tulsa


 
de g. à dr. Casino de Bartlesville et de Skaitook

Ressources naturelles et droits 

Avant d'avoir un vote au sein de la tribu sur la question de l'attribution, les Osages ont demandé au gouvernement de purger leurs listes tribales de personnes qui n'étaient pas légalement des Osages. L'agent indien avait ajouté des noms de personnes qui n'étaient pas approuvées par la tribu, et l'Osage a soumis une liste de plus de 400 personnes à enquêter. Parce que le gouvernement a supprimé quelques-uns des fraudeurs, les Osage ont dû partager leurs droits fonciers et pétroliers avec des personnes qui n'appartenaient pas.  Mais l'Osage avait négocié le maintien du contrôle communal des droits miniers.  La loi stipulait que toutes les personnes inscrites sur les listes tribales avant le 1er janvier 1906 ou nées avant juillet 1907 (alloués) se verraient attribuer une part des ressources naturelles souterraines de la réserve, indépendamment du quantum de sang . Les héritiers légaux pouvaient hériter du droit au droit. Cette revendication communale sur les ressources minérales devait expirer en 1926. Après cela, les propriétaires fonciers individuels contrôleraient les droits miniers sur leurs parcelles. Cette disposition a accru la pression sur les Blancs désireux de prendre le contrôle des terres d'Osage avant la date limite.

Bien que l'Osage Allotment Act ait protégé les droits miniers de la tribu pendant deux décennies, tout adulte « sain d'esprit » pouvait vendre des terres en surface. Entre 1907 et 1923, les individus Osage ont vendu ou loué des milliers d'acres à des non-Indiens de terres autrefois restreintes. À l'époque, de nombreux Osages ne comprenaient pas la valeur de tels contrats et étaient souvent exploités par des hommes d'affaires sans scrupules, des escrocs et d'autres essayant de s'emparer d'une partie de leur richesse. Les non-amérindiens ont également essayé de tirer profit de la nouvelle richesse des Osage en se mariant dans des familles avec des droits de la tête.

Meurtres indiens Osage 

Alarmé par la façon dont les Osage utilisaient leur richesse, en 1921, le Congrès américain a adopté une loi exigeant que tout Osage de la moitié ou plus d'ascendance indienne soit nommé tuteur jusqu'à ce qu'il prouve sa « compétence ». Les mineurs ayant moins de la moitié d'ascendance Osage devaient avoir des tuteurs nommés, même si leurs parents étaient vivants. Ce système n'était pas administré par les tribunaux fédéraux; au contraire, les tribunaux locaux nommaient des tuteurs parmi les avocats blancs et les hommes d'affaires. Selon la loi, les tuteurs fournissaient une allocation annuelle de 4 000 $ à leurs charges, mais au départ, le gouvernement exigeait peu de tenue de registres sur la façon dont ils investissaient la différence. [39] Les redevances aux titulaires de droits d'auteur étaient beaucoup plus élevées : 11 000 à 12 000 $ par an au cours de la période 1922-1925. Les tuteurs étaient autorisés à percevoir 200 à 1 000 $ par an, et l'avocat impliqué pouvait percevoir 200 $ par an, qui étaient retirés du revenu de chaque Osage.  Certains avocats ont servi de tuteurs et l'ont fait pour quatre Osage à la fois, [39] leur permettant de percevoir 4 800 $ par an.

La tribu a vendu aux enchères les droits de développement de leurs actifs miniers pour des millions de dollars. Selon le commissaire des Affaires indiennes, en 1924, le revenu total des Osage provenant des concessions minières était de 24 670 483 $.  Après que la tribu ait mis aux enchères des baux miniers et que plus de terres aient été explorées, les affaires pétrolières sur la réserve d'Osage ont prospéré. Des dizaines de milliers de travailleurs du pétrole sont arrivés, plus de 30 villes en plein essor ont surgi et, presque du jour au lendemain, les détenteurs de droits d'Osage sont devenus les « personnes les plus riches du monde ». Lorsque les redevances ont culminé en 1925, les revenus annuels des droits étaient de 13 000 $. Une famille de quatre personnes inscrites sur le tableau d'attribution gagnait 52 800 $, ce qui est comparable à environ 600 000 $ dans l'économie d'aujourd'hui.

