Américan Horse (youg)

Americanhorse younger

 

 

 

American Horse (youg) 1840-1908
chef Oglala Lakota,
enfant son nom était Manishnee (ne-peut-pas-marcher ou ne-peut-pas-jouer surnom l'araignée)
Adulte Wasicun Thasunke

 

 

 

 

American Horse ( "cheval américain le Jeune") né en1840 dans les Black Hills (Dakota du sud)  mort le16 Décembre, 1908 à Pine Ridge, il était un chef Oglala Lakota, neveu d'American Horse (old) homme d'état, éducateur et historien. American Horse était connu dans l'histoire américaine comme un Indian Scout de l'armée américaine et un leader progressiste Lakota Oglala qui a promu des associations amies avec des blancs et de l'éducation de son peuple. American Horse c'est opposé à Crazy Horse pendant la Grande Guerre Sioux de 1876-1877 et la Ghost Dance Mouvement (réligion) de 1890, et a été délégué des Lakota à Washington. American Horse était l'un des premiers amérindien à participer avec de Buffalo Bill à la Wild West. Il était un partisan de l'école industrielle indienne de Carlisle. "Son dossier en tant que conseiller de son peuple et de sa politique dans la nouvelle situation qui les a confrontés était viril et cohérente et il était connu pour son éloquence." Il oeuvra au dévelopement des relations loyales avec les blancs.
Il s'opposa à Crazy Horse durant la Grande Guerre des Sioux en 1876, ainsi qu'au mouvement de la Ghost Dance en 1890

Enfance

American Horse fu td'abord connu comme Manishnee (Vous ne pouvez pas marcher,) "et son surnom était "'araignée". Quand il est né, son grand-père a dit: «Mettez-le au soleil! Quand on ademandé à son grand-père pourquoi, il a répondu "le Soleil, pour le sang chaud d'un guerrier"! Et il avait le sang chaud."Son père Sitting Bear, le leader de la True Oglalas, a été tué dans la bataille alors qu'il était encore très jeune et il a été élevé par un oncle. Dans sa jeunesse, American Horse a participé à des guerres contre les Crows et les Shoshones.

American Horse, âgé de dix ans, fut attaqué par trois Crows tandis qu'il conduisait un troupeau de poneys à la rivière. Il fit alors preuve d'un sens inné de la ruse et de l'esprit d'initiative. Il semblait vraiment avoir peu de chances de s'en sortir tant les ennemis étaient proches. Il hurla frénétiquement en direction des poneys pour les remettre en chemin vers le campement et se dissimula dans un buisson. Une partie du troupeau fut capturée par les Crows. Sa maman était prise de frénésie pensant que son garçon avait été tué ou capturé. Mais une fois l'excitation retombée, il réapparut, sain et sauf, au campement. Interrogé à propos de son évasion, il remarqua : « Je savais qu'ils ne perdraient pas de temps à chasser du menu fretin tandis qu'il y avait du bien plus gros gibier tout proche d'eux. ».

Un autre jour, tandis qu'un petit groupe de Shoshones avait été découvert non loin et dans l'excitation des préparatifs de l'attaque, American Horse aperçut un imposant cerf à queue noire. Incapable de résister à la tentation, il décocha une flèche qui atteignit le cœur de l'animal. Ensuite, avec plusieurs de ses compagnons affamés, ils se ruèrent sur l'animal agonisant pour en dévorer le foie qui était parfois mangé cru. On raconte qu'un homme fut frappé par le dernier coup de patte de l'animal mourant. Les guerriers avalèrent ainsi quelques bouchées de foie avant de se remettre en chasse de leurs ennemis. Ils racontèrent longtemps comment American Horse avait tué l'animal et les avait régalés entre l'embuscade et l'attaque