Le programme de tutelle a créé une incitation à la corruption, et de nombreux Osages ont été légalement privés de leurs terres, droits de propriété et/ou redevances. D'autres ont été assassinés, dans des cas où la police n'a généralement pas mené d'enquête. Le bureau du coroner s'est entendu en falsifiant des certificats de décès, par exemple en affirmant des suicides lorsque des personnes avaient été empoisonnées. L'Osage Allotment Act n'autorisait pas les Amérindiens à subir des autopsies, de sorte que de nombreux décès n'ont pas été examinés.  Au début des années 1920, il y a eu une augmentation des meurtres et des morts suspectes d'Osage, appelé le "Règne de la Terreur". Dans un complot, en 1921, Ernest Burkhart, un Européen américain, épousa Molly Kyle, une femme Osage avec des droits de la tête. Son oncle William "King of Osage Hills" Hale, un homme d'affaires puissant qui a mené le complot, et son frère Bryan a engagé des complices pour assassiner les héritiers de la famille Kyle. Ils ont organisé les meurtres de la mère de Kyle, de deux sœurs, d'un beau-frère et d'un cousin, dans des cas d'empoisonnement, d'attentat à la bombe et de fusillade. 

 
Ernest Burkhart et son épouse Molly de la tribu Osage

Les autorités locales et étatiques n'ayant pas réussi à résoudre les meurtres, en 1925, l'Osage a demandé l'aide du Federal Bureau of Investigation . C'était le premier cas de meurtre du bureau. Au moment où il a commencé à enquêter, Kyle était déjà empoisonné. Cela a été découvert et elle a survécu. Elle avait hérité des droits de tête du reste de sa famille. Le FBI a obtenu la poursuite et la condamnation des auteurs des meurtres de la famille Kyle. De 1921 à 1925, cependant, environ 60 Osages ont été tués, et la plupart des meurtres n'ont pas été résolus. John Joseph Mathews , un Osage, a exploré les conséquences sociales perturbatrices du boom pétrolier pour la nation Osage dans son roman semi-autobiographique Sundown (1934). Tueurs de la Lune Fleur: The Osage Murders and the Birth of the FBI (2017) de David Grann a été finaliste du National Book Award ; un grand film connexe est en cours de développement

 
John Joseph Mathews (1895-1979)

À la suite des meurtres et des problèmes croissants pour essayer de protéger la richesse pétrolière des Osage, en 1925, le Congrès a adopté une loi limitant l'héritage des droits de propriété aux seuls héritiers de la moitié ou plus d'ascendance Osage. En outre, ils ont prolongé de 20 ans le contrôle tribal des droits miniers; une législation ultérieure a donné à la tribu le contrôle communal continu indéfiniment. [39] Aujourd'hui, les droits de la tête ont été transmis principalement parmi les descendants des Osages qui les possédaient à l'origine. Mais le Bureau des affaires indiennes a estimé que 25 % des droits de propriété appartiennent à des non-Osages, y compris d'autres Indiens d'Amérique, des non-Indiens, des églises et des organisations communautaires. Elle continue de payer des redevances sur les revenus miniers sur une base trimestrielle.

À partir de 1999, la nation Osage a poursuivi les États-Unis devant la Cour des réclamations fédérales (dossiers 99-550 et 00-169) pour mauvaise gestion de ses fonds en fiducie et de son domaine minier. Le litige a finalement inclus des réclamations atteignant le 19ème siècle. En février 2011, la Cour fédérale des réclamations a accordé 330,7 millions de dollars de dommages et intérêts en compensation partielle pour certaines des réclamations pour mauvaise gestion, couvrant la période de 1972 à 2000. Le 14 octobre 2011, les États-Unis ont réglé le litige en cours pour un total de 380 $ million. La tribu compte environ 16 000 membres.  Le règlement comprend des engagements par les États-Unis à coopérer avec l'Osage pour instituer de nouvelles procédures pour protéger les fonds fiduciaires tribaux et la gestion des ressources.