Éclaireur indien de l'armée des États-Unis

Au début des années 1870, American Horse partit s'installer à la Red Cloud Agency (qui allait devenir la réserve de Pine Ridge . Il s'allia au Wagluhe au Fort Robinson  et devint le beau-fils de leur chef, Red Cloud. American Horse ne tarda pas à s'enrôler comme éclaireur dans l'armée des États-Unis qui sut en faire bon usage tout en maintenant le jeune courageux tranquille en le faisant participer au recrutement de nouveaux éclaireurs

Pine ridge
Campement Sioux de Pine Ridge

 

Meurtre de Sioux Jim

Le 31 Août 1876, environ un mois après la bataille de Little Big Horn , American Horse tue par balle Jim Sioux. Colonel Ranald S. Mackenzie , qui venait d'arriver au Camp Robinson, fut averti que Sioux Jim était dans le village Wagluhe ou celui de Loafer, dirigée par le chef Blue Horse. Tôt ce matin, le major Gordan a mené quatre compagnies de cavalerie au village, ou il compta 50 tipis près de l'agence, et arrêta Sioux Jim.

Sioux Jim n'a pu être trouvé , mais Gordan a capturé la femme de Sioux Jim et un de ses fils, et ils ont été ramené au  Camp Robinson et placé dans le poste de garde. Chef Blue Horse a été arrêté pour un court laps de temps pour désobeisance aux ordres de Mackenzie ne pa signaler que des Indiens "hostiles" c'étaient glisser dans le village de Waghule. "Peu de temps après que les troupes soient parties, Sioux Jim revint au village où American Horse a tenté de l'arrêter. Au cours de ce processus, American Horse à abattu Sioux Jim. La date de la mort de Sioux Jim est dans les rapports de Mackenzie au général Crook et le général Sheridan, toutes deux datées du 2 septembre 1876 "

Colonel ranald slidell mackenzie Chief blue horse sunka wakan to


colonel Ranald Slidell Mackenzie

Chef Blue Horse


Adoption du nom American Horse


Il ya deux chefs d'Oglala Lakota nommés American Horse notablement  connu dans l'histoire américaine. L'historien George E. Hyde les distingue en se référant à "chef Old American Horse», comme le fils de Old chief Smoke et le cousin de Red Cloud,
et "chef de Youg American Horse"   le fils de la Sitting Bear, et beau-fils -le droit à Red Cloud.

Chef old American Horse  (1830-1876) est reconnu comme un grand guerrier, pour son leadership, son courage . Old American Horse est connu dans l'histoire américaine comme l'un des principaux chefs de guerre alliés Crazy Horse pendant la guerre de Red Cloud et la bataille de Little Bighorn pendant la Grande Guerre Sioux de 1876-1877 . Chef Old American Horse était un fils de Old chief Smoke , un grand chef Oglala Lakota et l'un des derniers grands "Shirt Wearers",  "Ogle Tanka Un", une société très prestigieuse Lakota  l'a nommé "guerrier en chef». Il était signataire du traité de Fort Laramie de 1868 , avec le chef Red Cloud et chef Blue Horse et  ses frères. Un mois après le traité de 1868, old American Horse a été choisi "Shirt Wearers" avec Crazy Horse, Young-Man-Afraid-of-His-Horses et Man That Owns a Sword.. Le 9 Septembre 1876, old American Horse  a été mortellement blessé à la bataille de Slim Buttes battre pour protéger sa famille et se défendre contre l'invasion des blanc dans les Black Hills . "Paha Sapa" en lakota

Red cloud 300px chief blue horse and chief big mouth Crazyhorse photo 2
Chef Red Cloud Chef Blue Horse Chef Crazy Horse
220px young man afraid of his horses 2 Man that owns a sword Bataille de slim buttes
Chef Young-Man-Afraid-of his Horses Chef Man-That-Owns-a-Sword.  