Conseil des minéraux 

Le Conseil tribal Osage a été créé en vertu de la Loi sur l'attribution des Osage de 1906. Il se composait d'un chef principal, d'un chef principal adjoint et de huit membres du conseil tribal Osage. Le domaine minier comprend plus que du gaz naturel et du pétrole. Bien que ces deux ressources aient rapporté le plus de profit, les Osage ont également tiré des revenus de baux pour l'exploitation de gisements de plomb, de zinc, de calcaire et de charbon. L'eau peut également être considérée comme un actif rentable contrôlé par le Conseil des minéraux.

Les premières élections pour ce conseil ont eu lieu en 1908, le premier lundi de juin. Les dirigeants étaient élus pour un mandat de deux ans, ce qui leur rendait difficile la réalisation d'objectifs à long terme. Si, pour une raison quelconque, le poste de chef principal devient vacant, un remplaçant est élu par les membres restants du conseil. Plus tard au 20ème siècle, la tribu a augmenté le mandat des membres du conseil à quatre ans. En 1994 par référendum, la tribu a voté pour une nouvelle constitution ; parmi ses dispositions, il y avait la séparation du Conseil minier, ou domaine minier, du gouvernement tribal régulier. Selon la constitution, seuls les membres d'Osage qui sont également titulaires de droits peuvent voter pour les membres du Conseil des minéraux. C'est comme s'ils étaient actionnaires d'une société.

Gouvernement 
Par une nouvelle constitution de 1994, les Osage ont voté que les allocataires originaux et leurs descendants directs, quel que soit le montant du sang, étaient des citoyens membres de la Nation Osage. Cette constitution a été annulée par des décisions de justice. L'Osage a demandé au Congrès de l'aider à créer son propre gouvernement et ses propres règles d'adhésion. En 2004, le président George W. Bush a signé la loi publique 108-431, « Acte pour réaffirmer les droits souverains inhérents de la tribu Osage à déterminer ses membres et à former un gouvernement ». De 2004 à 2006, la Commission de réforme du gouvernement Osage a formé et a travaillé pour développer un nouveau gouvernement. Il a exploré "des visions très différentes des objectifs du nouveau gouvernement, de la propre histoire de la nation et de ce que signifie être Osage. Les principaux débats étaient axés sur la biologie, la culture, les ressources naturelles et la souveraineté". 

La Commission de réforme a tenu des réunions hebdomadaires pour élaborer un référendum sur lequel les membres d'Osage pourraient voter afin de développer et de remodeler le gouvernement de la Nation Osage et ses politiques.  Le 11 mars 2006, le peuple a ratifié la constitution lors d'un second vote référendaire. Sa disposition principale était de fournir « un homme, une voix » à chaque citoyen de la nation. Auparavant, sur la base du processus d'attribution, les personnes votaient proportionnellement en tant qu'actionnaires.  Par un vote majoritaire des 2/3, la Nation Osage a adopté la nouvelle forme constitutionnelle de gouvernement. Il a également ratifié la définition de l'appartenance à la nation. 

Aujourd'hui, la nation Osage compte 13 307 membres tribaux inscrits, dont 6 747 vivent dans l'État de l'Oklahoma.  Depuis 2006, il a défini l'adhésion basée sur la descendance en ligne d'une personne d'un membre inscrit sur les rôles Osage au moment de l'Osage Allotment Act de 1906. Une quantité de sang minimale n'est pas requise. Mais, comme le Bureau des affaires indiennes restreint les bourses d'études fédérales aux personnes qui ont 25% ou plus de sang dans une tribu, la nation Osage essaie de soutenir l'enseignement supérieur pour ses étudiants qui ne remplissent pas cette condition.

Le gouvernement tribal a son siège à Pawhuska, Oklahoma, et a juridiction dans le comté d'Osage, Oklahoma.  L'organe directeur actuel de la nation Osage contient trois branches distinctes; un exécutif, un judiciaire et un législatif. Ces trois branches sont parallèles au gouvernement des États-Unis à bien des égards. La tribu gère un journal mensuel, Osage News.  La nation Osage a un site Web officiel et utilise une variété de médias et de technologies de communication.

Pouvoir judiciaire 
Le pouvoir judiciaire maintient des tribunaux pour interpréter les lois de la nation Osage. Il a le pouvoir de statuer sur les affaires civiles et pénales, de résoudre les différends et de procéder à un contrôle judiciaire. La plus haute juridiction est la Cour suprême. Cette Cour suprême a un juge en chef, actuellement Meredith Drent, qui a remplacé l'ancien juge en chef Charles Lohah. Il existe également un tribunal de première instance et des tribunaux plus inférieurs, comme le permet la constitution tribale. 

 
Meredith Drent

Pouvoir exécutif 
Le pouvoir exécutif est dirigé par un chef principal, suivi par un chef principal adjoint. Le chef principal actuel est Geoffrey Standing Bear, et Raymond Red Corn est le chef principal adjoint, qui ont tous deux prêté serment le 2 juillet 2014. Les bureaux administratifs relèvent également de cette branche exécutive.

   
à g. Geoffrey Standing Bear à dr. Raymond Red Corn

Branche législative 
La branche législative se compose d'un Congrès qui travaille à créer et à maintenir les lois Osage. En plus de ce rôle, leur mission est de préserver les freins et contrepoids au sein du gouvernement Osage, d'exercer des responsabilités de surveillance, de soutenir les revenus des essais et de préserver et protéger l'environnement de la nation. Ce Congrès est composé de douze personnes élues par la circonscription d'Osage et pour un mandat de quatre ans. Ils tiennent deux sessions régulières du Congrès et ont leur siège à Pawhuska. 

Développement économique 
La Nation Osage émet ses propres étiquettes de véhicules tribaux et gère sa propre régie du logement. La tribu possède un relais routier, une station-service et dix magasins de tabac. Au 21e siècle, il a ouvert son premier casino de jeux et, en décembre 2013, il comptait sept casinos. Les casinos sont situés à Tulsa, Sand Springs, Bartlesville, Skiatook, Ponca City, Hominy et Pawhuska.
(voir les représentation plus haut dans cet article) L'impact économique annuel de la tribu en 2010 a été estimé à 222 millions de dollars. Osage Million Dollar Elm, la société de gestion de casinos, encourage les employés dans l'éducation, en payant des cours de certificat liés à leur entreprise, ainsi que des cours menant à des diplômes de licence et de maîtrise en commerce.

Musée de la Nation Osage 
Situé à Pawhuska, Oklahoma, le musée de la nation Osage [75] fournit des interprétations et des expositions de l'histoire, de l'art et de la culture d'Osage. Les expositions en constante évolution racontent l'histoire du peuple Osage à travers l'histoire et célèbrent la culture Osage aujourd'hui. Les points forts comprennent une vaste collection de photographies, des artefacts historiques et de l'art traditionnel et contemporain. Fondé en 1938, le musée est le plus ancien musée appartenant à des tribus aux États-Unis. L'historien Louis F. Burns a fait don d'une grande partie de sa vaste collection personnelle d'artefacts et de documents au musée.

 

Représentations dans d'autres médias 
John Joseph Mathews , un écrivain et historien Osage, a exploré les effets sociaux négatifs du boom pétrolier pour la nation Osage dans son roman semi-autobiographique Sundown (1934); il a également écrit des histoires de la nation, basées en partie sur les histoires orales des anciens des tribus.
Laura Ingalls Wilder a écrit une série de livres pour enfants, intitulée La petite maison dans la prairie (1932-1943). Le roman La petite maison dans la prairie et son adaptation télévisée sont basés sur l'époque pionnière de sa famille au Kansas. Ils squattent illégalement les terres des Osages et rencontrent des membres de la tribu.