American Horse le jeune a acquis une influence lors de l'agitation de la Grande Guerre Sioux de 1876-1877. Après la nouvelle  de la mort de chef Old American Horse à la bataille de Slim Buttes, Manishnee saisit l'occasion et prit le nom de" American Horse (youg) American Horse le jeune n'était pas liées à American Horse l'aîné, fils de Old Chief Smoke. Il était le fils de Sitting Bear, chef de file de True Oglalas, une bande de Oglala en  opposition aux the Smoke people.
En 1890, American Horse le plus jeune dit à Charles A. Eastman qu'il a succédé à son oncle Old American Horse qui a été tué à Sim Buttes en 1876. Plus tard, Youg American Horse a affirmé que Old American Horse n'a pas été tué à Slim Buttes, mais plutôt par chief Iron Plume or Iron Shieldthat. Il a également a affirmé qu'il a personnellement tué le capitaine William J. Fetterman avec son clan dans sa guerre avec lui pendant la guerre de Red Cloud. En conséquence, les identités et les récits sur Old American Horse et Youg American Horse ont été mélangés par certains historiens. Comme son grand ami Crazy Horse, il n'y a pas de photos ou de dessins connus de chef  Old American Horse "Les Oglalas semble incapable d'éclaircir l'enchevêtrement."

Fettermanfight1
capitaine William J. Fetterman

 

Arrestation de Crazy Horse

Fort robinson
Fort Robinson

 

Le , Crazy Horse déposa les armes au Fort Robinson. Pendant les quatre mois suivants, Crazy Horse résida dans son village proche de la Red Cloud Agency. American Horse et d'autres chefs Oglalas pensaient que Crazy Horse était une menace, qu'il tenait des positions ouvertement opposées aux Blancs et qu'il n'avait qu'un seul souhait, retourner à sa vie sauvage dans le Nord à la première occasion.

Red cloud agency
Red Cloud Agency

 

Inquiets à propos du fait que l'opposition soutenue par Crazy Horse pourrait compromettre les négociations de paix qui devaient se tenir à Washington, les chefs Oglalas discutèrent de la meilleure option pour « calmer les ardeurs » de Crazy Horse et le
« ramener à de meilleurs sentiments. »
Mais Crazy Horse refusa de les rencontrer. Les rumeurs croissantes concernant son souhait de s'échapper et retourner à son ancienne vie commencèrent à se répandre dans le clan de Red Cloud et celui de Spotted Tail. Percevant que cette affaire était proche de provoquer une crise, le général Crook rallia le Fort Robinson (en). Crook pensait qu'une entrevue en tête-à-tête avec Crazy Horse serait susceptible d'apaiser la situation. Il se rendit donc à cheval à son campement. En chemin, il fut arrêté par Woman’s Dress qui était porteur d'un message des chefs de la réserve mettant Crook en garde de poursuivre son chemin étant entendu que Crazy Horse avait manifesté l'intention de le tuer s'il n'accédait pas à ses demandes. Crook perçut que Crazy Horse, disant cela, pesait chacun de ses mots et rentra au camp pour envoyer un message invitant les chefs de la réserve à un conseil au Fort Robinson. Crazy Horse ignora la sommation. Les chefs dirent au général Crook qu'ils n'approuvaient pas la position tenue par Crazy Horse et se dirent prêts à suivre les directives du général. Il leur dit qu'ils auraient à prouver leur loyauté en procédant à l'arrestation de Crazy Horse. Ils se concertèrent et informèrent Crook qu'ils voulaient agir mais que Crazy Horse était un homme désespéré et que certains d'entre eux préféraient qu'il fut tué. Crook refusa, arguant qu'il s'agirait là d'un meurtre. Ils parvinrent néanmoins à un accord par lequel, American Horse, Red Cloud, Little Wound  et Young Man Afraid of His Horse , accompagnés de soldats iraient, ensemble, arrêter Crazy Horse.

Spotted tail Fort robinson 1 Womansdress1914
chef Spotted Tail
Sinté Gleska
Fort Robinson Woman's Dress

 

Le matin du , 8 compagnies du 3e régiment de cavalerie, quatre cents indiens alliés se rendirent au village de Crazy Horse pour s'apercevoir que ce dernier avait fui durant la nuit. Crazy Horse n'avait pas fui seul, il emmenait avec lui son épouse. Celle-ci étant souffrante, il s'arrêta à la réserve de Spotted Tail où il fut arrêté par des Indiens. Le au matin, Crazy Horse accompagné du Lieutenant Jesse M. Lee, l'agent indien de Spotted Tail, se mirent en route pour le Fort Robinson . Arrivés dans la soirée, le lieutenant Lee était informé qu'il devait remettre Crazy Horse au capitaine James Kennington qui accompagnerait Crazy Horse au poste de garde. Une fois à l'intérieur, Crazy Horse se battit avec le garde et Little big man  et essaya de s'enfuir. À peine de l'autre côté de la porte, Crazy Horse fut frappé d'un coup de baïonnette porté par l'un des membres de la garde. Il fut emmené au bureau de l'adjudant-major où il fut soigné par l'assistant-chirurgien Valentine Mc Gillycuddy (en) mais sans succès. Il mourut tard dans la nuit entouré des siens

Little big man Valentinetmcgillycuddy med
Chief Little Big Man on reconnaît la bravoure
d'un chef à la longueur de la traîne de plume de sa coiffe
assistant chirurgien
Valentin Mc Gillycuddy

 

Les Wagluhes (celui qui vit avec ses parents)

Le Clan des Wagluhe (en) (Wagluhe Band) est l'un des sept clans des Lakotas Oglalas. Le Clan Wagluhe est également connu sous le nom de Clan Loafer (Loafer band). Les sept clans des Lakotas Oglalas sont les Wagluhes (Loafers), les Ite Sicas (Bad Face), les Oyukpes (Broken Off), les Wazazas (Shred Into Strips), les Tapislecas (Split Liver), les Payabayas (Shove Aside) et les Kiyaksas (Little Wound).

Old Chief Smoke (en) était un Grand-Chef Lakota Oglala et l'un des derniers Shirt Wearers, une prestigieuse société de guerriers Lakotas. Les Smokes étaient l'une des principales familles Lakotas au XVIIIe siècle et au XIXe siècle. Old Chief Smoke fut l'un des premiers chefs Lakotas à percevoir la puissance des Blancs et la nécessité de s'y associer. En 1849, Old Chief Smoke déplaça son campement Wagluhe vers Fort Laramie lorsque l'US Army déplaça sa garnison pour protéger les migrants blancs sur la piste de l'Oregon. Les familles Lakota qui préférèrent la sécurité du Fort de Laramie rejoignirent les Smokes. Old Chief Smoke conscient de la supériorité numérique, de la puissance des Blancs et de combien vaine serait une guerre, observa et apprit les coutumes des Blancs. À la fin des années 1850, certaines voix se firent entendre dans les rangs des Sioux pour critiquer la politique menée par Old Chief Smoke qui se cantonnait à vivre passivement avec ses épouses, ce qui leur valu le surnom de Loafers, des oisifs, des parasites. Par ailleurs, certains Wagluhe considéraient ceux qui étaient restés sur leur mode de vie ancestral comme des rustres provinciaux. Durant les années 1860, les tensions allant grandissantes, Fort Laramie était la position principale de l'armée américaine lors de la guerre de Red Cloud. En 1864, Old Chief Smoke meurt et est remplacé par Chef Big Mouth.

330px chief big mouth
chef Big Mouth Ithanka

 

Traditionnellement, lors d'une guerre inter-tribale, un combat impliquant une cinquantaine de protagonistes et se soldant par deux morts était considéré comme une grande bataille. Les Wagluhes ont assisté à la Bataille de Gettysburg qui dura trois jours et fit 50 000 victimes en de quoi avoir une perception aiguë de ce que les Blancs entendaient lorsqu'ils parlaient de « bataille ». Les Wagluhe optèrent donc pour le parti d'apprendre des Blancs. À ce titre, ils furent considérés comme les plus progressistes parmi les Lakotas et devinrent les Éclaireurs indiens de l'armée des États-Unis et les intermédiaires auprès d'autres clans Lakotas.