   
à gauche John Joseph Mathews à droite Laura Ingalls Wilder


Education 
En juillet 2019, la tribu a affrété le Bacone College à Muskogee, Oklahoma, en tant que collège tribal .

 

Notable Osage 

  • Fred Lookout (1865-1949), chef principal
  • Monte Blue (1887-1963), acteur américain des époques muette et sonore .
  • Louis F. Burns (1920-2012), historien et auteur, grand spécialiste de l'histoire, des coutumes et de la mythologie des Osages.
  • Charles Curtis , vice-président des États-Unis sous Herbert Hoover , descendant du chef Osage Pawhuska .
  • Cody Deal (né en 1986), acteur de télévision et de cinéma, surtout connu pour son rôle dans le film Syfy Original, Almighty Thor 
  • Jerry C. Elliott (né en 1943), l'un des premiers Amérindiens de la NASA , a reçu la Médaille présidentielle de la liberté pour ses actions en sauvant la vie des trois astronautes à bord d' Apollo 13 .
  • Guy Erwin (né en 1958), premier évêque ouvertement homosexuel de l' Église évangélique luthérienne d'Amérique (élu le 31 mai 2013).
  • David Holt (homme politique) (né en 1979), maire d'Oklahoma City ; [79] a servi dans le Sénat de l'État de l'Oklahoma; il a été le premier Osage élu à un poste d'État depuis 2006. [80]
  • William Least Heat-Moon (né en 1939), professeur d'anglais et auteur à succès.
  • John Joseph Mathews (v. 1894-1979), auteur et historien de la nation Osage; Vétéran de la Première Guerre mondiale.
  • Elise Paschen , poète et fille de Maria Tallchief.
  • Wendy Ponca (née en 1960) Styliste et artiste
  • Carter Revard (né en 1931), poète, auteur et boursier Rhodes , également spécialiste de la littérature britannique médiévale
  • Lucille Robedeaux (1915-2005), aînée de la tribu et dernier locuteur natif survivant de la langue osage
  • Soleil sacré , une femme Osage du XIXe siècle qui faisait partie d'un groupe emmené en France.
  • Larry Sellers , guérisseur, acteur, mentor linguistique.
  • Maria Tallchief , ballerine classique avec le New York City Ballet ; a grandement contribué au succès du ballet en tant qu'art de la danse aux États-Unis.
  • Marjorie Tallchief , ballerine professionnelle. Les deux sœurs étaient des ballerines prima qui se sont produites dans de nombreux pays tout au long du XXe siècle.
  • Clarence L. Tinker (1887-1942), officier de l'aviation de l'armée américaine décédé pendant la Seconde Guerre mondiale lors d'une mission de combat dans le Pacifique lors de l'attaque japonaise sur l'île Midway en juin 1942. A obtenu le grade de général de division. [81]
  • Chance Rencountre (né le 31 décembre 1986) est un artiste américain d'arts martiaux mixtes professionnels participant à la division poids welter de l' Ultimate Fighting Championship .
  • Louie McAlpine (né en 1951), auteur, guérisseur, artiste, professeur de linguistique, vétéran du Vietnam
  •       
    de gauche à droite Fred Lookout, Monte Blue, livre de Louis F.Burns, Charles Curtis, Cody Deal et Jerry C. Elliott

     
de gauche à droite Guy Erwin, David Holt, William Least Heat Moon, J,J. Matthews, Elise Paschen

     
de gauche à droite Wendy Ponca, Carter Revard, Soleil Sacré, Maria Tall chief et Marjorie Tall chief

  
de gauche à droite Clarence L. Tinker et Chance Rencountre

 

Date de dernière mise à jour : 17/07/2021

  • 1 vote. Moyenne 1 sur 5.