Bataille de gettysburg
Bataille de Gettysburg

 

Après la bataille de Little Bighorn et l'arrestation de Blue Horse (en), American Horse devint l'ambassadeur et le chef de la faction progressiste de la Red Cloud agency (en). American Horse servait avec influence et énergie la cause du Gouvernement américain. Lors de son ascension et de l'émergence de sa qualité de chef, les Wagluhe se scindèrent en trois clans. Blue Horse resta chef de l'un d'eux, American Horse d'un second et Three Bears, d'un dernier.

Blue horse Chief red shirt oglala sioux       Three bears aka mato yamni oglala lakota 1878
Blue Horse Sunka Wakan Red Shirt Ogle Luta Three Bears aka Mato Yamni

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Red Shirt (en) était également un chef populaire et il servait comme lieutenant de Three Bears. Ces chefs avaient beaucoup en commun, ils servirent ainsi comme éclaireurs indiens de l'armée des États-Unis et furent les premiers à inscrire leurs enfants à la Carlisle Indian Industrial School (en), ils firent tous partie des délégations Lakotas à Washington et prirent part au Wild Westing (en) au côté de Buffalo Bill.

                                Graduating class of 1897 indian industrial school carlisle pa clipping nara 297250                                                                                       Carliste                            
Classe de 1897 de l'indian School  

 

Carliste indian industrial school

L'Ecole industrielle indienne de Carliste était un modèle d'internat scolaire indien aux Etats-Unis de 1879 à 1918. Carlisle était le premier pensionnat indien. Il était situé à l'écart de la réserve et des turpitudes de l'Ouest et de ses positionnements anti-Indiens, libre de toute influence culturelle. Carlisle offrit ainsi une opportunité et un espoir dans une période où les gens pensaient que les autochtones américains étaient une race appelée à disparaître dont la seule chance de survie était de connaitre une rapide transformation culturelle.
Carlisle fut bâtie sur le principe que les autochtones américains étaient les égaux des Blancs et que les enfants amérindiens, immergés dans une culture de l'Homme blanc, se devaient d'acquérir des aptitudes pour évoluer dans cette société. Au fil des ans, Carlisle évolua d'une école industrielle vers une école préparatoire (en) avec sa propre dotation et ses facultés. Poursuivre un cursus à Carlisle était considéré par certains autochtones américains comme étant l'équivalent d'aller à Yale, Princeton ou Cambridge et la tradition familiale des alumni de Carlisle dans le style d'Harvard est faite de fierté, d'histoires d'opportunités et de succès. Carlisle était unique et produisit ainsi une nouvelle génération de leaders indiens.

American horse at carlisle 1882
American Horse et sa fille Maggie Stands Looking ainsi que d'autres étudiants et professeurs amérindiens

 

American Horse fut l'un des premiers défenseurs de l'éducation des Indiens et son fils, Samuel et son neveu , Robert furent parmi les premiers élèves de Carlisle. Tandis qu'il recrutait à la réserve indienne de Pine Ridge (en), le capitaine Pratt (en) connut une forte opposition de Red Cloud qui voyait d'un mauvais œil l'éducation donnée par les Blancs, lui qui n'avait pourtant pas d'enfant en âge scolaire. Richard Pratt remarqua par contre qu'American Horse se montrait vivement intéressé par ses propos. American horse avait alors grandi en influence politique et était à la tête d'une imposante famille comportant deux épouses et au moins dix enfants. Il devint ainsi un fin négociateur louvoyant habilement entre les traditions de la société des Lakotas et cette nouvelle société des Blancs qui l'encerclait. Habile politicien, il se servit de ses amitiés envers les Blancs pour obtenir des concessions pour lui et son peuple. Il était cependant convaincu, dans sa très grande sagesse, que sa descendance aurait à avoir affaire avec les Blancs et peut-être même à vivre avec eux, qu'ils apprécient le fait ou pas.

Ben american horse 1955 Samuel american horse Maggie stands looking
Ben American Horse Samuel American Horse Maggie Stands Looking


American Horse fut d'accord d'envoyer deux de ses fils et une fille en première année : Ben American Horse, Samuel American Horse et Maggie Stands Looking. Charles Eastman disait : « Ses filles étaient les plus belles filles indiennes de race pure qu'il m'ait été donné de voir. Comme Ben American Horse et Samuel American Horse, de nombreux Lakotas Oglalas de la réserve indienne de Pine Ridge (en) s'inscrivirent à Carlisle. Les Wild Westers de Carlisle étaient attirés par l'aventure, l'opportunité et la paye. Ils étaient rétribués en tant qu'artistes, chaperons, interprètes ou recruteurs. Les Wild Westers de Pine Ridge inscrivirent leurs enfants dans l'école industrielle indienne de Carlisle (Carlisle Indian Industrial School) dès le début, en 1879 et jusqu'à sa fermeture en 1918. En 1879, les chefs Lakotas Oglalas, Blue Horse, American Horse et Red Shirt furent les premiers à y inscrire leurs enfants. Ils voulaient que leurs enfants apprennent l'anglais, les usages commerciaux et les manières des Blancs.
« Ces premiers enfants sioux qui vinrent à Carlisle ne peuvent pas avoir été heureux là-bas, mais c'était leur unique chance d'avoir un futur. »

Opposition au mouvement Ghost Dancem

En 1890, Jack Wilson, un chef religieux amérindien connu sous le nom de Wovoka (« faiseur de pluie ») déclara que pendant l'éclipse totale du soleil du il lui avait été révélé qu'il serait le Messie de son peuple. Il donna sa première Danse des Esprits quelque temps après cette vision dans le but de contacter de nouveau les esprits par la transe. Le mouvement spirituel qu'il créa fut appelé « Ghost dance » par les Blancs. Il s'agit d'un mélange syncrétique de spiritualisme païute et de christianisme shaker. Les danses avaient pour objectif de favoriser l'arrivée d'un sauveur de la cause amérindienne.
« C'était durant le dernier combat de ce peuple, à l'époque du Messiah craze en 1890-1891 qu'American Horse démontra, comme jamais auparavant, sa réelle grandeur. Tandis que nombreux de ses condisciples succombaient à ce nouveau courant, il s'en tint à distance et dit aux siens d'en faire autant. Lorsque celui-ci prit de l'ampleur parmi les nations, il adopta une position ferme contre elle. Il fut demandé à tous les Indiens n'ayant pas pris part au mouvement Ghost dance à rejoindre la réserve de Pine Ridge (en). American horse fut le premier à y amener son peuple. J'étais là à cette époque et je parlais avec lui quotidiennement. »

American Horse s'opposa avec détermination à ce mouvement messianique du Ghost Dance au point que sa vie en fut menacée. Un jour, un Indien du nom de Little vivant dans la clandestinité marcha témérairement parmi eux. Bien sûr, la police l'arrêta immédiatement et il fut emmené au poste de garde. Ils se battit avec eux mais fut finalement maîtrisé. Un essaim de guerriers déferla sur le camp pour venir à son secours. La confusion régnait partout, un général lança : « allons, tuez-les tous ! ». American Horse sortit calmement et s'adressa à cette foule excitée.

« "Que vous apprêtez-vous à faire?" demanda-t-il.
"Arrêtez-vous, arrêtez-vous et réfléchissez avant d'agir. Voulez-vous assassiner vos enfants, vos femmes, oui, détruire votre nation aujourd'hui ?".
Il se tenait devant eux comme une statue, il poursuivit :
"Vous êtes braves aujourd'hui parce que vous surpassez en nombre les Blancs mais que ferez-vous demain ? Il y a des voies ferrées tout autour de vous. Demain, des milliers de soldats fondront sur vous de toutes parts. Vous avez peu de vivres, peu de munitions. Ce sera la fin de votre peuple. Arrêtez-vous, dis-je, arrêtez-vous!".
Jack Red Cloud, un des fils du grand chef, se rua sur lui et pointa un revolver presque dans son visage: "C'est toi et des gens comme toi qui ont réduit notre peuple à l'esclavage et à la famine" cria-t-il. American Horse ne tressaillit pas mais rentra délibérément dans un bureau suivi de Jack Red Cloud qui le menaçait toujours de son arme. Mais son calme et son éloquence avaient sauvé la situation. D'autres forces de police eurent le temps d'arriver et avec l'aide d'Indiens alliés, ils parvinrent à maîtriser la situation. Lorsque je me suis rendu dans le bureau où il se trouvait, je le trouvai seul et apparemment paisible. "Où sont les agents et les clercs" demandai-je ? Il répondit en souriant, ils se sont enfuis par la porte arrière. Je pense qu'ils se cachent à la cave. Ces fous dehors nous ont presque surpris dans notre sommeil mais je crois que c'est fini maintenant »

Heyn photo jack red cloud cph 3b03730
Jack Red Cloud fils du chief Red Cloud


Wild Westing

 
Le Chef Blue Horse (en), Chef American Horse et Chef Chef Red Shirt (en) et leur famille montent à bord du S.S. State of Nebraska à New York. Ils traversent l'océan pour se rendre en Angleterre au côté de Buffalo Bill pour une représentation à l'occasion du Jubilé d'or de la Reine Victoria (en)


Le Wild Westing (en) qui consistait à mettre en scène la conquête de l'Ouest était très populaire chez les Lakotas qui y prenaient part debonne grâce au bénéfice de leurs proches et de leur communauté. Ceci leur offrait également un peu d'espoir quant au maintien de leurs traditions dans cette période trouble qui annonçait volontiers le déclin des autochtones américains. Entre 1887 et la Première Guerre mondiale, plus de mille Amérindiens s'adonnèrent au Wild Westing au côté de Buffalo Bill. La plupart des wild-westers étaient des Lakotas Oglalas de Pine Ridge. Les Oglalas furent d'ailleurs le premier peuple Lakota à le faire.

En 1886, American Horse remplace Sitting Bull, la vedette indienne, pour la saison 1886-1887. Un journaliste lui demanda ce qu'il pensait du vieux continent, il répondit: « Je vois tellement de choses qui sont formidables et étranges que j'ai envie de m'enfuir dans la forêt et de mettre une couverture sur ma tête, de cette manière, je ne verrai plus et j'aurai peut-être une chance de m'en souvenir ».

Le Chef Blue Horse (en), Chef American Horse et Chef Chef Red Shirt (en) et leur famille montent à bord du S.S. State of Nebraska à New York. Ils traversent l'océan pour se rendre en Angleterre au côté de Buffalo Bill pour une représentation à l'occasion du Jubilé d'or de la reine Victoria (en). Le spectacle qui se voulait itinérant passa à Birmingham, Salford et Londres sur une période de cinq mois. La troupe était constituée de 97 Indiens, 18 bisons, 2 cerfs, 5 vaches du Texas, 4 ânes et 108 chevaux.

 

Première parade inaugurale de Théodore Roosevelt (1905)

Le , les Wild Westers et Carlisle (en) font un portrait contrasté des autochtones américains lors de la première parade inaugurale de Théodore Roosevelt. Six fameux chefs de tribu Geronimo (Apaches), Quanah Parker (Comanches), Buckskin Charley (en) (Utes), American Horse (Sioux Oglala), Hollow Horn Bear (en) (Sioux Brûlés) et Little Plume (en) (Blackfeet), se rencontrèrent à Carlisle en Pennsylvanie une semaine avant la parade en vue de sa répétition. Il y avait en effet beaucoup à faire avant qu'ils ne se rendent à Washington.

Chief american horse 5
de gauche à droite
Chief Little Plume (blackfeet), chief Buckskin Charley (Ute),  Geronimo (Apache Chiricahua)
Chief Quanah Parker (Commanche),  Chief Hollow Horn Bear (Sioux Brulé) et le chief American Horse
tous en costumes de cérémonie

 

Théodore Roosevelt avait pris place dans la loge présidentielle au côté de sa femme, de sa fille et d'autres hôtes de marque et regarda les cadets de West Point et le fameux 7e régiment de cavalerie, l'ancienne unité du général Custer qui servit lors de la bataille de Little Bighorn descendre la Pennsylvania Avenue. Quand le contingent des Wild Westers et les cadets de Carlisle et leur fanfare furent en vue, le président Roosevelt agita vigoureusement son chapeau et toute la tribune présidentielle se mit debout pour assister au défilé de ces six chefs indiens sur leur chevaux peints, en costume d'apparat, revêtus de leurs peintures de guerre et de leur coiffe. Ils étaient suivis des 46 musiciens de la Carlisle indian school (en) et d'une brigade de 350 cadets en armes. En tête de cortège se tenait Geronimo dans son costume d'apparat apache incluant ses peintures de guerre, il montait son cheval également orné de peinture de guerre et ouvrait le cortège au centre de l'avenue. Il fut rapporté que « les Chefs firent forte impression, éclipsant le symbolisme de la formation des 350 cadets de Carlisle conduite par leur fanfare » et que « Tous les yeux étaient tournés vers les six chefs, les cadets durent se contenter d'une mention dans les journaux et personne ne songea à les photographier lors du défilé. »

Roosevelt inauguration parade
la parade des 6 chefs avec leur chevaux peints et eux
arborant leurs peintures de guerre ainsi que leurs coiffes
de plumes suivi par les musiciens de la Carliste indian
school ainsi que 350 cadets en armes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le conte d'hiver d'American Horse

Le chef American Horse était un historien Lakota et l'auteur d'un Conte d'hiver qu'il consignait sur une pièce d'étoffe et couvrait plus de cent ans de l'histoire des Lakotas (1775-1878). Les années lakotas se comptent de première neige en première neige. Les années reçoivent des noms selon l'événement facile à retenir qui en aura marqué le cours. Par exemple, le conte d'hiver de Flying Hawk (en) pour l'année 1866 mentionne la bataille de Fetterman durant la guerre de Red Cloud comme l'année où « Wasicu opawinge wica ktepi » soit l'année où « ils tuèrent cent hommes blancs. » De la même manière, l'année 1876 est l'année où « Marpiya llute sunkipi » soit l'année où « Ils prirent les chevaux de Red Cloud » (ce que fit l'Armée US après la bataille de Little Bighorn). 1877 est l'année où « Tasunka witko ktepi »“ils tuèrent Crazy Horse” et 1890, l'année où “Si-tanka ktepi” soit l'année où “ils tuèrent Big Foot” (lors du massacre de Wounded Knee. En 1879, American Horse dessina son conte d'hiver dans un carnet à croquis à la demande de William H. Corbusier, un chirurgien de l'armée. Corbusier l'envoya à la Smithsonian Institution avec explications. American Horse expliquait que le conte d'hiver était conservé dans sa famille depuis des générations, transmis de son grand-père à son père, puis de son père à lui. American Horse était né l'année où « Ils prirent beaucoup de chevaux aux Têtes-Plates », soit 1840-1841. Son décès figure dans le calendrier « Sans oreille » de l'année 1908-1909.

Image of one page from the sketchbook showing 10 pictographs.  Image of 36 pictographs drawn on fabric.   Image of one page from the Battiste Good sketchbook showing 31 pictographs.
illustration de Américan Horse

Le chef American Horse est mort de cause naturelle dans sa maison près de Kyle à Pine Ridge, le .

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 18/06/2017